6 Nov 2020
Jean-Luc Deuffic

PECIA 22/23 : Le manuscrit médiéval: texte, objet et outil de transmission

Les 2 prochains volumes de PECIA. LE LIVRE ET L’ÉCRIT (Brepols), en cours de préparation, auront pour thème : “Le manuscrit médiéval: texte, objet et outil de transmission“, avec au sommaire :

Aurore GASSEAU
(Université de Lorraine, CRULH)
Les cycles iconographiques des calendriers des livres d’heures à l’usage de Metz

Jennifer SOLIVAN
(Universidad de Puerto Rico, Recinto de Río Piedras)
Prudentius’ mnemonic images in a twelfth century Psychomachia manuscript

Audrey PENNEL
(Université de Bourgogne)
Jacques d’Armagnac et Jean du Mas, entre bibliophilie et sédition politique

Ismérie TRIQUET
(Université de Rouen)
Des manuscrits pour transmettre l’histoire du duché de Normandie à la fin du Moyen Âge

Gleb SCHMIDT
(Université de Lorraine, CRULH)
Authorial intent and the reality of reading history: the case of Honorius Augustodunensis’ Elucidarium

Diego BELMONTE FERNANDEZ
(Universidad de Sevilla)
Difusión legal en la reconquista española: el manuscrito como herramienta de transmisión en los cabildos capitulares del sur de Castilla

Antonio MARSON FRANCHINI
(St. Cross College, Oxford University)
Nicolas de Biard’s de festis model sermon collection. Preliminary study for an edition

Thibaut RADOMME
(Université de Fribourg – FNS)
De tali amore loquitur Dominus. Les marginalia bilingues de l’Ovide moralisé comme support d’édification dans la fable de Phébus et Daphné

Ilsiona NUH
(Université Clermont Auvergne)
Le miracle marial par personnages dans le ms. BnF, Fr. 819-820 : reflet poétique d’une célébration bourgeoise et urbaine

Ainoa CASTRO CORREA
(Universidad de Salamanca)
Dating and placing Visigothic script codices: A quick guide for beginners

Nathalie CROUZIER-ROLAND
(Université Bordeaux Montaigne)
Construire une mémoire urbaine : les cartulaires municipaux bordelais et libournais
(XIVe-XVe siècle)

Thomas BERGQVIST RYDÉN
(Researcher by Lund Cathedral Chapter / The Historical Museum of Lund University)
The Valréas Book of Hours, Avignon, BM, ms. 1903

Isabel BARROS FELIX
(Université Catholique de Louvain)
Le Traité des quatre dernières choses. Étude comparative des enluminures de trois manuscrits bourguignons du XVe siècle (mss Bruxelles, KBR, 11129, KBR, 9048 et Paris, BnF, Fr. 993)

Estelle GUÉVILLE
(Assistant Researcher – Louvre Abu Dhabi)
Les manuscrits médiévaux occidentaux dans la collection du Louvre Abu Dhabi
2009-2017

Synnøve Midtbø MYKING
(Université de Bergen)
Les livres français en Norvège médiévale : témoins de connexions culturelles, religieuses, sociales

Marjorie MOUREY
(Centre d’études romand)
La marque de l’auteur dans les manuscrits BnF, Fr. 9343-9344
Une proposition d’attribution du Roman de Buscalus à Jean Wauquelin

Gauthier GRÜBER
(CALHISTE / DeScripto – EA 4343
Université polytechnique Hauts de France)
La mort Gerin :Un épisode à la tradition bouleversée dans Girbert de Metz

Armando NORTE
(CHSC-UC; CH-ULisboa)
A library for eternity : Books and textbooks donated on death bed by Mem Peres de Oliveira, a Portuguese ecclesiastical and scholar of the early 15th century

11 Oct 2020
Jean-Luc Deuffic

Sur un manuscrit perdu de l’Arbre des Batailles

Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet (1792-1874), avocat, maire de Lesneven (Finistère, Bretagne), historien, possédait dans sa riche bibliothèque un exemplaire de l’Arbre des Batailles d’Honorat Bovet. Le manuscrit, qui semble avoir disparu, portait cette formule d’anathème  :
« C’est le livre appelé l’Arbre des batailles, qui appartient à Guillemin Richer, bourgois de Paris, demourant en la rue Sainct-Honoré près la Croix du Tirouer ; s’il le preste, qu’on le luy rende, et s’il est perdu, qu’on le luy raporte, et il donnera plein broc de vin; ou aultrement, maudit soit la quierielle (kyrielle) très toute, ou son âme puisse périr. » Source : Felix Ravaisson, Rapports au Ministre de l’Instruction publique sur les Bibliothèques des départements de l’Ouest, suivis de pièces inédites, Paris: Joubert, 1841, p. 79.

Ci-dessous, L’arbre des batailles [ca. 1400-1450]. Beinecke MS 230

Vers 1530. La croix du Trahoir, ou du Tirouer (Tiroir), située au coin de la rue Saint-Honoré, section alors nommée rue de la “Crois de Tiroüer et de la rue de l’Arbre Sec”.

Biblio: Hélène Biu, L’Arbre des batailles d’Honorat Bovet, étude de l’œuvre et édition critique des textes français et occitan, 4 vol., thèse de doctorat, Université Paris IV, 2004.

 

7 Oct 2020
Jean-Luc Deuffic

Un texte controversé : la vie de saint Gouesnou

Notre ami André-Yves Bourgès, bien connu pour ses nombreuses et érudites études hagiographiques bretonnes vient de publier aux Lettres Morlaisiennes, une jeune maison d’édition, un texte très controversé des origines bretonnes, la vie de saint Gouesnou . C’est donc aussi l’occasion de faire mémoire ici de notre cher Gwénaël Le Duc (1951-2006), collègue disparu prématurément, lequel s’était également attaqué à ce texte emblématique. Voir notre post : http://pecia.blog.tudchentil.org/2007/08/21/un-ami-nous-a-quitte-gwenael-le-duc-12-octobre-1951-24-decembre-2006/

<<<< La vita de Goëznou, dont le texte n’est plus connu dans son intégralité, connaît aujourd’hui encore une certaine célébrité, alors même que l’historicité du personnage, comme c’est le cas pour presque tous les saints « bretons » de la période héroïque, est inaccessible. Cette relative notoriété de la vita de Goëznou est principalement la conséquence d’une controverse ancienne et durable sur la date de sa composition : controverse de pure histoire littéraire, mais dont les enjeux idéologiques se sont rapidement révélés bien plus importants que le texte qui l’avait fait naître. Plus généralement, il s’agit, au travers de ce cas particulièrement discuté, sinon même disputé, de confronter un texte dans sa dynamique de déperdition d’informations, aux différentes interprétations, parfois malencontreuses, qu’en ont faites certains historiens: les excès qui se remarquent à cette occasion doivent inciter à appliquer la même démarche critique à l’ensemble de la littérature hagiographique, notamment en Bretagne où la geste des saints se déroule entre légendes et histoire.
En annexe est publié pour la première fois le texte de la vita de saint Ténénan, dont plusieurs indices laissent à penser qu’elle est peut-être sortie de la plume du même hagiographe.>>> (André-Yves Bourgès)

Prix : 15 Euros (plus 5 Euros de frais d’expédition)
Renseignements et commandes :
LES LETTRES MORLAISIENNES
leslettresmorlaisiennes@gmail.com

 


Statue de saint Gouesnou dans la chapelle Saint-Guénolé de Plougastel-Daoulas (Finistère)

Pages :«12345678...238»