Voir les articles dans "Bibliologie bretonne"
15 Mai 2024
Jean-Luc Deuffic

Les Heures de Philippotte Ruffier

Vente du 27 mai 2024 : Ketterer Kunst GmbH & Co. KG, Munich. Catalogue en ligne.

Livre d’heures. vers 1380, nord-ouest de la France (Rennes ?). 195 x 155 mm, vélin, 90 feuillets, incomplet, manque au moins 15 feuillets et probablement un calendrier, 17 lignes, 115 x 75 mm, 6 grandes peintures, pour la plupart avec bordures, initiales enluminées.
fol. 35-36 déchirées; section coupée dans la marge du fol. 70.

Reliure veau doré français du XVIe siècle sur des ais en carton, chaque plat avec un ovale central représentant la Crucifixion, la devise LOYAL DESIR, des armes héraldiques à un ou deux chevrons, et une semée de fleurs de lys dorées, le plat inférieur également avec le date “1[5]90”.
Le dos est doublé d’un fragment de manuscrit musical du XIIIe siècle avec portées rouges de quatre lignes.

LEAL DESIR est bien la devise des Monbrison (d’argent, au chevron d’azur, accompagné de merlettes de sable), mais point de merlettes ….

Exécuté pour une femme, sans doute  représentée dans l’une des miniatures, identifiée comme étant “PHELIPES RUFFIER”.
Suffrages aux saints Pierre, Paul et Anne (fol. 1, illustration ci-dessus) (note 1)De sancta Anna. Ant. De mutua visi/one et promissa sibi prole Domum (suam?) sunt regressi facti leti / et jocundi
Heures de la Vierge (fol. 3), Laudes suivies d’un suffrage à sainte Catherine (fol. 16v°) ; Psaumes pénitentiels (fol. 32); un bifolium mal placé de l’Office des Morts (fol. 35) ; Heures de la Croix (fol. 37) et du Saint-Esprit (fol. 38) ; les Quinze Joies (fol. 40) et les Sept requêtes (fol. 43) ; prières, etc. (fol. 45); Office des morts (fol. 47) ; prière, en vers français : Glorieuse virge raine / En qui, par la virtu divine… (Sonet-Sinclair n° 695) (fol. 70v°) ; Psaumes progressifs, dans un format inhabituel : en trois groupes de cinq, chacun suivi de versets, de réponses et d’un recueil (fol. 78) ; le récit de la Passion selon saint Jean (fol. 85) ; La Vie et légende de sainte Marguerite, en vers français (fol. 87), avec des notes marginales du XVe siècle indiquant que des feuillets manquaient déjà à cette date. Tous les textes sont plus ou moins imparfaits à l’exception des suffrages, des Psaumes graduels et du récit de la Passion.
Provenance : plusieurs remplissages de ligne porte le nom de « PHELIPES RUFFIER » ou une forme abrégée de celui-ci (fol. 15, 63v°, 78v°, 81v°, etc.).
Décor : miniatures : fol. 1, saints Pierre et Paul ; fol. 2, sainte Anne ; fol. 23, Présentation au Temple ; fol. 28v°, Massacre des Innocents ; fol. 70v°, la commanditaire agenouillée devant la Vierge à l’Enfant ; fol. 89v°, sainte Marguerite, presque nue, les mains liées et suspendue à une barre par les cheveux, battue par deux hommes.

Olivier du Guesclin, seigneur de la Ville-Anne, auquel son frère donna cette terre en partage, située dans la paroisse de Saint-Servan. Il eut pour femme Amice, nommée dans un acte du mois de novembre 1340, dont vint Saveline, dame de la Ville-Anne qui fut émancipée par son père au mois d’octobre 1340 et mariée à Jean Ruffier, seigneur du Bois Ruffier. Elle est enterrée en la chapelle de Sainte-Catherine au bout du Chapitre des Frères Prêcheurs de Dinan. Elle ne laissa qu’une fille nommée Philippotte Ruffier, dame du Bois Ruffier et de la Ville-Anne, qui s’est mariée à Raoul, seigneur de Coëtquen, duquel étant veuve, elle fit une donation en l’église des Jacobins de Dinan, le 20 octobre 1431.
Armoiries des Ruffier : D’azur billetté d’argent, au lambel de gueules à quatre pendants.
De La Chesnaye-Desbois et Badier, Dictionnaire de la noblesse, tom. 10, Paris, 1866, col. 44.

Philippotte Ruffier fonda plusieurs messes en la chapelle du Vau-Ruffier, le 17 octobre 1427 (René Couffon). D’après Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes d’Armor, E 2933
Dame Philippotte, pour le repos de l’âme de son époux, Raoul IV de Coëtquen, maréchal de Bretagne, ainsi que pour celles de ses père et mère et pour elle-même, fonda cinq messes à dire par semaine, à savoir deux à l’église de Plouasné et trois à la chapelle du Vau-Ruffier, et présenta pour assurer ces messes Dom Jehan “Heriezon”* à Mgr l’Evêque de St-Malo, lequel approuva la fondation, qui fut en 1434 définitivement fixée à 25 livres de rente annuelle. (Page Joseph Denoual)

Le manoir de Vau-Ruffier, d’après un dessin de Henri Frotier de La Messelière (1876-1965)

Une autre Philippotte Ruffier, de la maison du Vau-Ruffier, est donnée par l’historien Du Paz comme épouse de messire Bertrand Herisson,  seigneur de La Ville-Hélouin (Médréac, ancien évêché de Saint-Malo), chevalier, en 1427.
Armoiries: D’argent, à trois hérissons de sable.

Notes
(1) Voir le culte de sainte Anne à Plouasne (département des Côtes-d’Armor). Paul-Victor Charland, Le culte de sainte Anne en Occident, Québec, 1921, p. 19. Cantus index 201115. Medieval Music Manuscripts Online Database


Sceau de Guillaume Ruffier (Nantes, ADLA, E 142/23, 1379) Base Sigilla

Bibliographie

Vente aux enchères Christie’s du 7 juin 2006, lot 42
Sotheby’s : Medieval And Renaissance Manuscripts, 5 juillet 2016, lot 59 (Mara Hofmann)

27 Avr 2024
Jean-Luc Deuffic

Autour d’un Pontifical de Robert Guibé, évêque de Rennes (†1513) : un nouveau feuillet !

Notre ami Peter Kidd a déjà retracé (avec sa rigueur érudite coutumière) les mouvements de quelques feuillets d’un Pontifical de l’évêque de Rennes Michel Guibé (mais plutôt de Robert) sur son blog Medieval Manuscripts Provenance : première partieseconde partie.

Un nouveau feuillet est arrivé sur le marché ces derniers jours, sur le site de vente en ligne de la Potomack Company (Alexandria). Il concerne le début de la consécration d’un autel sans dédicace d’église :DE ALTARIS CONSECRATIONE, QUE FIT SINE ECCLESIE DEDICATIONE. Quando altare solum , et non ecclesia , consecratur … 

Photo Potomack Company

 

En fait, tous ces feuillets proviennent d’un Pontifical de Robert Guibé (353 x 250 mm)  différent (et plus petit), que celui qui se trouve dans les collections de l’évêché de Rennes (432 x 302 mm), ayant appartenu à Michel Guibé, lequel avait fait l’objet d’une magnifique étude en 2001 :

Missel pontifical – XVe siècle : Cérémonial du couronnement des Ducs de Bretagne, Collectif (Françoise FERY-HUE, Sophie CASSAGNES-BROUQUET, Xavier FERRIEU, Loïc de COURVILLE, André CHEDEVILLE). Ouest-France & Association des Amis des Archives Historiques du Diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, 2001. 24 x 32 cm, 110 pages (nombreuses illustrations couleurs). Sommaire : Préface de François Saint Macary. I. Du Duché à la Province, le contexte historique. II. Les Landais-Guibé, un bel exemple de népotisme. III. Un Manuscrit pour la Bretagne. IV. Contenu du Manuscrit. V. Le Plain-Chant, les heures musicales d’un évêque entre deux sièges. VI. Le Cérémonial du Couronnement des ducs de Bretagne au XVe siècle. VII. Pour Lire le Cérémonial. VIII. Fac Similé – Transcription – Traduction par F. Féry-Hue. IX. Le Centaure et la Centaurée, le décor du Pontifical. X. Des Pigments et des Encres, étude scientifique. XI. L’Armorial des évêques de Rennes.
Compte-rendu Florian Mazel [en ligne ]

Empreinte de sceau. Michel Guibé. 1482. Nantes, ADLA, E 58/4

Récapitulatif des feuillets dispersés provenant du Pontifical de Robert Guibé

Harvard, Houghton Library, ms Lat. 470 (1 feuillet) (Ordo pour la tenue d’un synode et litanies des saints) : http://id.lib.harvard.edu/alma/99153726407303941/catalog
Sur ce feuillet voir la contribution de mon amie Diane Booton [en ligne]
Seattle Art Museum (WA) (2 feuillets) : Inv. 54.118. (consécration et ordination d’un évêque) et Inv. Inv. 47.15. (messe de consécration) https://art.seattleartmuseum.org/collections
Princeton, Gilded Lion (2 feuillets) (Ordo pour la consécration d’une église et d’un cimetière)
Phillip J. Pirages, Catalogue 54, 2007, no. 9 (1 feuillet) (Consécration d’un autel portatif)
Royaume Uni, collection privée (Messe pour la dédicace d’une église et pour la réconciliation d’un cimetière profané).
Collection privée, vente Potomack Company du 25 avril 2024 (consécration d’un autel sans dédicace d’église) (lien)
Sotheby’s, vente du 13 décembre 1965, lot 173 (4 feuillets, dont probablement celui de Houghton)

Les feuillets dispersés, listés par Peter Kidd, sont à 30 lignes par colonne alors que le Pontifical étudié en 2001 est à 25 lignes.
(Source : Peter Kidd = https://mssprovenance.blogspot.com/)

Notice

Voici la notice que je consacre au Pontifical de Robert Guibé, frère et successeur de Michel Guibé à l’évêché de Rennes, dans mon Inventaire des livres liturgiques de Bretagne (2014): Diocèse de Rennes, n° 75.

Pontifical de Robert Guibé (ca 1460-1513), évêque de Tréguier (1483-1502), de Rennes à la mort de son frère Michel († 1502), et de Nantes (1507-1511). Il reçoit le chapeau cardinalice de Jules II lors du consistoire du 1er décembre 1505, au titre de Sainte-Anastasie. Archiprêtre de la basilique Sainte-Marie Majeure à Rome en 1511, il meurt dans cette même ville en 1513, enterré dans l’église Saint-Yves-des-Bretons.
Le manuscrit fut exposé à Rennes (1872), puis à Vitré, lors d’une séance du Congrès de l’Association Bretonne, en septembre 1876. Il appartenait alors au comte Olivier Le Gonidec de Traissan, au château de la Baratière (Vitré) :
« Voici ce que M. Ropartz, dans son compte-rendu de l’Exposition de Rennes de 1872, a dit de ce livre précieux qui, relié en veau gaufré sur ais en bois, fait partie de la belle bibliothèque de M. le comte O. Le Gonidec de Traissan :
Ce manuscrit, du commencement du XVIe siècle, contient, comme tout pontifical, les prescriptions des fonctions épiscopales, de même que le rituel règle les fonctions curiales. On y voit, en tête de chaque chapitre, une admirable vignette en miniature, représentant un évêque officiant ou remplissant les devoirs de son ministère, revêtu des ornements pontificaux propres à la cérémonie décrite dans le texte. Les armes de Robert Guibé, qui s’y trouvent, sont : d’argent à trois jumelles de gueules, avec 8 coquilles d’azur placées 3, 2 et 3.
C’est avec raison que le savant M. Ropartz a qualifié d’admirables les nombreuses vignettes que renferme ce Pontifical, car, outre que la composition en est presque toujours heureuse, leur coloris, quoique vieux de près de quatre siècles, a gardé une fraîcheur telle qu’elle pourrait être enviée par bien des œuvres modernes ».
Le pontifical en question est encore cité en 1906 par François Duine, dans ses Bréviaires et missels, p. 8-9. On ignore où se trouve actuellement ce manuscrit.
Association Bretonne, Session de Vitré en 1876 (1877), p. 303-304.


Signature de Robert Guibé dans une lettre “Escript à Rome, le XVIIIe jour d’aoust” (Paris, BnF, Français 2985, fol. 41

[Un grand merci à Peter Kidd, à Mme Françoise Féry-Hue (IRHT) et à Diane Booton]

23 Août 2022
Jean-Luc Deuffic

Guillerm ar Bleis : copiste breton (vers 1350)

Parmi les nombreux copistes bretons du Moyen Âge que j’ai pu étudier figure  un certain Guillerm ar Bleis (Guillaume Le Bleis), originaire de Kergoat au pays de Cornouaille. Nous ne connaissons de lui qu’un seul manuscrit : l’oeuvre de Peyre de Paternas, maître en théologie des ermites de saint Augustin, Tractatus de sufficientia et de humanae vitae necessitate, conservé dans le manuscrit Paris, BnF, Lat. 3313A (Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525126499
Il s’agit d’un traité de morale en occitan et latin, rédigé en 1349 pour Delphine de Beaufort, la nièce du pape Clément VI, dont les armoiries sont souvent placées à côté de celles de son époux, Hugues de La Roche. Pour notre copiste breton, cela n’a pas du être chose facile …

Le copiste se nomme au fol. 160v : Guillelmus Lupi, de villa nemoris, Corisopitensis dyocesis, scripsit, … ad peticionem religiosi uiri fratris Petri de Paternis … 
Au fol. 1, deux peintures représentent la dédicataire aux pieds de la Vierge et de l’Enfant, présentée par s. Augustin, l’autre, l’auteur offrant son livre. Sur plusieurs fol. des notes en français ont été tracées à l’intention de l’enlumineur. Ainsi, au fol. 27v : « Grisel avant »  —  « Mestre Jehan de Mazeres »

Peut-être avons-nous là une représentation de l’enlumineur et du copiste ? Ou bien s’agit-il d’un maître notaire (Jean de Mazères) et de son « clerc » (Guillerm ar Bleis) exerçant du côté d’Avignon?

Au fol.148, un corbeau dit à un âne joueur d’orgue : « je chante mieux que vous »

Au fol. 149v : « S. Augustin despute contre les bougres »

Guillerm ar Bleis ne semble pas être un copiste professionnel. Exerça-t-il  comme notaire ? En novembre 1358, l’office de tabellion fut accordé à Guillaume Lupi (le Bleiz) de villa nemoris (de Kergoat), clerc de Quimper, non marié, et n’étant pas dans les ordres sacrés (Innocent VI, tome XX, fol. 339). Bulletin diocésaine d’histoire et d’archéologie, Quimper, 1912, p. 128. Les toponymes Kergoat étant légion en Cornouaille, difficile de dire exactement d’où était originaire notre copiste. Peut-être est-ce de Kergoat en Quéménéven (arrondissement de Quimper), que le peintre Jules Breton (+1906) a si bien immortalisé ?

 

Bibliographie

Carolus-Barré, « Peyre de Paternas, auteur du Libre de sufficiencia et de necessitat (1349) », dans Romania, t. 67 (1942-1943), p. 237.
Jean-Luc Deuffic, « Copistes bretons du Moyen Age (xiiie-xve) : une première “handlist”… », in Pecia. Le livre et l’écrit, Notes de bibliologie , vol.13, 2010, p. 151-198 , cité p.162
Jean-Luc Deuffic, « Livres d’heures et manuscrits du Moyen Âge identifiés (xive-xvie s.) », in Pecia. Le livre et l’écrit, Notes de bibliologie , vol. 7, 2009, cité p. 283
Émilie Nadal, « Les animaux dans les manuscrits du Sud-Ouest de la France au 14e siècle », dans De Medio Aevo, ISSN-e 2255-5889 : https://dx.doi.org/10.5209/dmae.66816
Catherine E. Léglu, Introduction, in Multilingualism and Mother Tongue in Medieval French, Occitan, and Catalan Narrativeshttps://doi.org/10.1515/9780271078632-003
Jean-Baptiste Camps, Les Manuscrits occitans à la Bibliothèque nationale de France, Diplôme de conservateur des bibliothèques, 2010, p. 65-66.

12 Sep 2021
Jean-Luc Deuffic

HERIBERT TENSCHERT : à propos de nos livres d’heures de Bretagne


HERIBERT TENSCHERT

Dans le monde assez fermé de la vente du manuscrit enluminé, HERIBERT TENSCHERT occupe une place privilégiée, au sommet même de la discipline. Depuis plus de 45 ans, cet homme, amoureux du livre manuscrit, a fait de l’art de collectionner son métier et sa passion. Nombre de trésors sont passés entre ses mains expertes, trésors qu’il a fait connaître de par le monde au travers de ses nombreux catalogues érudits somptueusement illustrés.
Heribert Tenschert est né en 1947 d’une famille de réfugiés de Silésie/ Bohème installée en Bavière (Allemagne). Après des études de littérature et de philologie allemandes et romanes (1969-1977) à l’université de Fribourg-en-Brisgau, avec Erich Köhler (1924-1981), il ouvre une librairie spécialisée à Rotthalmünster, en pays bavarois. Intéressé à l’origine par la bibliophilie moderne (épisode Franz Kafka), il se consacre principalement par la suite aux ouvrages médiévaux et plus particulièrement aux livres d’heures, tant manuscrits qu’imprimés. Parmi ses nombreux clients figure l’industriel et collectionneur d’art allemand Kurt Bösch, propriétaire alors de la Bibermühle, résidence “seigneuriale” près de Ramsen (Suisse), au bord du Rhin, composée du moulin d’origine avec ses dépendances et d’une villa aux allures de château, construite par Albrecht Sulzer en 1918.
C’est dans ce magnifique domaine de Bibermühle qu’il acquiert en 1993, que notre collectionneur passionné déploie toute son énergie dans l’expertise des plus beaux et des plus précieux manuscrits enluminés, tant pour leur illustre provenance (souvent royale) que pour leur somptueuse décoration (attribuée aux maîtres les plus prestigieux).
Heribert Tenschert, collectionneur, est avant tout un “connoisseur” doté d’une mémoire fabuleuse. En France, en 2002, il reçoit le grade de Chevalier de l’ordre des arts et des lettres et la communauté universitaire, au vue de ses compétences, a jugé bon de le nommer à juste titre docteur honoris causa de l’Albert-Ludwigs-Universität de Fribourg-en-Brisgau en 2010.
Bibermühle abrite ainsi la plus grande collection au monde de livres d’heures imprimés, ainsi que le plus important ensemble de livres illustrés du XVIIIe siècle (environ 2600 ouvrages), la plus belle réunion de reliures mosaïquées du XVIIIe siècle, et une collection unique de livres illustrés français de l’époque romantique (vers 1825-1875, environ 1000 volumes).


« à compartiments »

Heribert Tenschert s’est entouré des meilleurs spécialistes. Pas étonnant donc, si la plume et les connaissances d’historien d’art du professeur Eberhard König rehausse encore davantage  ses riches catalogues depuis de nombreuses années. Le dernier en date (Katalog LXXXVIII, 2021) est entièrement consacré au livre d’heures de Claude de Toulongeon (1), seigneur de Traves, de la Bastie, du Chastelier, etc… chevalier de la Toison d’or en 1481, un des principaux opposants à Louis XI en Bourgogne, lequel occupa plusieurs fonctions importantes : conseiller et chambellan de l’archiduc en 1477. Marié en février 1476 avec Guillemette de Vergy, dame de Bourbon-Lancy (+1504), veuve de Guillaume de Pontailler, seigneur de Talmay, fille de Charles de Vergy et de Claude de La Trémoille.


Les Heures de Claude de Toulongeon

Ma rencontre avec Heribert Tenschert s’est faite assez simplement, mais dans un lieu prestigieux, sous la coupole du Grand Palais, à Paris, lors d’un Salon International du Livre Ancien, toujours très fréquenté. Mes yeux avaient été attirés par le splendide livre d’heures de Jean Troussier, sénéchal de Lamballe (v. 1420-1430), d’une fraicheur exceptionnelle, exposé dans une de ces vitrines où s’étalaient bien d’autres merveilles.
Depuis plusieurs années déjà, je travaillais à rassembler un corpus des livres enluminés de Bretagne (2). Cette rencontre avec Heribert Tenschert me fut dès lors bénéfique, d’autant que plusieurs de ces ouvrages bretons étaient déjà passés entre ses mains. Quel bonheur d’échanger avec Heribert Tenschert ! De passionné à passionné il n’y a pas de frontières … Je dois bien remercier le destin de m’avoir fait connaître cet exceptionnel collectionneur, et surtout d’apprécier les qualités de l’homme qu’il est, autant par ses connaissances que par son humanisme. Depuis, nos contacts restent réguliers et c’est toujours avec grand plaisir de correspondre avec lui sur des sujets communs, à découvrir de nouvelles provenances.

Parmi les heures bretonnes rassemblées dans mon récent corpus, plusieurs ont “transité” par Heribert Tenschert. Je les donne ci-dessous avec leur numéro respectif dans l’ordre où ils sont placés dans notre ouvrage :
[57] Rennes Métropole, Bibliothèque, ms. 1509. Heures Du Chalonge-Boüan. Manuscrit numérisé sur BVMM/IRHT.
[61] Collection privée. Heures de Guémadeuc. Livre d’heures à l’usage de Rome, du capitaine Tanneguy Madeuc et de son épouse, Anne du Fou. Paris? Lyon? Bourges? vers 1500, par le Maître d’Antoine de Roche (Guido Mazzoni, v. 1450-1518), et le Maître du Spencer 6 (ou le Maître de Guillaume Lambert, de Lyon). Ce manuscrit a fait l’objet d’une somptueuse reproduction fac-similé publiée par Heribert Tenschert, commentée par Eberhard König, en 2001: Eberhard König, Das Guémadeuc-Stundenbuch. Der Maler des Antoine de Roche und Guido Mazzoni aus Modena, Kommentar zur Faksimile-Edition mit einem genealogischen Essay von Xavier Ferrieu, Rotthalmünster (Allemagne) : Ramsen (Suisse) : H. Tenschert. Collection : Illuminationen ; 3.


Heures de Guémadeuc, enluminées par Guido Mazzoni

[73] Collection privée. Livre d’heures à l’usage de Paris, de Jean Troussier, procureur général de Bretagne gallo et sénéchal de Lamballe. Paris, vers 1420-1430. Dites Heures de la Gaptière (3).
[82] New York, The Morgan Library & Museum, ms. M.1135. Livre d’heures à l’usage de Rome. Bourges ? vers 1522. Heures de Maubruny.
[83] Collection privée. Livre d’heures à l’usage de Poitiers. Tours, vers 1480. Heures du Pou.
[123] Collection privée. Livre d’heures à l’usage de Rome. Nantes ?, vers 1450. Décoration : Maître de Jacques d’Armagnac ? Maître des Heures d’Oxford ?
[149] Rennes Métropole, Bibliothèque, ms. 2054. Livre d’heures à l’usage de Rennes. Nantes?, vers 1460. Achat 2007 (Heribert Tenschert). Manuscrit numérisé sur les Tablettes Rennaises.
[157] Collection privée. Heures à l’usage de Rennes (ou Le Mans?). Rennes?, vers 1440.
[161] Collection privée. Livres d’heures à l’usage de Rennes. Bretagne, vers 1440. Commanditaire : un membre de la famille Le Veneur (Pierre?).
[165] Collection privée. Livre d’heures à l’usage de Rennes, vers 1420. Commanditaire non identifié (XVe siècle) ‒ Pierre Legros (XVIIIe siècle), Angers.
[207] Collection privée. Livres d’heures de Jean de Noual et de Jeanne Maingard, de Saint-Malo. Gand, Bruges, 17 mai 1499.


Heures de Jean Troussier, sénéchal de Lamballe. Heures de La Gaptière

Au-delà de cette liste de livres d’heures, tous aussi intéressants les uns que les autres, c’est l’amour du manuscrit qui nous rassemble. L’étude du livre “objet” s’est élargie aujourd’hui à des aspects jusque là quelque peu négligés. Tout a pris de l’importance dans les détails même du manuscrit, de la découverte d’un commanditaire jusqu’à l’identification des provenances. Connaître un livre c’est comprendre aussi son lecteur. On doit à Heribert Tenschert cette volonté suprême de sublimer le livre dans toutes ses composantes.

Notes
(1) Prof. Dr. Eberhard König, Katalog LXXXVIII, The Book of Hours of Claude of Toulongeon. Heribert Tenschert, 2021. 151 p., 100 illustrations coul. ISBN 978-3-906069-36-4.
(2) Jean-Luc Deuffic, Le livre d’heures enluminé en Bretagne – Car sans heures ne puys Dieu prier –, Collection Manuscripta Illuminata (MI 5), 742 p., 22 b/w ill. + 125 colour ill., 216 x 280 mm, 2019. ISBN: 978-2-503-58475-1. Turnhout: Brepols Publishers.
(3) Sur ces Heures, voir Prof. Eberhard König, Das Pariser Stundenbuch an der Schwelle zum 15. Jahrhundert. Die Heures de Joffroy und weitere unbekannte Handschriften, Antiquariat Bibermühle, 2011 (Studien und Monographien num. 15), p. 279-306, 19 pl. Jean-Luc Deuffic , “Miscellanées bretonnes : la page dans tous ses états : XV. Le commanditaire breton des « Heures de La Gaptière »“, dans Pecia, 16, 2013, Performance and the Page,  p. 221-228.

Sources
HERIBERT TENSCHERT (Site)
Andreas Platthaus, “Der Herr der alten Bücher”, Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ 21 juillet 2010 (en ligne)
Lilli Binzegger, “Heribert Tenscherts Tresor” (en ligne)
D. Courvoisier, “Notes de lecture. Univers romantique. Les Français peints par eux-mêmes”, dans Bulletin du Bibliophile, 2018, p. 409-411.


Le livre d’heures enluminé en Bretagne

Pages :1234567...24»