Voir les articles dans "Non classé"
3 Sep 2014
Jean-Luc Deuffic

La BnF lance un appel aux dons pour l’acquisition du manuscrit royal de François Ier

Le 26 août, la BnF lance jusqu’au 28 novembre 2014 un appel aux dons pour l’acquisition du manuscrit enluminé Description des Douze Césars avec leurs figures (Tours, vers 1520), classé Trésor national.
Ce manuscrit exceptionnel, enluminé par le grand Jean Bourdichon, est selon toute apparence une commande de François Ier pour servir de cadeau diplomatique. Appartenant à une série de trois œuvres presque similaires, ce manuscrit, le plus beau des trois, serait donc le seul à pouvoir rejoindre les collections nationales françaises.
Diffusé sur le site bnf.fr et relayé par une campagne de publicité dans la presse, cet appel aux dons permettra de réunir une partie des fonds nécessaires à l’acquisition. Il s’agit de la deuxième souscription publique initiée par la Bibliothèque après celle menée avec succès en 2012 pour le Livre
d’heures de Jeanne de France. Les donateurs peuvent effectuer un don en ligne sur mecenat.bnf.fr.
L’appel aux dons est ouvert jusqu’au 28 novembre 2014.

29 Juin 2014
Jean-Luc Deuffic

Qui cest escript a droit verra / Nom et seurnom y trouverra

G A L L I C A vient de mettre en ligne un exemplaire de la Consolation de la philosophie de Boèce, dans une traduction jadis attribuée à tort à Charles d’Orléans, erreur que Léopold Delisle a dissipée. L’intérêt de ce manuscrit (Paris, BnF, Nlle acq. lat. 1982) est de nous donner le nom du copiste et celui tout aussi précieux du destinataire en acrostiche \”Jehan de Langres esmailleur\”. Le copiste Raoulet d’Orléans est bien connu (1) ; le destinataire a laissé son nom dans la liste des orfèvres de la \”monnaie de Paris\” :

Ce jour (1er mars 1401), Jehan de Lengres fit le serment de bien et loyaument exercer en sa personne l’office de la taille des fers de la monn° de Paris, et que aucuns fers il ne baillera ne fera, se n’est aux gardes de lad. monn° et sy ne exercera fait de change.

En 1402,

Jehan de Langres, tailleur des coings de la monnaie de Paris, reçoit 9 livres tournois pour avoir fait quatre paires de fers à gettouers d’argent, pour Ysembart Martel, Miles Baillet, Jean Chanteprime et Gui Chrestien.


Transcription :

C’est le congie de lescrivain.
Icy en droit fine Boece,
En qui pevent trouver l’adresce
Homs et femmes, par ses recors,
A sauver leurs ames et corps.
Non pas eulz laissier tourmenter
De desespoir, ne seurmonter
En orgueil lort pechie terrible,
Le plus grief de tous et horrible ;
Ainçois est d’avoir pacience.
Nuit et jour, et querre science
Glorieuse pour Dieu amer.
Requérir, servir, honnorer.
Et la doulce vierge Marie,
Sur tous les cielx d’ange chierie,
En qui divine pourveance
Se mist et ot double substance
Merveilleuse pour nostre amour,
Ausquelx prierons sans demour.
Jointes mains, que ilz gardent d’yre
Li vaillans homs qui flst escrire
Le livre assez bien compassez.
Et les ames des trespassez
Vueillent garder de maulx liens.
R. dit Amen d’Orliens.
Qui cest escript à droit verra,
Nom et seurnom y trouverra.

NOTES
(1) Wolfgang Oeser, \”Raoulet d’Orléans und Henri du Trévou, zwei französische Berufsschreiber des 14. Jahrhunderts und ihre Schrift\”, dans Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel- und Wappenkunde, 42, 1996, p. 395-418. H. Rouse & M. A. Rouse, Manuscripts and their Makers, H. Miller, 2000, 1, p. 273–279 ; 2, p. 121–122. Quelques colophons de Raoulet d’Orléans : Bénédictins du Bouveret, Colophons de manuscrits occidentaux des origines au XVIe siècle, Volume 5, p. 186 sq. [en ligne]

A VOIR
Paris, BnF, Nlle acq. lat. 1982 sur Gallica
ARLIMA (Laurent Brun)
Léopold Delisle, \”Anciennes traductions françaises de la Consolation de Boëce conservées à la Bibliothèque nationale\”, dans Bibliothèque de l’école des chartes, t. 34, 1873, p. 5-32 [en ligne sur Persée]

24 Juin 2014
Jean-Luc Deuffic

« Les troys premiers livres de Diodore Sicilien », manuscrit de François 1er, dans les collections du marquis d’Assérac


© Musée Condé

Si Jean Emmanuel de Rieux, marquis d’Assérac, possédait une exquise bibliothèque, pour l’augmentation de laquelle il travaille avec un grand soin (Louis Jacob, 1644), il est assez étonnant d’y trouver hors ses domaines d’intérêt (astrologie judiciaire, art militaire), de superbes manuscrits. L’un d’entre eux a même une provenance royale et se trouve aujourd’hui conservé dans la prestigieuse bibliothèque du Musée Condé de Chantilly (ms 721). Son frontispice somptueux, peint entre autres par Jean Clouet, en 1534, a fait l’objet d’une étude de Cécile Scaillierez dans la Revue du Louvre (4/1996, p. 47-52).
Cet exemplaire des Troys premiers livres de Diodore Sicilien, traduit en français par Maistre Anthoine Macault, notaire, secrétaire et valet de chambre ordinaire du roy, est sorti très anciennement de la bibliothèque de François premier, portant encore sa reliure d’origine de veau brun à compartiments dorés, avec un semis de fleurs de lis et de F.

Au début de l’ouvrage, une grande peinture frontispice représente François Ier écoutant la lecture de Macault. Assis sous un dais fleurdelisé, devant une table recouverte d’un tapis vert, sont présents ses trois fils, de même que les grands officiers de la Couronne, parmi lesquels on reconnaît le grand-maître Anne de Montmorency, l’amiral Philippe Chabot et le chancelier Antoine Duprat. Ce frontispice fut reproduit dans l’édition donnée en 1535 par Geoffroy Tory.


La signature de Jean Emmanuel de Rieux sur la page de titre

Ce manuscrit enluminé par Jean Clouet, Noël Bellemare, et par le Maître de François de Rohan, a appartenu à Firmin-Didot (catalogue, 1810, n° 880), puis à M. Beckford, et finalement au duc de Hamilton. Lors de la vente faite à Londres au mois de mai 1889, il fut acquis par M. le duc d’Aumale. Nous n’avons pas encore l’explication de la présence d’un tel manuscrit dans les collections du marquis d’Assérac.

BIBLIO
Cécile Scailliérez, \”Un portrait méconnu de François Ier peint par Jean Clouet : le frontispice des Histoires de Diodore de Sicile au musée Condé de Chantilly\”, dans La Revue du Louvre et des musées de France, 1996, 46, 4 Cécile Scailliérez et Patricia Stirnemann, L’Art du manuscrit de la Renaissance en France, Somogy édition d’art / Musée Condé Château de Chantilly, 2001, p. 46-49.
Sur le manuscrit du Musée Condé : Geofroy Tory, peintre et graveur, premier imprimeur royal (1865).
Léopold Delisle : « Traductions d’auteurs grecs et latins offertes à François Ier et à Anne de Montmorency par Etienne Le Blanc et Antoine Macault », dans le  Journal des Savants, août et septembre 1900.

Pages :«12345678910...47»