Voir les articles dans "Vente, auction"
21 Mar 2021
Jean-Luc Deuffic

Le « livre de raison » des Bivelat (1574)

Présenté récemment pour une vente publique (31 mars 2021), un exemplaire défectueux du très rare Thresor de devotion contenant plusieurs oraisons devotes & exercices spirituelles: pour dire en l’Eglise pendant l’office divin (Douai: Jean Bogard, 1574), une impression gothique en rouge et noir décorée de 30 vignettes gravées sur bois représentant des scènes de la Passion, dont 9 avec le monogramme CI ou IC (Jean Croissant, xylographe français ?), porte dans quelques marges les naissances de plusieurs enfants d’une famille Bivelat, protestante, dont la patronyme semble éteint aujourd‘hui. Hélas, les prénoms et noms des parents ne sont pas connus et figuraient peut-être sur des feuillets manquants de l’ouvrage  :

Par la grace de Dieu Nicole Bivelat fut née le vendredy vingt septiesme jour de juin environ cinq heures du soir l’an 1615

Par la grace de Dieu Barbe Bivelat fut née le sabmedy seiziesme jour se septembre 1617 et ce envyron les huict heures et demy du soir

Nicolas Bivelat fut né par la grace de Dieu le jour de la st Nicolas l’an 1613

Jean Bivelat deuzieme du nom fut né par la grace de Dieu le jour de la st Lucian le 27e de may la veille de l’Assention 1620 (cette fête de saint Lucien semble inconnue pour ce jour)

Barbe Bivelat 2e du nom fut née le jour de la st Crespin vingt cinquiesme d’octobre 1622 environ sur ledix et onze heures

Claude Bivelat fut né 9 juin 1628 environ dix heures et demy du soir parain Anthoine …. Et Barbe ….

Francois Bivelat par la grace de Dieu fut né jour de dimanche 9e jour de juin 1630 parain Francois Br… et la maraine dame Jeannon ….

Jean Bivelat semble avoir été le plus connu des membres de cette famille au XVIIe siècle. Il est probablement à identifier avec le Jean Bivelat, maître sculpteur et menuisier parisien, demeurant Vallée de Misère, à l’Image Notre-Dame de Boulogne, et qui, le 27 novembre 1650, passa marché avec Caprais Gourdan, maître peintre et sculpteur, demeurant sur le pont Notre-Dame, pour faire un tabernacle d’ébène de deux pieds et demi de haut, suivant le dessin qui lui avait été remis et moyennant la somme de 100 livres dont 32 livres payées d’avance (Paris, AN, MC/ET/IV/106). Cette demeure, à l’Image Notre-Dame de Boulogne, est connue pour avoir été occupée vers 1571/1572 par Pierre-Antoine Carneschi, un marchand florentin.

Jean Bivelat épousa Nicole Bonichon, et eut plusieurs enfants. Le dimanche 13 décembre 1648 fut baptisée Barbe, dont le parrain se trouve être justement ce Caprais Gourdan[1], maître peintre à Paris, cité plus haut ; la marraine fut Barbe Bivelat, femme de Jean Arnoult, boulanger, peut-être une sœur de Jean, celle née en 1622 (St Eustache n° 58 ; Fonds Laborde). Malheureusement cette jeune Barbe mourut quelques mois plus tard, le 14 octobre 1649, et fut enterrée à Saint-Père (cimetière Saint-Germain, « Cimetières des huguenots à Paris, p. 229)

Pierre-Jean Bivelat fut baptisé à Charenton, en octobre 1659; parrain, Pierre-Jean Bivelat orfèvre et peintre en émail, et marraine Marguerite Jumeau, femme de Sébastien Bourdon.

Ce Pierre-Jean fut graveur à Paris à la « Belle Etoile Couronnée », rue Saint-Louis, puis à « l’Image Saint-Louis », rue de Harlay. Il épousa Marie-Elisabeth Langlois, d’où Madeleine-Angélique Bivélat, née rue Saint-Louis, baptisée à Saint-Barthélemy le 1er décembre 1686 ; parrain, Claude Gaspard Langlois, marqueteur, rue Dauphine, marraine, Marie-Madeleine Bivelat, fille de feu Jean, sculpteur, rue Saint-Louis. Il décéda après 1702, à Paris. Madeleine-Angélique Bivelat, épousa l’orfèvre Nicolas Bouillerot (inventaire décès, 16 juillet 1733, Y 14948).

En plus de Marie-Madeleine, deux autres filles de Jean Bivélat sont connues : Marie et Elisabeth, lesquelles le 8 avril 1686, renoncèrent à la « religion prétenduë et réformée, de laquelle elles faisoit cy devant profession », dans la paroisse Sainte-Madeleine de Besançon (GG 54, fol. 11v)

https://www.interencheres.com/meubles-objets-art/angers-livres-anciens-et-modernes-284257/lot-27111857.html

[1] Le 14 mai 1645, âgé de 28 ans, il participe à une rixe survenue le 14 mai 1645 au soir avec d’autres peintres, à Fontainebleau : Pierre Gargan, de Paris, 33 ans, Jean Barbier, 19 ans, Alexandre Vernavont, flamand (AD 77, 2Bp 5310. Gourdan, Gourdon (Cappris, Capère, Caprais), p. sc., cité 1656 comme m. p. (Herl.) , 1659-1661 (G, Statuts). Agé de 28 ans; travaille à Fontainebleau, chambre du roi, en 1645 (Thoison, 1902). Pont Notre-Dame, 1663, mort avant.


La Vallée de Misère et le Pont aux Meuniers, à Paris

30 Sep 2016
Jean-Luc Deuffic

Livre d’heures à l’usage d’Orléans

Vente du 21 octobre 2016 : SCP PICHON & NOUDEL-DENIAU – 31 Boulevard d’Alsace – 06400 Cannes – 

LIVRE D’HEURES À L’USAGE D’ORLÉANS. France, Rouen et Paris, 1470 – 1490. 12 petites peintures pour le calendrier et 17 grandes peintures dans des encadrements variés par le Maître de l’Echevinage de Rouen (l’Annonciation), L’atelier du Maître de Jacques de Besançon (3) et le Maître de la Chronique Scandaleuse (13) 20 X 15 cm
EXPERT | DOMINIQUE COURVOISIER courvoisier.expert@orange.fr

a_alhorl.jpg

10 Mai 2016
Jean-Luc Deuffic

Fragment retrouvé d’un livre d’heures des Mathefelon

Nous avions relevé dans nos Notes de bibliologie (Brepols, 2009, p. 42 note 14), un passage de la Revue historique de l’Ouest (1892, p. 258), relatif à une exposition ayant eu lieu au pavillon des Halles de Vannes (Bretagne), laquelle présentait un « Livre d’heures venant de l’évêché (de Vannes), Livre d’heures de l’Office de la Vierge, embelli de fines miniatures représentant la Nativité, l’Adoration des Mages, la Fuite en Egypte, etc., et d’encadrements formés d’entrelacs et de rinceaux variés, avec les devises du possesseur, allant se répétant à chaque page : Faulte d’avis ; En passant temps ; Amis sont ; et les armoiries : de gueules à 6 écussons d’or, posés : 3, 2 et 1 », qui sont bien celles des Mathefelon.
J’avais alors précisé que ce manuscrit semblait introuvable…
Comme en la matière rien n’est vraiment jamais impossible, nous apprenons qu’une vente se déroulera au château d’Artigny à Montbazon le 12 juin 2016 (expert: J. Paul Veyssière). Au catalogue est inscrit, sous le lot 110, : \”LA FUITE EN EGYPTE. Peinture sur vélin extraite d’un livre d heures\”. La description ne fait aucun doute, il s’agit là d’une enluminure tirée de l’ancien manuscrit de l’évêché de Vannes… 


La Fuite en Egypte. Armes des Mathefelon. (c) Catalogue ROUILLAC

Mathef_2_devise.jpg
Devises des Mathefelon. (c) Catalogue ROUILLAC

223 x 168 mm. Provenance : manoir de la Roche-Musset, Cinq-Mars-la-Pile.

Pages :1234567...26»