Anne de Bretagne : la « librairie » d’une reine – I – Les livres d’heures

« La reine a 17 ans, elle est de petite taille, fluette, et elle boite visiblement d’une jambe, bien qu’elle porte des chaussures à haut talon pour cacher sa difformité. Elle a le teint foncé et elle est assez jolie. Sa finesse d’esprit est remarquable pour son âge et une fois qu’elle a décidé de faire quelque chose, elle s’efforce d’y parvenir par n’importe quel moyen et à n’importe quel prix ». (Zaccaria Contarini, ambassadeur de Venise, 1492)

« Pour parler de son savoir, oncques royne ne l’approcha … « (André de la Vigne, Croniques et gestes de Francoys premier, cf. Paris, BnF, Nlle Acq. Fr. 794, p. 9)

« Et tantost apprés se leva la tresheureuse dame de son siege pour aller devant ledit grant autel, et la estre pour la seconde foys precieusement sacrée et dignement couronnee, ainsi que celle qui par ses bonnes meurs tant vertueuses l’avoit merité. Et luy en appartenoit l’excellence et tryumphe de memoire perpetuelle, non a aultre, comme ainsi soit qu’en nulles croniques ne histoires, tant soyent antiques ou modernes, ne soit trouvé le pareil cas estre advenue » (« André de la Vigne, Le Sacre et couronnement d’Anne de Bretagne », dans Pierre Gringore, Les Entrées royales à Paris de Marie d’Angleterre (1514) et Claude de France (1517), éd. Cynthia J. Brown, Genève, Droz, 2005, p. 288-295).

Le volume LV des Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, publié en 1978, donnait une large place à la reine et duchesse Anne de Bretagne, et cinq études sérieuses lui furent consacrées. Nous abordons ci-dessous un aspect particulier de son environnement culturel, celui qui touche à ses livres manuscrits, écrits ou composés pour elle. Ces lignes prennent racine, je tiens à le préciser, de la belle étude novatrice de Michael Jones donnée dans le volume mentionné. On trouvera donc ici une liste aussi exhaustive que possible des manuscrits de la duchesse, livres personnels, de même que ceux possédés en commun avec ses époux, même les plus “douteux”.


— signature d’Anne de Bretagne —

I.- LES MANUSCRITS

Les livres d’heures

¶ Paris, BnF, Lat. 9474Horae ad usum romanum. Grandes Heures. France, Tours, début XVIe s. Vers 1505. 248 f. 300 x 195 mm.
Mandement à Jean Bourdichon, du 14 mars 1507 (1508 n. s.) [Gallica].
[Numérisé sur Gallica] Paris, BnF, Archives et manuscrits [ en ligne ]
Antoine-Jean-Victor Le Roux de Lincy, La vie de la reine Anne de Bretagne, II, p. 46-83. Le livre d’heures d’Anne de Bretagne. Ms. lat 9474 de la Bibl. nat., (Paris). Traduction et description des enluminures par l’abbé Henri Delaunay. Description des plantes représ. par Joseph Decaisne, Paris : L. Curmer, 1861 [ en ligne ]. Ernest Quentin-Bauchart, Les Femmes bibliophiles de France, XVIe, XVIIe & XVIIIe siècles, Damascène Morgand, 1886, II, p. 374-375. J. Camus, Les noms de plantes du livre d’heures d’Anne de Bretagne, Paris, 1894 (Extrait du Journal de botanique, 8e année, 19/23, 1894) [ en ligne ]. Henri Omont, Heures d’Anne de Bretagne. Reproduction réduite des 63 peintures du ms. latin 9474 de la Bibliothèque nationale, Paris: Berthaud, 1906 [ en ligne ]. Léopold Delisle, Les grandes heures de la reine Anne de Bretagne et l’atelier de Jean Bourdichon, Paris :  Édouard Rahir, 1913 [en ligne]. Victor Leroquais, Les Livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. I, 1927, p. 298-305 (n. 144) [ en ligne ]. Michael Jones, 1978, n. 7. Avril & Reynaud, 1993, p. 164. Édition fac-similé par M. Moleiro (2008). Diane E. Booton, « The Book Trade in and beyond the Duchy of Brittany during the Reign of Anne de Bretagne », dans Cynthia J. Brown, The Cultural and Political Legacy of Anne de Bretagne. Negotiating Convention in Books and Documents, Cambridge: D.S. Brewer, 2010, p. 11-27. Jean-Luc Deuffic, Le livre d’heures enluminé en Bretagne. “Car sans heures ne puys Dieu prier”, Turnhout : Brepols, 2020, p. 41-45, n. 1. Art de l’enluminure, Faton, n. 75,‎ décembre 2020.


© Paris, BnF, Lat. 9474. Source : Gallica

Paris, BnF, Nlle Acq. Lat. 3027. « Petites Heures ». ca 1499-1514. 78 f. 170 x 120 mm. A l’usage de Rouen. École de Rouen [Numérisé sur Gallica]
Paris, BnF, Archives et manuscrits [ en ligne ]
Le nom de sainte Anne est inscrit à deux reprises au calendrier de ces heures : au 30 janvier, en lettres rouges, et au 26 juillet en lettres d’or, de même aux litanies et aux suffrages. Le monogramme d’Anne s’y trouve à profusion dans les marges du texte, ainsi que les hermines qui décorent les bordures. 12 peintures à pleine page représentant des scènes du Nouveau Testament et celles de l’Ancien qui les annoncent. Manquent des miniatures, d’autres ont été déplacées.
Monogramme A.N.E. dans bordure. Hermines et fleurs de lys. Deux feuillets de vélin ajoutés en tête : d’un côté un grand écusson avec les armes de Catherine de Médicis (parti de France et de Toscane), surmontées de la couronne royale et entourées de la cordelière de veuve ; de l’autre l’emblème qu’elle prit après la mort de Henri II, représente une montagne de chaux qu’allume et vivifie une pluie dont les gouttes figurent les larmes de la veuve, avec ce vers pour devise : Ardorem extincta testantur vivere flamma. Provenance : Norzy. Vente Didot, 1879, lot 28. Ernest Quentin-Bauchart, Les Femmes bibliophiles de France, XVIe, XVIIe & XVIIIe siècles, Damascène Morgand, 1886, II, p. 377-378. Victor Leroquais, Supplément aux livres d’heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, Mâcon, 1943, p. 1-5, pl. XVII-XXVIII. Manuscrits à peinture, n. 358. Michael Jones, 1978, n° 8. Avril & Reynaud, 238. Deuffic, 2020, p. 45-47, n. 2.


© Petites Heures d’Anne de Bretagne, Paris, BnF, Nlle Acq. Lat. 3027, fol. 35. Source: Gallica 

¶ Paris, BnF, Nlle Acq. Lat. 3120. Numérisé sur Gallica [ en ligne ]. Paris, BnF, Archives et manuscrits [ en ligne ]
« Très petites Heures ». ca 1492. 163 f. 66 x 46 mm. Acquisition 1961 (Boisrouvray).
Manuscrits à peintures du XIIIe au XVIe siècle, Bibliothèque nationale, Paris, 1955, n. 273. Le Livre, Paris, Bibliothèque nationale, 1972, n. 215. Manuscrits offerts à la Bibliothèque nationale par le comte Guy du Boisrouvray, 1961, n. 24. Bibliothèque nationale. Enrichissements de la Bibliothèque nationale, 1961-1973, Paris, 1974, n. 647. Michael Jones. Avril & Reynaud, 143. Deuffic, 2020, p. 48-49, n. 4.


© Paris, BnF, Nlle Acq. Lat. 3120, fol. 73. Source: Gallica

¶ Nantes, BM, 18. Numérisé sur [ ARCA/ IRHT ]
Heures. 115 f. 120 x 80 mm. Catalogue général, p. 4-5. Description dans : Ernest Quentin-Bauchart, Les Femmes bibliophiles de France, XVIe, XVIIe & XVIIIe siècles, Damascène Morgand, 1886, II, p. 375-377. Michael Jones, 1978, n. 2. Deuffic, 2020, p. 53, n. 9. Il n’est pas certain du tout que ce manuscrit ait appartenu à la reine.