Voir les articles dans "Livres d’Heures"
8 Nov 2015
Jean-Luc Deuffic

Un livre d’heures restitué à Balthazar Rennel, président de la Chambre des comptes de Lorraine (Edinburgh University Library, Laing 15)

En voulant rassembler quelques informations sur les livres d’heures d’Anne de Bretagne, j’ai suivi mes amies Cynthia Brown (1) et Diane Booton (2) sur les traces d’un manuscrit de la bibliothèque universitaire d’Edimburgh, coté Laing 15, lequel porte effectivement les armes de la reine et duchesse de Bretagne (3). Il a été décrit dans le catalogue de Catherine R. Borland, publié en 1916 :
A Descriptive Catalogue of the Western Mediæval Manuscripts in Edinburgh University Library (n° 45, p. 81-84, 324): https://archive.org/stream/descriptivecatal00edinuoft#page/104/mode/2up
Borland a relevé au f. 1 de ce livre d’heures (probablement à l’usage de Toul (4) une précieuse inscription, lecture partiellement erronée et de ce fait inexploitable à l’époque :

Le septieme Novembre 1596 sont les presentes heures venues en partage au Balthasar Remiel Chancellier de Ma [. . .] des biens delaissés par feu Jeanne Bertrand sa mere grande, lesquelles le dict Remiel a donne a Barbe Remiel sa fille aisnée pour souvenance de la deffuncte et affin quelle au memoire dicelle en ses praves [?] le dict VIIe Novembre an susdict 1595 (sic). E. [?] Remiel.

L’absence de toute documentation sur ces \”REMIEL\” m’a conduit bien entendu à poursuivre mes recherches. En recoupant différentes données prises à cette inscription, notamment celles du prénom assez particulier et de la fonction du personnage, j’ai découvert sans trop de peine la véritable identité du possesseur. Il s’agit très précisément de Balthazar Rennel (ou de Rennel), président de la Chambre des comptes de Lorraine, issu d’une très ancienne famille originaire de Boulogne-sur-Mer, en Picardie. En fait Borland s’était trompée dans quelques jambages …

Balthazar Rennel devient conseiller et auditeur de la Chambre des comptes de Lorraine le 8 mars 1574, remplaçant son père. En 1594, il fait partie du conseil de ville de Nancy, nommé conseiller d’Etat le 7 février 1606, président de la Chambre des comptes de Lorraine le 19 janvier 1613, à la place de Michel Bouvet, et ce jusqu’en 1633. Employé par le duc de Lorraine à de difficiles négociations, il résigna son office de président en faveur de son petit-fils Claude Voillot, le 28 octobre 1633.
Balthazar épouse le 7 mars 1576 Barbe de Lescut, fille de Jean de Lescut et de Barbe Le Clerc. De cette alliance vinrent 14 enfants dont 10 moururent en bas âge :
1) François de Rennel, né le 20 novembre 1583, mort le 11 février 1649 ; il fut seigneur de Brin & créé conseiller d’état par patentes du 27 avril 1611. Il épousa par contrat du 1 mars 1609, Esther Barnet, fille de Louis, ministre d’état du duc Henri & son envoyé extraordinaire vers les cours de Rome & de Mantoue. Elle mourut à Paris le 13 février 1644, ayant eu pour fille unique Marie de Rennel, née le 11 juin 1611, morte le 21 avril 1645, ayant épousé par contrat du 23 avril 1616 Claude de Veillot de Valleroy, seigneur dudit lieu, Madecourt, Agecourt, Maroncourt &c, premier secrétaire d’état du duc Charles IV & président en chef de sa chambre des comptes de Lorraine, mort le 12 août 1650.
2) Barbe de Rennel, née le 20 décembre 1584, morte le 21 septembre 1619, veuve du 10 octobre 1614 de Claude de Bouvet, seigneur de Heille, court ministre & secrétaire d’état des ducs Charles III & Henri, qu’elle avoit épousé par contrat du 20 mai 1601. C’est elle qui reçoit le livre d’heures de son père.
3) Catherine de Rennel, née le 2 juin 1591, morte le 10 mai 1631, veuve du 1 octobre 1621 de Jean de Baillivy, seigneur de Houdemont & de la Neuveville, conseiller d’état des ducs Charles III & Henri, qu’elle avoit épousé par contrat du 6 novembre 1607.
4) Baltasar de Rennel, II du nom, comte de Rennel & de l’empire, seigneur de Jarville, Andilly & Hermamesnil, conseiller d’état du duc Charles IV, né le 17 mars 1593, mort le 2 novembre 1658, épousa par contrat du 11 janvier 1621 & par bénédiction nuptiale du 4 mai suivant, Claude de Guerin du Montet, fille aînée & principale héritière de Baltasar de Guerin, seigneur du Montet & de Marie de la Ruelle, laquelle se remaria en 1616 à Jean de la Moussaye, chevalier seigneur de Carcouet, en Bretagne (5), chambellan du duc Henri, colonel d’un régiment d’infanterie & lieutenant au gouvernement de Nanci. Elle mourut le 8 février 1641, âgée de 33 ans, 9 mois, 21 jours, ayant eu de son mariage onze enfans dont cinq morts en bas âge.
Voir sur cette famille les notes généalogiques de Moreri .

Balthazar était le fils de Bonaventure Rennel (ca 1509-1584), anobli le 1er avril 1553, et de Marie Janin (+ 1560), et le petit-fils de Jean Janin (ou de Janin) et de Jeanne Bertrand (ou de Bertrand), cette \”mère grande\” qui fit don de son livre d’heures à son petit-fils, et qui est probablement commanditaire ou premier possesseur du manuscrit.

Jean de Janin, seigneur de Manoncourt, marié à Jeanne de Bertrand, dame de Brin, des barons de Marimont, fille de Didier, seigneur Brin, trésorier général des finances du duc Antoine ( de1508 à 1544, lien) et d’Anne-Marguerite de Küel, d’une illustre maison de Silésie (De La Chesnaye, Dictionnaire de la noblesse, tome 8, Paris, 1774, p. 195)

Balthazar Rennel et Barbe de Lescut, décédés en 1637, seront inhumés à Nancy, dans la célèbre église des Minimes de Notre-Dame-de-Bonsecours, où reposent encore aujourd’hui le coeur de Marie Leczinska :

La première chapelle du côté de l’évangile, près du sanctuaire, est celle dite aujourd hui des Rennel. Elle a eté construite aux frais du Duc Charles III et elle est assez singulière. Dans le bas, elle forme un grand quarré avec un autel dans le fond. Le tableau qui en fait la décoration représente la Ste Vierge au lit de la mort, joignant les mains, environnée des Apôtres, parmi lesquels St Pierre, revêtu d’une chappe, tient un cierge de la main droite, et appuye la gauche sur un livre ouvert, paroissant réciter des prières ; les autres Apôtres ayant tous la tête couronnée d’une gloire, semblent abîmés dans la douleur. Un d’eux porte une croix au haut d’un long bâton d’argent, et un autre un bénitier avec son goupillon. Devant le lit est une table couverte d’un tapis de Turquie, aux armes de Rennel et de l’Escut. Dans le milieu, on y voit un chandelier avec une chandelle allumée, et à côté un livre sur lequel est une palme. J. C. sortant à demi corps d’une nue qui est au dessus du tableau et dans l’angle, tend les bras à sa Mère et semble lui adresser ces paroles mises en lettres d’or dans l’entablement de l’autel : Veni de Libano, Sponsa mea ; veni, coronaberis. Des anges et des chérubins ornent encore ce tableau que l’on attribue à Bellange ; mais l’humidité paroit lui avoir fait perdre une grande partie de son premier mérite.
Un ordre d’architecture Ionique fait l’ornement de cette partie inférieure de la chapelle. Dans les quatre angles sont placés sur des nuages les quatre Evangélistes de grandeur naturelle avec leurs attributs formant une forte saillie. Au-dessus de leurs têtes s’élèvent des arcs qui rendent cette chapelle de quarrée qu’elle est en bas, octogone. Elle s’arrondit ensuite pour former un dôme qui reçoit le jour par six fenêtres qu’on y apperçoit. Au haut de l’autel et sous ce dôme, sur la corniche de l’ordre qui décore la partie inférieure de la chapelle, on a placé les dix Apôtres, distingués des deux Evangélistes mentionnés ci devant avec les instrumens de leur martyre. Toutes ces figures sont du célèbre Drouin.
Au côté de l’évangile on voit dans un oval les deux bustes en bas relief de Balthazard Rennel et de Barbe de l’Escut son épouse, l’un et l’autre ont les mains jointes, le mari a la tête découverte de petits cheveux, une barbe peu longue avec des moustaches ; il a le cou orné d’ une fraise. L’épouse a une collerette et une cornette fort larges. Au-dessus l’écu parti de Rennel et de l’Escut est surmonté d’une petite pyramide de marbre noir. Sous l’ovale qui contient les figures et dans un cadre en forme de miroir de toilette renversé, est cette épitaphe

D.O.M.V.Q.M.
Memoriæ et Securitati, Viator amice, si legere non vacat, precare et abi. Si vacat, hominem te recogita et favebis. Balthazar Rennel Patricius Nanceianus, Brinii, Sancti Germani et Jarvillæ Dominus, vitâ honestissimè exactâ, hîc jacet. Robusta illum virtus per honorum apices manu deduxit, sequutus est trahentem, et in sanctiori Ducum consilio computique Lotharingici summo fastigio sic stetit, ut lapsum nesciret, sic vixit ut mori non pœniteret, sic obiit, ut vixisse non puderet, et quod felicitatis caput fuit, heu ! est ne hac in vita felicitas quam tot mala interpungunt ! Magnis Ducibus CAROLO III, HENRICO II, CAROLO IV, ubique probatus, antiquæ probitatis fama incolumem ad hocusque marmor deduxit, sub quo diem Christi expectat, majorum quæ mortales agunt, jam nunc equidem securus ; at æternae securitatis candidatus. Adde jam vota tua, bone hospes, et mortis memor, abi in tuas res. Vivere desiit anno Dni 1637 Novembris 16 aetatis suæ 85.

Un peu plus bas et sur un autre marbre on lit :

Jacet sub eodem tumulo Domina Barbara de Lescut supradicti, Domini Balthazaris Rennel fidelissima conjux, quæ post spatium circiter 62 annorum quocum eo pacificè in matrimonio vixit, expleto ætatis suæ 79 cursu die 29a Martii anni 1637 migravit ex hoc sæculo, ut feliciùs viveret in altero. Tu, Domine, dona ei requiem et locum indulgentiæ.

J. J. Lionnois, Histoire des villes vieille et neuve de Nancy, tome II, 1811, p. 302 sq.

Armes des RENNEL et LESCUT :
d’azur à la croix ancrée d’or chargée d’un tourteau de gueules (Rennel)
d’or au lion de sable armé et lampassé de gueules chargée à l’épaule senestre d’un écusson d’argent (Lescut)


Cadran solaire en bois de Sainte-Lucie, aux armes de Nicolas de Rennel, comte du Saint Empire, anobli en 1730 (source).

Note
(1) Cynthia Brown, The Queen’s Library Image-Making at the Court of Anne of Brittany, 1477-1514, University of Pennsylvania Press, 2011, p. 307.
(2) Diane Booton, Manuscripts, Market and the Transition to Print in Late Medieval Brittany, Ashgate, 2010, p. 252.
(3) Armes entourées du collier de Saint-Michel. Ce manuscrit ne semble pas être lié directement à la reine Anne, à moins que ce ne soit un cadeau du couple royal pour Jeanne de Bertrand ou son mari. Il y aurait peut-être une piste à suivre avec les relations de Didier Bertrand, le père de Jeanne, avec le poète réthoriqueur et \”herault d’armes de Lorraine\” Pierre Gringoire (ou Gringore), dit Mere Sotte, auteur notamment d’un mystère pour l’entrée de la reine Anne de Bretagne à Paris, en novembre 1504. En effet, on le trouve nommé à plusieurs reprises dans les comptes de Didier Bertrand, trésorier général des finances (AD 54, source).
Voir Charles Oulmont, Pierre Gringore, 1911, reprints 1976.
Cynthia J. Brown, Les entrées royales à Paris de Marie d’Angleterre, 1514 et Claude de France, 1517, Genève : Droz, 2005.
Alan Hindley, Le jeu du Prince des Sotz et de Mère Sotte de Pierre Gringore, Paris : H. Champion (collection : La Renaissance française), 2000.
(4) Du moins calendrier et litanies sont Toulois.
(5) Voir AD 54, B 437:

Lettres passées par Charles, duc de Lorraine, à haut et puissant seigneur Jean Philippe, comte Cratz de Scharpffenstein, colonel, etc., à honnoré seigneur Jean de la Moussaye, sieur de Ceircourt, acceptant pour ledit comte, données à Vaideshem le 28 de décembre 1627, par lesquelles ledit seigneur, duc ayant été secouru par ledit comte pour ses grandes affaires et nottament pour la conservation de ses états de la somme de 200000 francs monnoye de Lorraine, il luy vend et délaisse les ville, château, villages, terres, seigneuries, rentes, revenus de Sarguemund siz au duché de Lorraine … (en ligne).

Marie de la Ruelle se remaria, par contrat du 25 juin 1616, à Jean de la Moussaye, chevalier, seigneur de Carcouët en Bretagne, chambellan du Duc Henri, dont Philippe, marquis de la Moussaye, colonel d’Infanterie au service de France, mort de ses blessures à la bataille de Rocroy, donnée en 1643 (Chesnaye, Dictionnaire de la noblesse).
Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, t. I, Nancy, 1758, p. 642, donne également comme épouse à Jean de La Moussaye, une autre épouse : Marguerite Philippe, de Valfroicourt, fille de Henry Philippe et de Marguerite Bertrand.
Daniel de La Motte-Rouge, J. P. Le Gal La Salle, Vieilles demeures et vieilles gens: châtellenie de Lamballe, d’après des illustrations anciennes et des documents inédits, 1977, p. 552.

Biblio
Comte A. de MAHUET, Procès entre les familles LE FEBVRE, DE LOMBILLON ET DE RENNEL (1733 -1736), 1905.

Sources documentaires
Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, 97 J 1-66 : Archives des familles de Rennel et de l’Escut (1544 – 1782).
10.10.1587 (AD 54 3E 246) Vente par Jean Colin demeurant au ban de Guermange à noble femme Jennon Bertrand dame de Brin en partie, relicte de feu noble Didier Feriet, trésorier général de Metz. 29.12.1590 (3E 8157) Bastien Tixerant de Vic, procureur de Jennon Bertrand , demeurant à Brin veuve noble Didier Feriet, trésorier général de l’Evêché de Metz, laisse à bail un gaignage à Chambrey (lien)

3 Nov 2015
Jean-Luc Deuffic

La Bienheureuse Françoise d’Amboise, duchesse de Bretagne (+ 4 novembre 1485) et son livre d’heures (Pierpont Morgan Library, M.84)


Les trois Marie au pied de la Croix ( Marie-Madeleine, Marie Salomé et Marie Jacobé)

La Bienheureuse Françoise d’Amboise reste une des figures marquantes de la chrétienté médiévale bretonne. Fille de Louis d’Amboise, prince de Talmont et vicomte de Thouars, et de Louise-Marie de Rieux, elle naît le 29 mai 1427 au château de Thouars. En 1442, à 15 ans, elle épouse Pierre, le 2e fils du duc de Bretagne, avec lequel elle avait été fiancée dès l’âge de 3 ans. Pierre devenu duc de Bretagne au mois d’août 1450, Françoise se remarque par sa bonté envers les pauvres. Devenue veuve en 1457, ce n’est que le 25 mars 1468 qu’elle entre au Carmel dans le petit monastère qu’elle avait fait construire quelques années plus tôt.

Ainsi, en 1463, avec la bienveillance de frère Jean Soreth (1394-1471), prieur général des Carmes, Françoise d’Amboise fit édifier une maison pour accueillir des religieuses dont plusieurs venues de Liège :
Sœur Jeanne d’Avaigne,
Marie de Senne,
Catherine de Teigné,
Marguerite d’Arras,
Marie Roty,
Jeanne Cardinal,
Catherine le Digoedec,
Jehanne d’Estable,
Anne d’Orbec,
Françoise Marquies,
Jeanne Marquies.
A remarquer dans ce groupe précurseur la présence d’une seule Bretonne : Catherine Le Digoedec.
C’est le premier monastère de Carmélites en France, placé sous le vocable très particulier des Trois Maries.

Le manuscrit M.84 de la Pierpont Morgan Library porte sur une page de garde une note marquant sa provenance : « Ce Pseautier etoit conservé à la Communauté de Nazareth(1) et etoit à l’usage de [Françoise] D’Amboise Leur fondatrice environ 1480 ».

Aucun doute ne subsiste sur l’origine précise de ce manuscrit. La présence, inscrites en lettres rouges, des fêtes de Marie Cleophe au 25 mai, et de Marie Salomé au 22 octobre, au calendrier, désignent bien Françoise d’Amboise comme leur commanditaire, et marque l’attrait qu’avait la duchesse pour le culte des Trois Maries, déjà ancien en Bretagne (voir notre post)
La Médiathèque de Nantes possède un Diurnale (ms. 32) probablement utilisé par la duchesse, alors \”Seur Franzoize d’Amboise\”.
Et on sait qu’elle prenait grand soin de ses livres, les faisant écrire …
Un de ses comptes de l’année 1456, relève :

A dom Armel Guilleron, pour avoir escript ung livre à la Duchesse, par marché fait ò lui le XVIe jour d’aoust, l’an LVI, – VI livres X s. 4.
….. Item, a paié du commandement de la Duchesse, a valloir sur le saellaere de l’escripture de livres que madicte damme fait faire pour le couvent de Saincte Clare a Nantes. III liv. XIII s. IIII d.

m84.118ra.jpg


Françoise d’Amboise présentée par son saint patron. Vitraux de la collégiale de Nantes


Tombeau de Pierre de Bretagne et de Françoise d’Amboise dans la collégiale de Nantes.

Note
(1) Le couvent de Nazareth ne fut fondé qu’au début du XVIe siècle.

Je remercie Roger S. Wieck, conservateur à la Pierpont Morgan Library.
Voir le site CORSAIR de la Pierpont Morgan Library pour description et photos du ms. M.84.
Françoise d’Amboise sur Wikipedia
Diane Booton, Manuscripts, Market and the Transition to Print in Late Medieval Brittany, Ashgate, 2010, p. 280-281.

12 Juil 2015
Jean-Luc Deuffic

« Cest a moy vaillant » : les Heures de Villebichot (Northampton, MA, Smith College, Mortimer Rare Book Room, Neilson Library, Ms. 288)

La bibliothèque du Smith College de Northampton est une des dernières institutions à rejoindre la base DIGITAL SCRIPTORIUM. Un post récent de notre ami Peter Kidd nous a ainsi orienté vers ses manuscrits, et nous y avons découvert avec bonheur un livre d’heures ayant servi de \”livre de raison\” à un membre de la famille DE VILLEBICHOT, modeste lignée de Bourgogne, plus exactement d’Auxonne et des environs de Dijon. Malheureusement, on a, semble-t-il, malicieusement \”extirpé\” toutes les peintures de ce manuscrit.

Plusieurs notes concernant la famille DE VILLEBICHOT sont ainsi présentes. Sur le contreplat supérieur on peut lire :

Cest a moy vaillant (en lettres gothiques, avec signature, sans doute d’un premier possesseur)

et a moy Jehan Baptiste
de Villebichot a present
commis es grenier a
scel dauxonne et Mirebel

Au f. 1r : \”On ne peut servir deux maitres\”
f. 14 (en rouge) :

Oracio domini ducis Burgondie qui debet dici cothidie et est valde devota et pulcherrima et est scripta per manus dominia de Burgondia sui primi philozophi et est talis/ Domine sancte pater omnipotens eterne deus qui enoch…/ …Inimicorum suorum hodierna die liberare di[ ]neris. Per dominum nostrum ihesum christum amen

f. 222v

Eage de Jean Baptiste de Villebichot Jean Baptiste de Villebichot filz de Benigne de Villebichot nasquit au mois doctobre le iii octobre 1588 du corps d’Anne de Xainctonge sa mere au lieu de Gemeaux et fut son parin Mons. Mr Jean Vallon conseiller du Roy au baillage et — de Dijon et sa maraine dame Janne (blanc) famme de Mr Claude procureur? marchant ——

Eage de Marye Clerc famme dudit Jean Baptiste de Villebichot Marye Clerc de Flavigny fille d’honnorable Estienne Clerc du corps de dame Philiberte Estiennot nasquit audict Flavigny

Avant contreplat inférieur :

Mariage desdits de Villebichot et Clerc en l’année 1619 au moys de febvrier le dimanche, etc

Eage d’Anne de Villebichot Anne de Villebichot nasquit du corps de lad. Marye Clerc au lieu d’Auxonne le samedy iii heures et demye apres midy vingt huictiesme jullay 1622 et furent ses parains et maraines Noble Pierre de Xainctonge (1) conseiller du Roy et son advocat general au parlement de bourgogne pour l’absence duqel Mr Benigne Viard, etc

L’ensemble de ces inscriptions biographiques s’étalent sur plus de huit pages.


Northampton, MA, Smith College, Neilson Library, Mortimer Rare Book Room, Ms. 288, f. 109
Ces bordures assez riches nous font regretter la disparition des peintures …

Notes

(1) Pierre de Xaintonge, seigneur de Reglois et de Marnay, avocat général au Parlement de Bourgogne (1615-1641), auteur de : Discours et Harangues prononcés au Parlement de Dijon, Paris, 1625, 1631 ; L’Arche reposée sur la France sous la conduite de Louis le Juste, Dijon 1639.
22 Juin 2015
Jean-Luc Deuffic

Un voyage dans le temps : les heures d’Isabeau de Pontbriand (Rennes, BM, ms. 1277)


(c) Bibliothèque Rennes Metropole

Exécutées vers 1430, les Heures d’Isabeau de Pontbriand (+ 1449) nous offre un parcours assez exceptionnel dans le temps jusqu’à la première moitié du XIXe s., époque de son dernier possesseur connu, l’avocat Jacques-Marie Carron de La Carrière (+ mort à Rennes le 26 novembre 1839, âgé de 86 ans).
Le manuscrit 1277 de la Bibliothèque de Rennes Métropole est l’oeuvre probable d’un artiste local, dont Eberhard König a souligné le \”charme très particulier\” des miniatures. L’usage liturgique des ces heures étant celui de Saint-Malo on peut imaginer l’enlumineur issu de l’ancienne cité portuaire très prospère au Moyen Âge, mais rien d’assuré sur ce point. Ce que l’on sait avec certitude c’est qu’il fut possédé (et peut-être exécuté spécialement pour elle) par Isabeau de Pontbriand dont le nom est inscrit en lettres d’or en bout-de-lignes des litanies (f. 61v-62), d’une façon très originale :

Cez matinez sont [a] Ysabel du Pont briend,
qui les trouvera si les range sans les gardez longuement
et il ara sans faille
une bonne trouvaille
d’un pot de vin
ou de servaise
et sera a bien
lieu bien aise.

Au f. 140 une nouvelle note précise qu’Isabeau donna le livre d’heures à son fils Olivier de Villarmoye (ou Villermaye) qui lui même le transmis à sa nièce Jacquette Berthelot :

Ces heures furent a dame Isabeau
de Pontbriand dame de Beaulieu
en son temps et les donna Olivier
de Villarmoye son fils a Jacquecte Berthelot sa
niepce.
Ces heures appartiennent a Jacquecte
Berthelot fille de Jehan Berthelot et
Marguerite Jehanne Turpin quelle Jacquecte
fut née le vign et cincqme jour
de septembre 1489.

Jacquette Berthelot épousa Jean de Carcaing. Aussi les premières pages du manuscrit portent, entre 1510 et 1530, les baptêmes des 11 enfants du couple sur le modèle suivant :

Le cinquiesme jour d’aougst lan mil cinq cens dix fut batizé Janne Decarcaing fille de Jean Decarcaing et de damoiselle Jacquette Berthelot sa femme sieur et dame du Chastelet et la Mesnardiere et fut parain noble homme Jan de La Sercelle ? sieur de … et furent maraines Louyse Le Senechal dame de La Rouerye et Janne du Pontavice.

A sa mort, Jacquette Berthelot transmet le livre d’heures à sa petite fille Françoise de Carcaing, née en 1559, enfant de Gilles de Carcaing (né en 1519/1520), lequel épousa en 1543 Julienne de Horlande (née en 1524). Au reste, ces derniers ont noté aussi entre 1543 et 1566 les baptêmes de leurs 16 enfants.


(c) Bibliothèque Rennes Métropole

A son lit de mort, Françoise de Carcaing fait don du livre d’heures à sa soeur aînée Guillemette de Carcaing (née en 1547) qui épousa en 1574 Guillaume de Languedoc. Les plats de la reliure du manuscrit porte son nom, avec des fers représentant la Crucifixion et l’Annonciation:

reliure_complete.jpg

Et ladicte Guillemette de Carcaing a donné les / presantes heures a son filz Geffroy de Languedoc a son deceix qui fu la mardy 13e jour de febvrier 1624 environ onze heures du soir.

Et ledit Geffroy de Languedoc les ayant laissées par son decez a damoiselle Janne Pihier son espouse elle les a données a Gilles de Languedoc son fils priez Dieu pour eux ». (d’une autre main) « et Gilles de Languedoc les a données a Janne de Languedoc sa fille espouse de Me Bain procureur du Roy de police.

Apres la mort de ladite de Languedoc ces heures passèrent entre les mains de Gilles-Joseph Bain, sr de Bonabry, son fils, né à Rennes le 8 juillet 1698 qui y epousa en 17[blanc] Anne-Jeanne Regnaud; et après la mort dudit Gilles-Joseph Bain arrivée le [blanc] les mêmes heures appartinrent à Guy-Jean-Joseph Bain, son fils, né à Rennes, paroisse de Toussaint le 3 decembre 1730, mort à Chateaubriand le 17 mai 1797, il avoit épousé le [blanc] decembre 1767 paroissse d’Izé près Vitré Catherine Thuillier morte au dit Chateaubriand le 22 decembre 1773.

Le dit Guy-Jean-Joseph Bain donna les dites heures en 1794 à Jacques-Marie Carron son neveu à la mode de Bretagne, comme fils d’Hélène-Perrine Leloué, cousine germaine dudit Bain, laquelle Leloué étoit fille d’Anne-Jeanne Bain, soeur dudit Gilles-Joseph Bain cidessus et femme de Vincent Yves Leloué. Priez Dieu pour leurs ames.

On peut ainsi suivre avec une certaine émotion le parcours et l’histoire de ce livre d’heures sur près de 4 siècles, des années 1430, lorsqu’il appartenait à Isabeau de Pontbriand, jusqu’au décès, le 26 novembre 1839 à Rennes, de l’avocat (historien) Jacques-Marie Carron de la Carrière.

Manuscrit numérisé sur les Tablettes Rennaises

Acquis en 1985 à la vente Sotheby’s du 26 novembre, lot 128.
Nous préparons une édition complète des annotations de ce livre d’heures, et une étude sur l’histoire des différents possesseurs.

Biblio :

\”Nobiliaire de Bretagne dressé en 1788 par Carron\”, dans Le cabinet historique, t. XII, 1866, p. 88-94, 118-120, 171-173, 206-212. Paul Parfouru, « Inventaire des archives de la paroisse Saint-Sauveur de rennes par Gilles de Languedoc, 1720 », dans Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. XXVIII, 1899, p. 205-284. Gauthier AUBERT, « Gilles de Languedoc (1640-1731) bourgeois de Rennes, greffier de la Communauté de ville et son Recueil historique », dans Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. CII, 1999, p. 225-246 (renvoi à son mémoire de maîtrise de 1993). Trésors des bibliothèques de Bretagne : exposition, Pontivy, 1989, n° 23. Manuscrits à peintures, XIIIe-XVe siècles : exposition, espace Ouest-France, Rennes, 18 septembre-18 octobre 1992, p. 43-45.

19 Mar 2015
Jean-Luc Deuffic

Le Livre d’heures de Pierre Gascoing, grénetier au grenier à sel de Nevers (ou ce qu’il en reste …)

eb_dep.jpg

Dans un dernier post nous faisions état de la découverte sur ebay de deux feuillets d’un Livre d’heures d’origine vosgienne. Aujourd’hui, dans la même veine, venant d’Italie, ce sont quelques cahiers d’un Livre d’heures du XVe s. de la région de Nevers retenus dans une reliure Renaissance, semble-t-il. En fait, c’est toute la partie \”Livre de raison\” qui a été conservée, c’est-à-dire des annotations de baptêmes, de décès ou de mariages. Nous avons réussi, sans trop de difficulté il est vrai, grâce aux travaux généalogiques de Claude Dietenbeck, à identifier la famille propriétaire de ce manuscrit, en l’occurrence, celle des GASCOING, une importante famille nivernaise, qui portaient pour armes : D’argent, à trois grappes de raisin d’azur parfois tigées et feuillées de sinople.

En tenant compte des différentes notices manuscrites, c’est à Pierre Gascoing (ou à son père Etienne) que dut appartenir ce livre de prières. En effet, c’est la plus ancienne mention relevée :

Le vendredy huictiesme jour de decembre mil Vc cinquante neuf sur les deux heures aprez midy dud. jour est nay Pierre Gascoing fils de Estienne Gascoing et de dame Anne Despres lequel a este baptisé sur les quatre heures du soir lesd. jour par Me Francoys Maillard ? curé de St Martin …

Pierre Gascoing était le fils d’Etienne Gascoing, seigneur de la Belouse (ca1517 +1568/1567), écuyer, marchand à Nevers, et de (x 13.1.1542) Anne Després (ca1521), fille de Pierre et de Madeleine Perron.
En 1603, Pierre Gascoing, grénetier du grenier à sel de Nevers, et Guillemette de Lucenay, sa femme, s’engagérent « à faire construire une voûte (caveau) et à clore l’autel de Saint-Michel, sis dans l’enclos et du côté du chœur de l’église de Saint-Martin de Nevers pour eux, leurs enfants et leurs descendants ». De même, pour la chapelle Saint-Sébastien, ils « demandaient permission de parer et d’embellir l’autel d’ornements, d’une épitaphe avec leurs armoiries et d’une clôture de bois fermant à clef » (1).

Par la suite, Pierre Gascoing a relevé toutes les naissances de ses enfants : Anthoinette, Anne (21 février 1585), Guillaume (1586), Jacquette (1589), Françoise (1592), Jean ? (1594), Estienne (1600), le décès d’Anne

Après la mort de Pierre Gascoing, qui dut survenir peu avant 1612, le Livre d’heures passa par les mains d’un de ses fils, Etienne (marié en 1626 à Huguette Bougne), qui le transmis à son fils Guillaume (1629-1713, marié à Marie Quartier) qui lui-même le transmis à son fils François (1659-1705), lequel épousa, le 24 février 1688 à Saint-Jean de Nevers, Jacquette Gascoing (1666-1721), fille de Gilbert et de Françoise Pinet.

C’est ainsi que nous trouvons sur plusieurs feuillets les naissances et décès des enfants de ce dernier couple, que nous avons, pour certains, comparés aux registres paroissiaux de Nevers (RP) :

Le quatre octobre 1689 est nay Jean Gascoing a huict heures du matain at esté baptisé le lendemain par monsieur Bernard curé de St Jean son parrin Monsieur Jean Pinet chanoine de St Sire et neveu .. oncle maternelle) et sa marraine dame Janne Gascoing baronne de Giry sa grand tante paternelle et est mort le 13 me may 1691 et enterré a St Arigle 

Le 31 aoust 1690 est nay Fransois Estienne Gascoing et a esté baptisé le mesme jour par Monsieur Bernard curé de St Jean son parrin Fransois Gascoing son oncle maternelle et sa marraine Damme Marie Gascoing dame de Meurreaus sa tante maternelle et est mort le … septembre de la mesme année et il est enterré a St Arigle Gascoing De Villecourt.

Le 13 me septembre 1691 a sept heures du matin est nay Hugete Gascoing et at esté baptisée le mesme jour par mon. bernard curé de St Jean a nevers son parrin Fransois Gascoing son cousin maternel et sa marraine Fransoise Gascoing sa grande tante paternelle elle est morte le 29e avril 1695 et est enterrée a St Jean

(RP) Le 14 esme septembre dud. an a esté baptisée Huguette fille de noble Guillaume (barré) Gascoing sr de Villecourt escuyer … et de damoiselle Jacquette Gascoing le parrain noble Francois Gascoing la marraine damoiselle Francoise Gascoing

Le 29 avril audit an (1695) est décédée Huguette Gascoing fille de noble Gascoing sr de Villecourt escuyer … dans la … du Roy et de damoiselle Iaquette Gascoing Le lendemain a esté inhumée dans leglise de St Arigle

Le 23e septembre 1692 entre cinq et sis heures du matin est nay Gilibert Gascoing et at esté baptisé le mesme jour par monsieur Bernard curé de St Jean a Nevers son parrin Gillebert Gascoing et sa marraine Anne Gascoing son oncle et sa tante maternelle. Gascoing De Villecourt (RP)

(RP) Le 22eme jour audit an a esté baptisé Gilbert fils de noble François Gascoing escuier sr de Villecourt …. du roy et de damoiselle Jacquette Gascoing le parrain honeste fils Gilbert Gascoing … la marraine damoiselle Anne Gascoing

Le 5e novembre 1693 entre onze heure et midy est naye Claude Jaquette Gascoing et at esté baptisée le mesme jour par Mon. Bernard curé de St Jean a Nevers son parrin Estienne Des Prez son cousin paternel sa marainne Claude Jaquette Gascoing sa tante maternelle La dite Claude est décédée le 4 may 1740 ? et est inhumée a lhopital Dieu …

Le 4me janvier 1695 entre cinq et six heures du matin est née Quaterine (sic) Gascoing et a esté baptisée le 13 dudcit mois et an par Mr Bernard curé de St Jean de Nevers (son parrain Joseph Pinet sr de Mantellet son cousin maternelle ) et sa marraine Delle Quaterine Gascoing sa tante maternelle Gascoing De Villecourt Elle est morte en 1696

(RP) Le treiziesme janvier 1695 a esté baptizée Catherine fille de noble François Gascoing sr de Vilcourt et de demoiselle Jacquette Gascoing a esté parrin noble Joseph Pierre Pinet sr de Mantelet advocat en parlement la marraine damoiselle Catherine Gascoing

Le 10 me may 1697 entre quatre et cinq heures du soir est née Marie Anne Gascoing et a esté baptisée le mesme jour par Mr Flament curé de St Jean de Nevers son parrin Guillaume Gascoing son frère et sa marraine Delle Anne Gascoing sa tante maternelle – Gascoing.

(RP) Le onzieme may a été batisée Marie Anne fille de noble François Gascoing sr de Villecourt et damoiselle Jaquette Gascoing le parrain honnete fils Guillaume François Gascoing frere de la batisée la marraine Anne Gascoing tante maternelle de la dite batisée, ainsi signé : Anne Gascoing – Guillaume Gascoing


Passage du Registre paroissial de Nevers concernant Marie Anne (AD58)

Le dernier avril 1698 entre quatre et cinq heures du matin est née Quaterine Marie Gascoing, et a esté baptisée le premier may au dit an par Mr Flament curé de St Jean de Nevers, son parrain Louys Jaque Olivier escuier son cousin maternelle sa marraine damoiselle Quaterine Gascoing sa cousine paternelle et maternelle. Gascoing De[Villecourt]

(RP) Le premier may audit an a esté batisée Catherine Marie fille de noble François Gascoing sr de Villecourt et de damoiselle Jaquette Gascoing le parrein Louis Olivier ecuyer la marreine damoiselle Catherine Marie Gascoing cousine issue de Germaine de la Ban…

La derniere note que nous avons relevé concerne Jean-François Gascoing, bourgeois de Saint-Pierre-le-Moutier,  :
Jean Francois Gascoing frere de Guillaume a espousé dame Elizabet Blandin de Pre … eus 4 enfans desquelle nest resté que Gilbert Gascoing né en 1732 au dix septembre qui fut marié en 1743 a dame Marie Anne Perette Moquot Dagnon et en 1746 a eus le 25 un enfan au mois de novembre apellé Jean François Gascoing fils de Gilbert Gascoing son parrin a ete Jean Francois Gascoing son grand pere et sa maresne Jeanne Mocquot de Roussy sa tante maternelle et du 26 juillet 1779 est né une fille son parin a été Francois Gascoing du chazau son grand oncle et sa maresne (Marie du Bressour) et a esté baptisée a St Martin le mesme jour

Il y a bien d’autres mentions à relever sur ces fragments, mais la place nous manque ici …

NOTES
(1) André Sery, L’abbaye St-Martin de Nevers de chanoines réguliers de Saint-Augustin, Nevers, 1902, p. 94.
Source : travaux de Claude Dietenbeck

Dimensions : 178 x 126 mm – 16 longues lignes sur une seule colonne.

8 Déc 2014
Jean-Luc Deuffic

Les Heures de Guillaume le Barbier et d’Hélène Henry (+1502), du Pays d’Auge (Normandie)

La BIBLIOTECA DIGITAL HISPÁNICA présente une grande variété de Livres d’heures. Nous y avons ainsi relevé le manuscrit RES/161, issu des collections de la Bibliothèque nationale d’Espagne, ouvrage dont les premiers possesseurs ont pu être identifiés, et qui s’en sont servis comme livre de raison. Ainsi, les deux derniers folios sont occupés par des notices familiales concernant le couple Guillaume LE BARBIER x Hélène HENRY, dont nous avons essayé de transcrire quelques passages :
   
21 septembre 1488
Guill[aum]e le Barbier postullant en court laye natif et // demourant au Pontlevesque fut marié aud. lieu avec … // Helaine fille de Mahieu Henry escuier sr du Brouillar (1) // demourant a Conches et nagueres viconte du lieu // le xxie jour de septembre jour saint Mathieu lan de grace // mil cccc iiiixx et huit.
11 octobre 1489
Katherine fille desd. Le Barbier et Helaine fut nee et // baptisé aud. lieu du Pontlevesque le unze eme jour doctobre // lan mil iiiic iiiixx et neuf et fut son parrain maistre // Guillaume de Bray pour lors lieutenant general du viconte d’Auge // et ses marraines les damoiselles de … et …
18 septembre 1491
Jehan filz et second enffans desd. mariez fut ne et // baptisé aud. lieu du Ponlevesque le xviii jour de septembre // mil iiiic iiiixx et unze tenu par dame Jehanne Despaigne // prieur de saint Yves …… de saint // Melaigne et damoiselle Blanche de Haren? …. // de … est. sr dud. lieu // Led. Jehan na vesqu que trois moys.
17 mars 1492
Helix (ou Helie) tres enffans desd. mariez fut ne et baptisé aud. lieu // le dimanche xviie jour de mars mil iiiic iiiixx et xii a huit heures [..?] // midi et …
1er mai 1495

Jehan iiiie enffans desd. mariez fut ne et baptize aud. // lieu du poue… le vendredy premier jour de may mil iiiic // iiiixx et quinze a … heures du matin ou environ // et sont ses parains Pierre de Saint … escuier // avocat général pour le roy en la viconte d’Auge maistre jehan [le ?] // Goupil curé de Saint Melaigne et sa maraine // Jehanne femme de Michel Le Barbier oncle dud. Jehan.
avril 1499
Jehanne tierce fille desd. mariez fut nee et baptizée aud. // pontlevesque environ le mynuyt davril mil iiiic iiiixx dix neuf et fut son // parrain maistre Jehan du… curé de Jehan du Fossé escuier sieur de lad. fille.
1502 ° et + Guillaume iiiie filz………………………… desd. mariez fut né le mardi // des festes de Pasques xxixe jour de [mars ?] mil cinq cent et deux // ses parrains Guillaume et Michel le Barbier ses oncles et ses marraines …………… et led. Guillaume ..
13 avril 1502

Lad. Helene mere desdits enffans durant sa gesine dud. // Guillaume fut prise dune … …et autre malladie de … et // deceda le mercredi xiii e jour davril … aud. an mil [cinq] // cens deux plaize a Dieu aie son ame.

(1) Mathieu Henry, écuyer, sieur du Brouillard et de la Guéroulde, vicomte d’Ecouché et de Breteuil.

Patrick VNK (liste Noblesse Normande), que je remercie, m’a signalé l’article de (†) Pierre LESTOURMY sur la recherche de la Galissonière en 1666, élection de Pont-L’évêque, qui donne quelques éléments intéressants sur la famille LE BARBIER :
Contrat de mariage sous seing privé du 3 mai 1488, reconnu devant les tabellions d’Auge, pour le siège de Pont l’Evêque en 1489, entre Guillaume Le Barbier, esc. sr du Parcq, et Heleine Le Henry.
Contrat de mariage passé le 14 novembre 1535 et reconnu devant les tabellions royaux de la viconté d’Auge le 28 janvier 1536 entre Elye Le Barbier, esc. licencié aux lois, et damoiselle Marie Bigot.
Les BARBIER portaient d‘argent, à trois mains gauches (= senestres) renversées de sable, 2 et 1, accompagnées d’une molette de sable posée en abime.

Supports : deux épées d’argent à poignées d’or. Cimier : une pique d’or pointée d’argent, traversant un coeur de gueules. Devise : Hoc, manus et virtus, calcar et ensis, habent 

 
f. 143. Saint Martin

29 Nov 2014
Jean-Luc Deuffic

Des Heures : témoins de la piété (ou de la richesse?) des bourgeois de Paris à la Renaissance

heures.jpg

L’ouvrage d’Ernest Coyecque (1) nous a fourni quelques inventaires après-décès avec plusieurs mentions de Livre d’heures, certains \”prisés\” juqu’à 8 livres …

1515, Andri Jouette, épicier et bourgeois de Paris :
Une Heures en parchemain, escriptes à la main, commansant au premier feullet, après le calendrier : In principio, et fainisant au penultime, garnie de deux fermouez d’argent doré\” (C, p. 21)

1519, Nicolas Boudier, marchand et bourgeois de Paris :
Unes Heures, escriptes en parchemin, en lettre de forme, enlumynées et hystoriée, commencent au second feuillet d’après le kalendrier : lumine, et finissant au penultime : visa, reliés entre deux ays, couvertes de cuir rouges, garnyes de deux fermouers d’argent doré, à tringles d’or, esmaillées, à un Sainct Jehan et Saincte Katherine, à deux boutonneuses de perles, rivés sur deux tissus de velours carmoisy, avec une cjemisete de velour tenné, doublée de damas noir, VIII l. p. (C, p. 23)

1521, Jeanne Videron, veuve de Jean Boucher :
Unes Heures en parchemyn, reliées entre deux aiz, couvertes d’une chemysette de satin noir, doublé de satin tanné, garnys de deux fermouers d’argent doré, à tringles d’or, IIII l. p. (C, p. 20)

1522, Jacques Daniel de Cernay :
Une paire d’heures, en parchemin, dont les eages de feu monsr et de mademmoiselle sont dedens par escript, XXIIII s. p. (C, p. 50)

1522, Isabeau Mercier, veuve de Jean Hamelin, marchand et bourgeois de Paris :
Deux paires d’Heures, en parchemyn, lectre d’impression, historiés, à lectre d’or, dont l’une garnye d’une chemysette de camelot et l’autre couverte de velours noir, XLVIII s. p. (C, p. 55)

1525, Guillaume Poireau l’aîné, chandelier de suif et bourgeois de Paris :
Une peres de heures, en parchemyn, usaige de Paris, escriptes à la main, historiés et enlumynés, à lectre d’or ou d’azur, relyé entre deux ays, garnyes d’une chemise de camelot noir, bordées à l’entour d’or de Chipre, garnyes de clous et fermoyrs d’argent doré, à houpes d’or de Chipre et boutons à perles, IIII l. t.(C, p. 60)

Un cheval de selle vaut à peu près 20 livres en 1520 ; la livre de beurre, 1 sol ; un pourceau maigre, 2 livres.
Source de l’image : Quentin METSYS (Louvain, 1465/1466 – Anvers, 1530) Le prêteur et sa femme – 1514 – Musée du Louvre.
(1) Ernest Coyecque, Recueil d’actes notariés relatifs à l’histoire de Paris et de ses environs au XVIe siècle], t. I, 1498-1545, Paris, 1905

5 Nov 2014
Jean-Luc Deuffic

NANTES, Musée Dobrée, ms. 9 : les Heures de Charlotte de Miray


© Nantes, Musée Dobrée. BVMM (IRHT)

Parmi les beaux manuscrits du Musée Dobrée de Nantes figure un Livre d’heures du XVe siècle qui nous a laissé les marques d’un ancien possesseur, en l’occurrence les naissances de deux de ses enfants survenues en 1606 et 1610 :

Auiourduy dizehuitiesme de septambre // 1606 a neuf heure du matin est nay // Claude Dargier filz de Louis Dargier et // de Charlote de Miray ses pere et mere // et ses parins Madelon de Miray // grand oncle et Claude De Miray son // oncle et maresne Anne de Cheuvrier a // esté batizé ce mesme jour an leglize // de Vilantroys par messire Pierre Glenet // curé dudit Vilantroys.
Le lundy // huictiesme iour // de nouembre 1610 // a esté bas né // Charle Dargy // & à esté bap // tizé en leglise // de Villentrois & a pour // parrain Charles de Baillou // escuyer sieur des Coignées // & damoiselle Gabrielle de Miray // pour marresne // Lambinet abbé.

Le premier folio de notre Livre d’heures porte en effet cette note barrée :

Je suis a Charlotte // de Miray.

Le 14 juin 1605, Charlotte de Miray épousa Louis d’Argier, deuxième du nom, de la branche de la Ridelière (Histoire de Berry, Gaspard Thaumas de La Thaumassière, ‎Paris, 1689, p. 1132). Le couple eut trois enfants :
1) Claude, né le 18 septembre 1606, comme nous l’apprend ce manuscrit, fut marié le lundi 4 septembre 1628 à Marie de Martin. Il décéda le 26 mai 1662 à Villentrois.
2) Charles, né le 8 novembre 1610, écuyer seigneur de la Combaudière, épousa le 21 juillet 1637 Anne Françoise de Boutillon.
3) Christophe. Au f. 25v du manuscrit du Musée Dobrée on peut lire : Ce iourduy est nay. La suite, non complétée, devait certainement concerner ce Christophe.


© Nantes, Musée Dobrée. BVMM (IRHT)

La famille d’Argier portait d’argent, à trois tourteaux de gueules, deux en chef et un en pointe. Jean d’Argier a formé la branche de la Ridelière à Villentrois (Indre).

Nous avons utilisé la généalogie en ligne d’Evelyne Dubois sur Genenaet. De même voir le blog.
Description précise du manuscrit dans le catalogue du Musée Dobrée de l’abbé G. Durville.
Photos sur le site BVMM de l’IRHT.

15 Sep 2014
Jean-Luc Deuffic

Auction : Heures à l’usage de Paris

00000000000000000000000000000000000000000000000000_abon.jpg
BONHAMS : 22 Sep 2014

Lot 9
HORAE.
Illuminated manuscript on vellum, Book of Hours in Latin, Use of Paris [Paris, first quarter of the fifteenth century].
142 leaves, 188 x 139 mm. 15 lines. 7 miniatures :
f 13 The Annunciation (slight flaking to chequered background) ;
f 36 (an extended 4-line initial D opening Prime, 42 x 35 mm) The Adoration ;
f 59 The Coronation of the Virgin ;
f 65 King David ;
f 83 The Crucifixion ;
f 91 Pentecost ;
f 98 A Funeral.
Provenance: SIR EDWARD BURNE-JONES, 1833-1898

BONHAMS : 22 Sep 2014
http://www.bonhams.com/auctions/21845/lot/9/

5 Juin 2014
Jean-Luc Deuffic

Prochaines ventes : Sotheby’s, Livres d’heures et statuts

Sotheby’s 8 juillet 2014 : une des belles ventes de l’année …
Lot 16: un feuillet avec scènes de la vie de saint Denis, enluminées par Richard et Jeanne de Montbaston (XIIIe s.)
Livres d’heures : lot 60, 61, 62, 63, 64 (Peut-être décoré à Rennes), 65
Catalogue en ligne : http://www.sothebys.com/pdf/2014/L14240/index.html

Alde – 27/06/2014, lot 58. [HEURES]. Horæ ad usum Romanum. [Flandres (?), fin du XVe siècle]. Manuscrit sur vélin de 161 f.n.ch. 130 x 90 mm. Reliure XVIe s.
http://catalogue.gazette-drouot.com/html/g/fiche.jsp?id=4029334
00000000000000000000000000000000000alde.jpg


Heures (Flandres?)

SARTHE ENCHERES – 28 juin 2014. Lot 255. Livre d’heures. XVe s. 158 pages de velin. 175 x 115 mm. 8 miniatures. 4 feuillets de velin portant des annotations manuscrites, Reliure du XVIe siècle. Provenance : 1) vers 1510: Gillette de Vassau épouse d’un Pierre Clément… (p. 5r). 2) vers 1580: demoiselle Loyse Dehault épouse d’un de Grand de la région de Chaumont, (Haute Marne) (p. 2r). 3) vers 1620: Alexandre de Grand, fils des précédents (p. 162v). 4) vers 1663: Nicolas de Grand, fils du précédent (ibid.). 5) famille CAILLAUX à partir de 1812, Joseph Caillaux, etc …Baronne ROGER née Caillaux.
http://tiny.cc/iywygx


Heures à l’usage de Langres

AUDAP – MIRABAUD – Drouot Richelieu – 26 juin 2014- Lot 51 : Livre d’heures à l’usage de Langres – première moitié du XVe siècle ; pet. in-8 (100 x 80 mm) de 153 f. à 15 longues lignes par page, reliure du début du XVIIIe s.
http://tiny.cc/82wygx

Maître Hervé LEGROUX et Hôtel des Ventes de RODEZ – 19 juin 2014
Règles et statuts de l’église collégiale et chapitre de Saint Laurent de Rouergue – XVe s.

Pages :«123456789»