18 Juin 2015
Jean-Luc Deuffic

La généalogie des Sanzay et Vincent de Penmarc’h

Avec le concours de l’Etat, La Médiathèque centrale d’agglomération Pierre-Moinot de Niort a pu en avril 2012 faire entrer dans ses collections un précieux manuscrit à peintures, Généalogie de la Maison de Sanzay en Poitou (Paris, mars 1569), enluminé sur vélin de 27 f. non chiffrés mesurant 364 x 272 mm.

On trouvera une excellente description de ce recueil sur le site du Catalogue collectif des médiathèques de la Communauté d’Agglomération du Niortais.
Un des exemplaires de cette généalogie, l’exemplaire « Valette », qui aurait appartenu à René III le jeune, comte de Groix, serait passé à son fils Anne de Sanzay (1), marié sans postérité à Marie de Tromelin, veuve du baron de Penmarch. Selon M. Surget, le document serait ainsi resté en possession des enfants de son premier lit, à commencer par Vincent de Penmarch comme l’indique un ex-libris manuscrit de la fin du XVIe siècle (plutôt XVIIe) au verso du folio 24 : « Ce présant livre appartient a hault et puissant Messire Vincent de Penmarch, seigneur et Baron dudict lieu ».


Cliquer pour agrandir.

Mais peut-être cet exemplaire vient-il directement de Jeanne de Sanzay, fille de René, qui épousa le 8 août 1599, Saint-Frégant (Finistère), René, baron de Penmarc’h (1584-1632), dont Vincent de Penmarc’h :

Vincent, septième baron de Penmarc’h, naquit en 1611 et succéda en janvier 1638 à son frère René. Il était déjà chevalier de l’ordre du Roi, lorsqu’il épousa, le 7 août suivant, Anne Gillette Rivoalen, fille du seigneur de Mesléan et de Marguerite Barbier de Kerjean. Il en eut : 1° Anne-Louise-Gabrielle, qui épousa François du Poulpry, 2° Françoise-Gabrielle, qui épousa Louis du Louët. 3° Enfin Vincent-Gabriel, qui devait lui succéder. Comme ses deux prédécesseurs, Vincent semble avoir mené une existence de propriétaire terrien, partageant, échangeant, vendant ses biens ou s’occupant de l’établissement de ses enfants. En dehors des aveux, des baux ou des quittances, nous ne trouvons en effet que des actes d’état-civil : naissance et baptême des enfants, testament de Jeanne de Sansay (qui lègue son corps à Plouigneau, en Tréguier et son cœur à l’église de Saint-Frégant), mariage de ses sœurs et frères, ou des pièces relatives à ses droits féodaux : droit de menée (pourtant en désuétude), foires et marchés de Goulven. C’est également lui qui fit couler la cloche du château qui devait n’être refondue qu’au XIXe siècle par l’abbé Le Poulzot. Il mourut le 10 mars 1666 et fut inhumé à Saint-Frégant. (L. Farcy, \”Les seigneurs de Penmarc’h en Saint-Frégant\”, dans Bulletin de la Société archéologique du Finistère, LVII, 1930, p. 76-77).


Blason de Jean de Sanzay


Devise de la maison de Sanzay

Note
(1) La Magnanne. Pilleur de la Cornouaille pendant les Guerres de la Ligue.
Penmarc’h (de) – Réformation de la noblesse (1669) en ligne sur Tudchentil
Armoiries et sceaux des Penmarch (B. Yeurch)
Généalogie par Missirien (H. Torchet)


Parties anciennes du château des Penmarc’h à Saint-Frégant (Finistère)

29 Mai 2015
Jean-Luc Deuffic

Publication : IMAGENS E LITURGIA NA IDADE MÉDIA

Parution au 30 mai 2015 :

\”IMAGENS E LITURGIA NA IDADE MÉDIA\” – Coord. Carla Varela Fernandes. Imagens e Liturgia na Idade Média. Lisboa: Secretariado Nacional para os Bens Culturais da Igreja, 2015. Col. Bens Culturais da Igreja, Nº 4.

Apresentação
Carla Varela Fernandes
Uma colecção de escultura para uma arquitectura perdida: o núcleo altimedieval de Sines
Paulo Almeida Fernandes
Gesto, imagen y liturgia: las representaciones de dolor y lamento en la escultura funeraria portuguesa (siglos XII-XIV)
Alícia Miguélez Cavero
El Apóstol está presente: la estatua de Santiago y sus peregrinos en el siglo XIII
Manuel Castiñeiras González
Uma imagem de S. Bartolomeu do MNAA: questões em torno da estética, iconografia e importância do culto nos anos do Românico
Carla Varela Fernandes e Mário Jorge Barroca
L’iconographie du travail et la culture de l’alimentation: élaborations figuratives dans la production enluminée liturgique de Émilie-Romagne au XIIe siècle
Maria Alessandra Bilotta
Questões em torno dos Ordinários do Oficio Divino de Alcobaça
Catarina Fernandes Barreira
L’image monumentale et le texte: remarques sur la mécanique épigraphique à la fin du Moyen Âge
Jean-Marie Guillouët
A nova museografia da escultura portuguesa no Museu Nacional de Arte Antiga
Maria João Vilhena de Carvalho e Anísio Franco

Site de présentation

29 Mai 2015
Jean-Luc Deuffic

51e colloque de FANJEAUX : Culture religieuse méridionale : les manuscrits et leur contexte artistique

Si les manuscrits méridionaux ont souvent occupé une place importante dans les Cahiers de Fanjeaux – notamment lorsqu’il s’est agi d’étudier le gothique méridional (Cahier 9), la religion populaire (11), la liturgie (17), les prophéties (27), les livres et les bibliothèques (31) – le colloque de 2015 les met pour la première fois au premier plan, en s’intéressant à leur décor et à leur contexte artistique. Un contexte en mouvement, entre la Catalogne, le Midi et l’Italie, grâce aux mécènes et aux artistes en déplacement ; un contexte varié, défini par leurs détenteurs ou leurs commanditaires : les prélats, les membres des ordres religieux, les milieux juifs ou encore des anonymes. La typologie des livres décorés distinguera les manuscrits liturgiques, dont certains sont notés, les livres de prière chrétiens et juifs, les livres juridiques et des textes spécifiquement méridionaux tels le commentaire du Beatus ou le Breviari d’amor. on n’oubliera pas que de nombreux manuscrits ont été victimes de destruction pour ne survivre qu’à travers des fragments. La qualité du décor peint et sa quantité font des manuscrits méridionaux, comme partout ailleurs, des objets d’une valeur culturelle éminente. Parmi les questions qui seront abordées, on s’interrogera sur la possibilité de reconnaître des centres de production et d’identifier des artistes, ainsi que sur les facteurs qui ont gouverné le mouvement et la transmission des manuscrits, en proposant de nouvelles pistes de recherche.

Lundi 29 juin
9h15 ouverture du colloque (Alison Stones).
9h45 françois Avril (Bibliothèque nationale de france, Paris)
Eléments nouveaux relatifs à la production avignonnaise du temps du pape Jean XXII.
I. TYPOLOGIE
10h30 Peter Klein (Université de Tübingen)
Le Beatus de Saint-Sever dans son contexte méridional historique et artistique.
11h15 Maria Alessandra Bilotta (Universidade Nova, Lisbonne)
Les manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France (XIIIe – XIVe siècles) : nouveaux exemplaires retrouvés.
14h30 hiromi haruna-Czaplicki (Université de Toulouse – Le Mirail)
Les manuscrits enluminés du Breviari d’amor.
15h15 Gisèle Clément (Université Paul-Valéry Montpellier)
Manuscrits musicaux méridionaux.
16h00 jean-Loup Lemaitre (École pratique des hautes Études, Paris)
L’illustration du Livre du chapitre de Solignac (c. 1151-1157), un exemple unique dans la France méridionale.

Mardi 30 juin
II. MANUSCRITS ET SOCIÉTÉ
9h00 Béatrice Beys (Université Paul-Valéry Montpellier)
La Vierge à l’Enfant, réceptrice du livre dans les manuscrits méridionaux (XIIIe s. – XIVe s.).
9h45 Emilie Nadal (Université de Toulouse – Le Mirail)
Les manuscrits enluminés des prélats méridionaux au XIVe siècle.
10h30 Paul Payan (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
Images du pouvoir pontifical dans les livres de Clément VII et Benoît XIII.
11h15 Thomas falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg)
Le déclassement des manuscrits médiévaux provenant de la province ecclésiastique de Toulouse.
14h00 Départ pour Carcassonne.
15h00 Visite commentée de l’exposition de manuscrits présentée par les Archives départementales de l’Aude.
18h30 Notre-Dame de l’Abbaye. Conférence publique de jean-Louis Biget : « Les Cahiers de Fanjeaux : 50 ans d’histoire religieuse méridionale ».

Mercredi 1er juillet

9h30 Sophie Cassagnes-Brouquet (Université de Toulouse – Le Mirail)
L’évangéliaire de Carcassonne.
III. MOBILITÉ ET ÉCHANGES
10h15 Isabel Escandell Proust (Université des Iles Baléares)
Livres, enluminures et enlumineurs : du Midi à la Catalogne.
11h00 Katrin Kogman-Appel (Université Ben-Gourion, Israël)
Une Haggada de Pâques provenant du Midi. Le programme des images, dans le ms Londres, BL Add. 14761.
14h30 francesca Manzari (Université de Rome 1)
Manuscrits liturgiques réalisés à Avignon dans la première moitié du XIVe siècle : nouvelles découvertes dans les collections du Vatican.
15h15 Marie-Claude Léonelli (Avignon)
Les manuscrits exécutés à Avignon pour Juan Fernández de Hérédia.
16h00 Conclusion, par Alison Stones (Université de Pittsburgh)

Jeudi 2 juillet
Excursion à Albi (cathédrale Sainte-Cécile et manuscrits enluminés conservés à la bibliothèque municipale).

SOURCE = CAHIERS DE FANJEAUX

28 Mai 2015
Jean-Luc Deuffic

Le livre de raison de Raoul Becdelièvre, seigneur du Bouëxic, lieutenant de la sénéchaussée de Rennes (+ 1527)

palys.jpg
(c) Ghislaine KAPANDJI et Élie MORHANGE Commissaires-Priseurs – Drouot

John T. McQuillen, Assistant Curator of Printed Books & Bindings à la Morgan Library me fait savoir qu’un recueil d’incunables, passé à la vente Pallys du 9 avril dernier (lot 185), se trouve actuellement en possession de la prestigieuse bibliothèque new-yorkaise. [ = ChL 1582M – PML 196158.1]
Estimé entre 1500 et 3000 euros son prix a atteint tout de même 18.000 euros…

Cet ensemble de 4 ouvrages incunables dans une reliure du XVIe siècle en veau brun (peut-être une réalisation locale), comprend les pièces suivantes :
1. Rubrice totius juris tam canonici quam civilis. (seuls mots visibles du titre lacunaire, remonté et contrecollé), [48] f. (dont ce titre). Sans mention d’impression, sans date. [Lyon: Hémon David, vers 1496/1498].
Probablement un unicum.
Gesamtkatalog der Wiegendrucke : M3903950
Ex-libris manuscrit des Capucins de Rennes, 1708. On retrouve le même ex-libris avec cette date sur un ouvrage de la bibliothèque de Rennes Métropole : « Cy commence la Bible en françoys » [Paris : Guy Marchant ou Antoine Caillaut ou Pierre Le Rouge, [vers 1488-1489] = 15193 Rés – Numérisé sur les Tablettes Rennaises.

2. – [Table des chapitres de la très ancienne coutume de Bretagne par ordre alphabétique] (Titre mentionné par A. de La Borderie). Imprimé à Nantes par Estienne Larchier, s.d. [mais incunable selon A. de La B.]. [43] f., fig. de blason gravée au colophon.
Voir notre site : Les éditions des Coutumes de Bretagne (jusqu’à 1600)
Gesamtkatalog der Wiegendrucke : M43567
 
3. S’ensuivent les ordonances et statuz du roy faitz au pais de bretaigne ou moys de may l’an mil.CCC. quatre vigntz quatorze. S.l., s.d. ([1494]. A la fin: Et publié davant mon segneur le seneschal de Nantes… le XVI iour de iuign l’an mil cccc iii xx xiiii), [12] f. Note ancienne en marge du 2e f.
Gesamtkatalog der Wiegendrucke : M1616520
 
4. Modus legendi in utroque jure… [au colophon:… Parisius impressus per magistrum Petrum Le Dru], 27 novembre 1495, LXXV f.
Gesamtkatalog der Wiegendrucke : M24982
 
Ce recueil provient d’Arthur de la Borderie (ex-libris) qui l’a légué au Comte Elie de Palys (ex-libris). L’ouvrage (ou une partie) a appartenu aux XVe et XVIe siècles à Raoul Becdelièvre, seigneur du Bouexic (paroisse de Guipry) et à Guillemette « Charlot » (sic, mais donné Challot dans l’arrêt de noblesse) son épouse, puis à leur fils Etienne, marié à Gillette du Han, qui s’en sont servis comme \”livre de raison\”, en y inscrivant naissances et décès :
Le vendredi XXe jour de decembre lan mil IIIIc IIIIxx XVII fut né mon fils Gilles Becdelievre
Le XVIme jour de janvier lan ensuyvant mil IIIIc IIIIxx XVIII fut né mon fils Estienne Becdelievre
Le mardi … Vme jour de mars ensuyvant oud an mil IIIIc IIIIxx xlviii trespassa de sesreche Guillemecte Charlot ma femme Dieu luy face pardon amen
Le XVe jour de janvier lan mil Vc XXVII deceda Mre Raoul …
5 mars 1533 décès de Gilles
Puis les naissances des enfants d’Etienne :
1er avril 1542 naissance de Jean
11 février 1543 naissance de François
22 février 1544 naissance de Pierre
7 septembre 1546 naissance de Gillette
Le 17 aout 1548 naissance de Françoise

Jean Bossart : Recueil des armoiries de plusieurs seigneurs et noblesses de Bretagne (Bibliothèque de Rennes)

Nous sommes assez bien documentés sur cette famille par l’arrêt de 1669 :
Voir Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France par P.-L. Lainé, t. VI, p. 38-49. Texte saisi par Amaury de la Pinsonnais, sur le site Tudchentil.

Michael Jones, “Les archives du succès ? Les débuts d’une grande famille parlementaire bretonne, les Becdelièvre” dans Guerre, pouvoir et noblesse au MA, mélanges en l’honneur de Ph. Contamine, aux Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000.
13 Mai 2015
Jean-Luc Deuffic

IMAGENS E LITURGIA NA IDADE MÉDIA / Images and Liturgy in the Middle Age

The 2th seminar Images and Liturgy in the Middle Age, organized by the CEAACP Multidisciplinary Group Study in Arts (University of Coimbra), the National Ancient Art Museum (DGPC), and National Department for Church Cultural Heritage part of the set of project initiatives of Carla Varela Fernandes‘ Postdoc (2ª fase) dedicated to study Portuguese figurative sculpture from the 12th to 14th centuries, knowledge transfers, \”know how\” and artistic itinerancy. Focusing on a wider chronological and geographical context, this 2nd seminar aims the presentation and discussion of recent studies and reflections on works of medieval art. It is intended to address the medieval images as part of the buildings they were designed for and the liturgical rituals. On the other hand, we’ll try to provide advances in the knowledge on the means as an iconographic innovation or aesthetic generated at a given location \”moves\” and appears in other geographies, serving similar liturgical/devotional purposes.

PROGRAMA | SESSIONS
09h00 Registo / Entrega de documentação
09h30 Abertura | Welcome

1ª SESSÃO Moderador/Chair: Francisco de Macedo (CEAACP-Universidade Coimbra)
09h45 Uma colecção de escultura para uma arquitectura perdida: o núcleo altimedieval de Sines
Paulo Almeida Fernandes (CEAACP-Universidade Coimbra | FCT)
10h15 El arquetipo de los beatos: reflexiones sobre la cultura figurativa altomedieval en la Península Ibérica
Alícia Miguélez Cavero (Universidad de León| IEM-FCSH|Universidade Nova de Lisboa | FCT)
10h45 Debate | Discussion
11h15 Pausa | Coffee Break

2ª SESSÃO Moderador/Chair: António Filipe Pimentel (Museu Nacional de Arte Antiga/DGPC)
11h45 El Apóstol está presente: la estatua de Santiago y sus peregrinos en el siglo XIII
Manuel Castiñeiras González (UAB-Universidad Autònoma de Barcelona)
12h15 Uma imagem românica de S. Bartolomeu do MNAA: questões em torno da estética, iconografia e importância do culto do apóstolo nos anos do Românico
Carla Varela Fernandes (CEAACP-Universidade Coimbra | FCT)
12h45 Debate | Discussion
13h00 Almoço | Lunch

3ª SESSÃO Moderador/Chair: Maria Adelaide Miranda (IEM-FCSH/Universidade Nova de Lisboa | FCT)
14h30 L’iconographie du travail et la culture de l’alimentation : élaborations figuratives dans la production enluminée liturgique de Émilie-Romagne au XIIe siècle
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/Universidade Nova de Lisboa | FCT)
15h00 Questões em torno dos Ordinários do Ofício Divino de Alcobaça
Catarina Fernandes Barreira (IEM-FCSH/Universidade Nova de Lisboa | FCT)
15h30 A arte do livro e a liturgia judaica em Portugal no final da Idade Média
Tiago Moita e Luís Urbano Afonso (IHA-Faculdade de Letras da Universidade de Lisboa)
16h00 Debate | Discussion
16h30 Pausa | Coffee-break

4ª SESSÃO Moderador/Chair: Maria de Lurdes Craveiro (CEAACP-Universidade Coimbra)
17h00 L’image monumental et le texte. Remarques sur la mécanique épigraphique à la fin du Moyen Âge
Jean-Marie Guilloët (Université de Nantes / Membre de l’Institut Universitaire de France, IUF)
17h30 A colecção de arte medieval no discurso museológico das novas salas de exposição permanente
Maria João Vilhena de Carvalho e Anísio Franco (Museu Nacional de Arte Antiga/DGPC)
18h00 Debate e palavras finais / Final discussion and concluding remarks

Organização | Organization
GEMA/CEAACP – Grupo Multidisciplinar em Artes/Centro de Estudos de Arqueologia, Artes e Ciências do Património/Universidade de Coimbra
MNAA/DGPC – Museu Nacional de Arte Antiga/Direcção Geral do Património Cultural
SNBCI – Secretariado Nacional para os Bens Culturais da Igreja
Comissão organizadora
Carla Varela Fernandes
Miguel Soromenho
Sandra Costa Saldanha

Inscrições
O valor da inscrição é de 5€, devendo ser efectuada através do formulário abaixo disponível.
Informações | Information
Rui Almeida (SNBCI)
Tel.: 218 855 481
Fax: 218 855 461
E-mail: imagenseliturgia@bensculturais.pt

Source

14 Avr 2015
Jean-Luc Deuffic

Les BOLSEC : des libraires bretons de Paris au début du XVIe s.

Parmi les libraires bretons ayant exercé à Paris au XVIe siècle, figurent Mathieu et Hervé Bolsec. Le premier, éditeur de plusieurs opuscules grecs en 1512, était installé rue Saint-Jean de Beauvais, à l’image de saint Yves. Au reste, sa marque est dédiée au saint trégorrois.

Le patronyme BOLSEC est essentiellement attesté dans la région de PLONEVEZ-DU-FAOU (Finistère)

Nous sommes mieux renseignés sur Hervé Bolsec. Ci-dessous les éléments biographiques relevés par Philippe Renouard aux Archives Nationales :

Libraire et relieur, 1516-1529, bourgeois de Paris; meurt avant le 20 avril 1531.

Est propriétaire avec sa femme Marie Bernard de la moitié d’une maison, à la Rose Rouge, rue Saint-Jean-de-Latran, qu’ils vendent le 27 septembre 1529. Il loue le 29 août 1522 au collège de Tréguier deux ouvroirs et en sous-loue un le 20 janvier 1528.
La même année, il fait partie de la confrérie de Saint-Jean l’Évangéliste, à Saint-André-des-Arts, qu’il a fondée avec Samson Nicolle et Toussaint Denis, libraires, Pierre Gaudoul en étant un des gouverneurs, pour la défense de leur métier.

1522, 29 août. —Bail viager, à la vie des deux époux, par le collège de Tréguier, à Hervé Boisés (sic), libraire et bourgeois de Paris, marié à Marie Bénard, de deux étables contiguës, « une vifz entre deulz », dépendant du collège, sise rue Saint-Jean-de Latran, dites la Grande et la Petite étable, mesurant trente-quatre pieds de long, que les preneurs convertiront en deux ouvroirs ; loyer annuel : 6 l. t. (COYECQUE, t. I, n° 313).

1528, 20 janvier. — Bail, pour un an, par Hervé Boulleset, libraire, bourgeois de Paris, à Thomas Le Fèvre, même qualités, d’un ouvroir avec sallette contiguë, actuellement occupés par Nicolas Hary, le tout sur la rue Saint-Jean-de-Latran, moyennant 12 l. t. (COYECQUE, t. I, n° 858).

1528, 20 et 27 avril. — Contestation au sujet de l’entretien et du service de la confrérie de Saint-Jean-1’Évangéliste entre d’une part Nicolas Le Savetier libraire et imprimeur et d’autre part Pierre Gaudoul, libraire, Samson Nicole, Toussaint Denis et Hervé Bolsec, libraire et relieur de livres, demeurant à Paris, depuis douze ans. (Cf. t. IV, art. BLANCHET (Jacques) et COYECQUE, t. I, n° 892).

1529, 26 septembre. — Vente par Hervé Bolsec, libraire, et Marie Bernard, sa femme, à Gamyn Abalin (1), laboureur, de leurs droits sur la maison de la Rose-Rouge, rue Saint-Jean-de-Latran; corps d’hôtel, cour, cave, cuisine (Arch. nat., S 1651, f° 10, 2e série).

1530 (n. st.), 4 avril. — Échange entre Jean Lalyseau, libraire, et Gamyn Abalin, laboureur, de la moitié indivise de deux maisons, la Licorne, rue de la Boudroirie, et l’image Sainte-Barbe, rue de la Boucherie, contre la maison de la Rose-Rouge, rue Saint-Jean-de-Latran et une soulte de 10 l. t. (Arch. nat., S 1651, P 24, 2e série).

1531, 20 avril. — Nouvel acte relatif à cette maison entre Jean Lalyseau d’une part et Gamyn Abalin et Marie Bernard, veuve d’Hervé Bolsecq [libraire] de l’autre. (Arch. nat., S 1651, P 64 v°).

1542, 13 janvier. — Quittance par Thibaulde de « Neuf», veuve de Didier…, et, en première noces, de Hémon Mascot, rue des Carmes, et par Regnault Brucel et sa femme, Marie Mascot, tous bourgeois de Paris, à François Lalizeau, clerc au greffe de la chambre des comptes de Paris, de 105 l. 10 s. 10 d.t., dont 1°) 96 l. t. pour le rachat d’une rente de 8 l. t. constituée, le 16 décembre 1522, par feu Hervé Bolsec et Marie, sa femme, sur la moitié d’une maison sise au clos Bruneau, à l’enseigne de la Rose [rouge], qui appartenait aux constituants et qui appartient présentement à François Lalizeau et aux cohéritiers de Jean Lalizeau; 2°) 10 s. 10 d. t. pour arrérages, à compter de Noël; 3°) 9 l. t. pour remboursement de frais (Arch. nat., Min. centr., XXI, fol. IIIe VII et COYECQUE, t. I, n° 2182).

SOURCES = RENOUARD, Documents, p. 17, 147, 295; RENOUARD, Répertoire, p. 141; COYECQUE, t. I, nos 313, 858, 892 et 2182; HELWIG, Handbuch der Einbandkunde, t. II, p. 98; G. D. HOBSON, « Parisian binding 1500-1525 », dans The Library, 4e série, t. 11, 1931, p. 433. Philippe Renouard, Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe s., Service des travaux historiques de la Ville de Paris, 1991, p. 259.

(1) Un patronyme bien breton …

19 Mar 2015
Jean-Luc Deuffic

Le Livre d’heures de Pierre Gascoing, grénetier au grenier à sel de Nevers (ou ce qu’il en reste …)

eb_dep.jpg

Dans un dernier post nous faisions état de la découverte sur ebay de deux feuillets d’un Livre d’heures d’origine vosgienne. Aujourd’hui, dans la même veine, venant d’Italie, ce sont quelques cahiers d’un Livre d’heures du XVe s. de la région de Nevers retenus dans une reliure Renaissance, semble-t-il. En fait, c’est toute la partie \”Livre de raison\” qui a été conservée, c’est-à-dire des annotations de baptêmes, de décès ou de mariages. Nous avons réussi, sans trop de difficulté il est vrai, grâce aux travaux généalogiques de Claude Dietenbeck, à identifier la famille propriétaire de ce manuscrit, en l’occurrence, celle des GASCOING, une importante famille nivernaise, qui portaient pour armes : D’argent, à trois grappes de raisin d’azur parfois tigées et feuillées de sinople.

En tenant compte des différentes notices manuscrites, c’est à Pierre Gascoing (ou à son père Etienne) que dut appartenir ce livre de prières. En effet, c’est la plus ancienne mention relevée :

Le vendredy huictiesme jour de decembre mil Vc cinquante neuf sur les deux heures aprez midy dud. jour est nay Pierre Gascoing fils de Estienne Gascoing et de dame Anne Despres lequel a este baptisé sur les quatre heures du soir lesd. jour par Me Francoys Maillard ? curé de St Martin …

Pierre Gascoing était le fils d’Etienne Gascoing, seigneur de la Belouse (ca1517 +1568/1567), écuyer, marchand à Nevers, et de (x 13.1.1542) Anne Després (ca1521), fille de Pierre et de Madeleine Perron.
En 1603, Pierre Gascoing, grénetier du grenier à sel de Nevers, et Guillemette de Lucenay, sa femme, s’engagérent « à faire construire une voûte (caveau) et à clore l’autel de Saint-Michel, sis dans l’enclos et du côté du chœur de l’église de Saint-Martin de Nevers pour eux, leurs enfants et leurs descendants ». De même, pour la chapelle Saint-Sébastien, ils « demandaient permission de parer et d’embellir l’autel d’ornements, d’une épitaphe avec leurs armoiries et d’une clôture de bois fermant à clef » (1).

Par la suite, Pierre Gascoing a relevé toutes les naissances de ses enfants : Anthoinette, Anne (21 février 1585), Guillaume (1586), Jacquette (1589), Françoise (1592), Jean ? (1594), Estienne (1600), le décès d’Anne

Après la mort de Pierre Gascoing, qui dut survenir peu avant 1612, le Livre d’heures passa par les mains d’un de ses fils, Etienne (marié en 1626 à Huguette Bougne), qui le transmis à son fils Guillaume (1629-1713, marié à Marie Quartier) qui lui-même le transmis à son fils François (1659-1705), lequel épousa, le 24 février 1688 à Saint-Jean de Nevers, Jacquette Gascoing (1666-1721), fille de Gilbert et de Françoise Pinet.

C’est ainsi que nous trouvons sur plusieurs feuillets les naissances et décès des enfants de ce dernier couple, que nous avons, pour certains, comparés aux registres paroissiaux de Nevers (RP) :

Le quatre octobre 1689 est nay Jean Gascoing a huict heures du matain at esté baptisé le lendemain par monsieur Bernard curé de St Jean son parrin Monsieur Jean Pinet chanoine de St Sire et neveu .. oncle maternelle) et sa marraine dame Janne Gascoing baronne de Giry sa grand tante paternelle et est mort le 13 me may 1691 et enterré a St Arigle 

Le 31 aoust 1690 est nay Fransois Estienne Gascoing et a esté baptisé le mesme jour par Monsieur Bernard curé de St Jean son parrin Fransois Gascoing son oncle maternelle et sa marraine Damme Marie Gascoing dame de Meurreaus sa tante maternelle et est mort le … septembre de la mesme année et il est enterré a St Arigle Gascoing De Villecourt.

Le 13 me septembre 1691 a sept heures du matin est nay Hugete Gascoing et at esté baptisée le mesme jour par mon. bernard curé de St Jean a nevers son parrin Fransois Gascoing son cousin maternel et sa marraine Fransoise Gascoing sa grande tante paternelle elle est morte le 29e avril 1695 et est enterrée a St Jean

(RP) Le 14 esme septembre dud. an a esté baptisée Huguette fille de noble Guillaume (barré) Gascoing sr de Villecourt escuyer … et de damoiselle Jacquette Gascoing le parrain noble Francois Gascoing la marraine damoiselle Francoise Gascoing

Le 29 avril audit an (1695) est décédée Huguette Gascoing fille de noble Gascoing sr de Villecourt escuyer … dans la … du Roy et de damoiselle Iaquette Gascoing Le lendemain a esté inhumée dans leglise de St Arigle

Le 23e septembre 1692 entre cinq et sis heures du matin est nay Gilibert Gascoing et at esté baptisé le mesme jour par monsieur Bernard curé de St Jean a Nevers son parrin Gillebert Gascoing et sa marraine Anne Gascoing son oncle et sa tante maternelle. Gascoing De Villecourt (RP)

(RP) Le 22eme jour audit an a esté baptisé Gilbert fils de noble François Gascoing escuier sr de Villecourt …. du roy et de damoiselle Jacquette Gascoing le parrain honeste fils Gilbert Gascoing … la marraine damoiselle Anne Gascoing

Le 5e novembre 1693 entre onze heure et midy est naye Claude Jaquette Gascoing et at esté baptisée le mesme jour par Mon. Bernard curé de St Jean a Nevers son parrin Estienne Des Prez son cousin paternel sa marainne Claude Jaquette Gascoing sa tante maternelle La dite Claude est décédée le 4 may 1740 ? et est inhumée a lhopital Dieu …

Le 4me janvier 1695 entre cinq et six heures du matin est née Quaterine (sic) Gascoing et a esté baptisée le 13 dudcit mois et an par Mr Bernard curé de St Jean de Nevers (son parrain Joseph Pinet sr de Mantellet son cousin maternelle ) et sa marraine Delle Quaterine Gascoing sa tante maternelle Gascoing De Villecourt Elle est morte en 1696

(RP) Le treiziesme janvier 1695 a esté baptizée Catherine fille de noble François Gascoing sr de Vilcourt et de demoiselle Jacquette Gascoing a esté parrin noble Joseph Pierre Pinet sr de Mantelet advocat en parlement la marraine damoiselle Catherine Gascoing

Le 10 me may 1697 entre quatre et cinq heures du soir est née Marie Anne Gascoing et a esté baptisée le mesme jour par Mr Flament curé de St Jean de Nevers son parrin Guillaume Gascoing son frère et sa marraine Delle Anne Gascoing sa tante maternelle – Gascoing.

(RP) Le onzieme may a été batisée Marie Anne fille de noble François Gascoing sr de Villecourt et damoiselle Jaquette Gascoing le parrain honnete fils Guillaume François Gascoing frere de la batisée la marraine Anne Gascoing tante maternelle de la dite batisée, ainsi signé : Anne Gascoing – Guillaume Gascoing


Passage du Registre paroissial de Nevers concernant Marie Anne (AD58)

Le dernier avril 1698 entre quatre et cinq heures du matin est née Quaterine Marie Gascoing, et a esté baptisée le premier may au dit an par Mr Flament curé de St Jean de Nevers, son parrain Louys Jaque Olivier escuier son cousin maternelle sa marraine damoiselle Quaterine Gascoing sa cousine paternelle et maternelle. Gascoing De[Villecourt]

(RP) Le premier may audit an a esté batisée Catherine Marie fille de noble François Gascoing sr de Villecourt et de damoiselle Jaquette Gascoing le parrein Louis Olivier ecuyer la marreine damoiselle Catherine Marie Gascoing cousine issue de Germaine de la Ban…

La derniere note que nous avons relevé concerne Jean-François Gascoing, bourgeois de Saint-Pierre-le-Moutier,  :
Jean Francois Gascoing frere de Guillaume a espousé dame Elizabet Blandin de Pre … eus 4 enfans desquelle nest resté que Gilbert Gascoing né en 1732 au dix septembre qui fut marié en 1743 a dame Marie Anne Perette Moquot Dagnon et en 1746 a eus le 25 un enfan au mois de novembre apellé Jean François Gascoing fils de Gilbert Gascoing son parrin a ete Jean Francois Gascoing son grand pere et sa maresne Jeanne Mocquot de Roussy sa tante maternelle et du 26 juillet 1779 est né une fille son parin a été Francois Gascoing du chazau son grand oncle et sa maresne (Marie du Bressour) et a esté baptisée a St Martin le mesme jour

Il y a bien d’autres mentions à relever sur ces fragments, mais la place nous manque ici …

NOTES
(1) André Sery, L’abbaye St-Martin de Nevers de chanoines réguliers de Saint-Augustin, Nevers, 1902, p. 94.
Source : travaux de Claude Dietenbeck

Dimensions : 178 x 126 mm – 16 longues lignes sur une seule colonne.

16 Mar 2015
Jean-Luc Deuffic

\”Reliques\” d’un Livre d’heures et jeu de piste : en passant par le Lorraine …

chastel_sur_mouselle_r_ebay.jpg

Pratique que nous ne pouvons accepter, mais hélas toujours et de plus en plus en usage, le « dépeçage » d’un Livre d’heures a mis sur le marché des ventes publiques (en l’occurrence ebay) deux feuillets d’un manuscrit du XVe siècle portant les mois de juillet et août. Sur celui de juillet, une longue note permet d’identifier un couple, Elisabeth de Sechamps et Jacques Cogney, attesté dans la région de Châtel-sur-Moselle, dans les Vosges :
Lan mil six cent trente et sept mourut
Elisabeth de Sechamps le lundis sysieme
du mois de julêt a deux heures apres
midis age de soxsante deux ans et est
mort a Chastel sur Mouselle enteres
a lospitalle Dieu luy fasse bonne resurrèsion
Elle avoit pour espous noble Jacques
Cougney
de Chastel qui la conduite a
//

Le plus ancien souvenir de la famille de Cogney date de 1540. En 1540, Antoine de Cogney est receveur à Châtel-sur-Moselle. Son fils Claude demeurant aussi à Châtel, fut ennobli par le duc Charles III, sur la demande de la duchesse de Brunsvich en 1575. Il porte d’azur à la fasce d’or, accompagnée de trois macles d’argent, deux en chef et une en pointe, et pour cimier, deux pennes aux armes de l’écu.
Au XVIIe siècle, cinq chefs de famille portent ce nom de Cogney, à Châtel-sur-Moselle. Le seigneur Pierre de Cogney qui devint maître de Taintrux et de Fraize, était sûrement un descendant de ces Cogney de Châtel, car les armoiries sont les mêmes. Nous ne pouvons savoir comment un membre de cette famille devint seigneur d’Arry et conseiller du roi en son parlement de Metz, ce qui est certain, c’est que Pierre de Cogney devint l’acquéreur des possessions vosgiennes des deux familles de Crehanges et de Ribeaupierre. Il est certain aussi que ces sires de Cogney étaient dès le XVIIe siècle les régisseurs du château de Taintrux. Ils l’habitaient au nom des Créhanges leurs suzerains. Ayant acquis fortune et quartiers de noblesse, ils en devinrent de la façon que nous venons de voir, les seuls propriétaires. La preuve en serait dans l’acte de 1580, au sujet des limites de la montagne de Strazy. Le procès porté à la cour de Lorraine était entre les habitants de Clefcy et de Bar-le-Duc d’une part, et le sieur de Cogney, seigneur de Fraize, d’autre part On voit que déjà au XVIe siècle les Cogney étaient considérés comme seigneurs, car de longue date ils administraient la seigneurie.

(Source : Bulletin de la Société philomatique vosgienne, 25e année, 1899-1900, p. 260-261).
\”Elisabeth de Sechamps\” doit être apparentée aux seigneurs de Seichamps, fief relevant de la Châtellenie et du Bailliage de NANCY.


Armoiries de la famille Cogney : Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, t. I, Nancy, 1758, p. 135.

Je remercie Simone Chaplain, vice-présidente du Cercle Généalogique Vincey Epinal (LANGLEY) et son collègue Alain Claude, pour l’aide qu’ils m’ont apportée pour identifier les personnages de cette note.

autre_feuillet_r.jpg

12 Mar 2015
Jean-Luc Deuffic

A luz da página : a iluminura nos manuscritos

Le 18 mars prochain l’IEM de l’Université Nouvelle de Lisbonne organise un Séminaire sur le thème : \”A luz da página: a iluminura nos manuscritos\” (La lumière dans la page: l’enluminure dans les manuscrits)
Le séminaire sera tenu par Mme Maria Alessandra Bilotta, chercheur à l’IEM (Institut d’Etudes Médiévales) de l’Universidade Nova de Lisboa dans le cadre du Cycle de Séminaires \”AevumWasata. Leituras cruzadas sobre a Idade Média Peninsular\” organisé par Francisco Díaz Marcilla (IEM), Eleonora Lombardo (IEM/IF-FLUP), Dolores Villalba Sola (IEM) 

aevum.jpg

Pages :«1...567891011...70»