Voir les articles dans "Non classé"
8 Sep 2015
Jean-Luc Deuffic

10 ans déjà !

Près de 700 billets publiés et voilà déjà 10 ans passés sur ce blog…

Merci surtout aux lecteurs de partager ma passion !

28 Juin 2015
Jean-Luc Deuffic

Les Heures de Tritan Du Perier et d’Isabeau de Montauban (Rennes, Bibliothèque Métropole, ms 1834)

Le roi de France Louis XI fit à maintes reprises éloge du puissant amiral breton Jean de Montauban (1412-1466), fils de Guillaume de Montauban et de Marguerite de La Roche-Bernard, dame héritière de Faugaret :

il n’y a seigneur en France, ne nostre frere, ne autre, ou ung filz, si nous l’avions, que n’y eussions voulentiers envoyé pour vous faire tout l’onneur qui nous est ou monde possible, toutesvoies, pour ce que ledit admiral nous a servy en nostre neccessité, et que avons en lui toute fiance …


 
C’est de lui que l’histoire manuscrite attribuée à Amelgard, un prêtre de Liège, chroniqueur, parle en ces termes:

Joannes dominus de Monte Albano natione Brito erat vir inexplicabilis avaritiæ sine fide pietate et justitiâ pecuniâ congerendi et congregandi incre dibili flagrans ardore …

Personnage emblématique, nous savons qu’il aimait les livres, pour preuve la commande qu’il fit en 1464 d’un exemplaire d’oeuvres d’Aristote :

A maistre Estienne de Balerme, escripvain, pour ung livre des Estiques, Politiquez et Yconomiques, que il escripvit à Carentan pour mondict seigneur [Jean de Montauban], et le lui rendi prest, par marchié fait avequez ledict escripvain par mondict seigneur par le prix et some de xxxv escus ; lequel escripvain bailla et délivra ledict livre tout prest a mondict seigneur en la presence de Amaury de Plumaugat, Loys de la Pallu, maistre Guillaume de Cerisay et aultrez, et commanda à ce present viconte [de Carentan] paier ledict escripvain de ladicte somme de xxxv escus, valient lu 1. x s. t.

Par ailleurs, Robert du Val, un théologien normand qui fut chanoine de Chartres (A), lui dédia (entre 1461 et 1466) une traduction des Synonyma d’Isidore de Séville (Paris, BnF, Fr. 2424) composée à sa demande: 

Donc vostre noblesse qui desire en soy et en ses subjetz avoir bonnes meurs m’a commandé a translater ce livre de latin en françois qui en soy contient bonne discipline, car il introduit l’omme qui pour ses pechés et les miseres de ce monde lamente jusques au desespoir, et Raison qui le conforte et remet en esperance. Aprés, luy baille enseignemens par lezquelz il se gardera de renchoir, evitera les temptacions et concupiscences et gardera la voie de bien vivre par laquelle ira a souveraine joie.

Cy est la fin dez synonymes de Ysidore translaté au bon desire de tresnoble et excellent seigneur monseigneur de Montauban, amiral de France, par maistre Robert du Val, natif de Rouen

Pareillement, deux livres d’heures commandités par Jean de Montauban ont été identifiés, dont le sien propre à la Bibliothèque nationale de France (Paris, BnF, Lat. 18026). Nous consacrerons cette présente notice au second (Rennes, Bibliothèque Métropole, ms 1834) qui fut recomposé avec un calendrier adapté et offert probablement à sa soeur, Isabeau de Montauban lors de son mariage, en février 1436, avec Tritan (1) Du Perier, comte de Quintin.
Copié à l’identique sur son modèle parisien, quelques bordures et enluminures sont restées inachevées.
Si le corps du livre d’heures porte toujours les armes de Jean de Montauban, de gueules à neuf macles d’or, au lambel à quatre pendants d’argent, le calendrier a reçu quelques inscriptions relatives au nouveau couple, et Tritan Du Perier a fait apposer sur plusieurs folios (67v, 68v, esquisse au f. 77v) ses propres armes (aux 2 et 4, d’argent au chef de gueules, qui est Avaugour / Quintin, aux 2 et 3, d’azur à 5 billettes d’or (Du Perier)  :

18034_inscrip.jpg


Le calendrier (f. 1- 12v) de ce livre d’heures est breton et plutôt briochain : Guillermi briocen[sis] ep[iscop]i (10 janvier) ; Gildas, abbé (29 janvier) ; Guennolé, abbé (3 mars) ; Paterne (16 avril); Corentin (2 mai); Tugdual, évêque (6 juin), Mériadec, évêque (9 juin); Méen (21 juin); Jacut, abbé (5 juillet), ; Turiau, évêque (13 juillet), ; Samson, évêque (28 juillet), ; Guillaume (de Saint-Brieuc), évêque (29 juillet), ; Armel, ermite (16 août); Melaine (11 octobre); Martin de Vertou (24 octobre); Ives (29 ocotbre); Gobrien (3 novembre); Melaine (6 novembre); Malo (15 novembre); Corentin (12 décembre). A noter les deux fêtes de saint Corentin.

Tritan Du Perier était fils de Geffroy Du Perier, comte de Quintin, seigneur du Perier, de la Roche-Dire et du Plessis-Balisson, et d’Isabeau de La Motte, fille unique et héritière de Louis de La Motte, seigneur de Bossac, Kerdavi et de Sourdéac, et de Marguerite Auger. Pour services rendus au duc, c’est en 1451, que la seigneurie de Quintin est érigée par Pierre II en grande baronnie de Bretagne, du nombre des neuf qui donnaient droit de préséance à l’assemblée des Etats et, plus tard, de présider l’ordre de la noblesse (Dom Morice, Preuves, col. 1562-1563). Tritan fit reconstruire vers 1468 l’enceinte murale de sa ville de Quintin et rebâtit en entier, sur un plan plus large, son château. Il assista au serment prêté à Louis XII, roi de France, par les barons, à ses ambassadeurs, en 1477, fut témoin au ban de la baronnie d’Avaugour, fait par le duc de Bretagne à son fils naturel en 1480, et fut excusé de ne pas s’être trouvé au Parlement tenu à Rennes en 1482, étant alors à \”Saint Jacques\”. Il fut exécuteur testamentaire de Jean de Montauban, son beau-frère, en 1476; donna quittance au seigneur de Montauban, son beau-père, le 14 avril 1448, d’une somme de 5000 livres, faisant partie de la dot de sa femme; fut caution de Jean de Rieux, auprès du duc de Bretagne, en 1476, et parut à la montre de la noblesse de l’archidiaconé de Dinan, le 24 juin 1481. Il mourut le 24 décembre 1482. Son gisant, élevé jadis dans l’ancienne collégiale de Quintin, se trouve aujourd’hui à Cohiniac (Côtes d’Armor), au château de Rumain .

tombe_du_perrier.jpg
Source

Par son testament daté du 2 mars 1482, Tritan du Perier fondait deux nouveaux chapelains dans sa collégiale de Quintin, ce qui portait à dix le nombre des chanoines qui la desservaient. Christophe de Penmarc’h, évêque de Saint-Brieuc, confirma le 28 octobre 1505, le testament de Tritan sur la demande d’Isabeau de Montauban sa veuve (Saint-Brieuc, ACDA, 1G 268).

Tritan Du Perier fut probablement en relation avec Jean de Derval (1430 ca–1482, décédé la même année que lui) (2), entre autres pour un échange de livre. Un exemplaire du « Livre de Tulle, de vieillesse », une traduction du de Senectute par Laurent de Premierfait (Paris, BnF, Fr. 1187), porte en effet cette note au f. 91v:

Monsieur du Porer , je vous pry me prestez votre livre du débât de chiens et douaisiaulx (3) ; je vous envoye cestuy livre de Tulle, ainsi que votre gentilhomme m’a demandé. Escryt de la main Jehan de Derval.

Fr_1187_inscription.jpg

D’après divers comptes de la seigneurie du Perier rendus à hault et puissant Tritan du Perier, conte de Quintin, sires du Perier, notamment d’après celui de 1460-1461, on voit que Tritan et son aïeul étaient alors en très bons termes. Le vieux Jean habitait le château du Perrier (à Kermoroc‘h), où Tritan allait souvent le visiter avec belle compagnie et prenait un soin particulier d’entretenir sa garde-robe, comme le prouvent les articles suivants :

Pour la mise et despense d’un voiage que Monsr [Tritan du Perier] et Mademoiselle [sa femme Isabeau de Montauban] et aussi Monsr de Rieulx firent au Perier au mois d’octobre l’an LX (1460), poya ledit recepveur (du Perier) xi l. xviii s. vi d.
Charles Le Gay, joueur d’ogres (orgues), pour avoir esté jouer au Perier quant Monsr de Rieulx fut, poya led. recepveur, par mandement de Monsr, ung quartier froment.
En gibier et pour le drap d’une robe pour Monsr l’ancien [le vieux Jean du Perier] et d’une cornette, avecques panne pour ladicte robbe, par mandement de Monsr [Tritan du Perier] du xxie jour de janvier l’an LX (1461 n. s.), xii l. iiii s. ix d.

Mémoires de Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord, t. III, 1889, p. 279.

Notes
(A) La Bibliothèque Bodléienne d’Oxford conserve son exemplaire du \”Roman de la rose\” (Rawlinson C 537). Au verso de la première feuille de garde : \”Ce livre est a maistre Robert du Val, prestre, bachelier en theologie, natif de Rouen\”.
(1) La forme \”Tritan\” est donnée par les documents de l’époque. De même pour Tritan de la Lande, chambellan et grant maistre d’ostel du duc, Tritan de Quenecquan, etc.
(2) Sur Jean de Derval voir l’ouvrage récent de Michel Mauger : Aristocratie et mécénat en Bretagne au XVe siècle. Jean de Derval, seigneur de Châteaugiron, bâtisseur et bibliophile 
(3) Gace de la Buigne composa (1359 x 1377) le Roman des Deduis, vaste poème où est inséré (vers 5235-12174) un procès entre Déduit de chiens et Déduit d’oiseaux, le tout probablement influencé des Livres du roy Modus et de la royne Ratio. Edition Ake Blomqvist, Karlshamm, 1951 (Studia romanica Holmiensia, 3).

Manuscrit 1834 de la Bibliothèque de Rennes Métropole numérisé sur les Tablettes Rennaises
Manuscrit Fr.1187 de la Bibliothèque nationale de France numérisé sur Gallica

Frédéric Duval : Les traductions françaises d’Isidore de Séville au Moyen Âge, CMRH.
Diane E. Booton, Manuscripts, Market and the Transition to Print in Late Medieval Brittany, Ashgate, 2010, p. 58-63.
René Chassin du Guerny, Études historiques sur l’organisation de la seigneurie de Quintin, Rennes, 1905.
Chartrier du château de Quintin : Saint-Brieuc, ADCA, 114 J 1-58.
Première illustration : signature de Jean de Montauban, 30 novembre 1465 (Paris, AN, K 70, n° 30)

Manuscrit 1834 de la BM de Rennes : Livre d’heures à l’usage de Saint-Brieuc. Bretagne, vers 1430/1440. Parchemin. 129 f. 208 x 150 mm (90 x 60 mm). Réglure en brun clair. 15 longues lignes. Reliure en maroquin rouge, avec large encadrement de filets et fine roulette feuillagée sur les plats, du début du XIXe s. Enluminé par un peintre proche du maître des Heures de Rohan et du maître des Heures de Marguerite d’Orléans, nommé à présent le maître des Heures de Jean de Montauban, auteur des vingt premières grandes miniatures du manuscrit ; les autres, du même style, semblent avoir été exécutées par une main différente. Bibliothèque Marcel Jeanson (1885-1942) : Neuilly sur Seine : mercredi 10 Octobre 2001, lot n° 2. Etude : Claude Aguttes; Expert : Emmanuel de Broglie, Cabinet Revel (Paris).

16 Mar 2015
Jean-Luc Deuffic

\”Reliques\” d’un Livre d’heures et jeu de piste : en passant par le Lorraine …

chastel_sur_mouselle_r_ebay.jpg

Pratique que nous ne pouvons accepter, mais hélas toujours et de plus en plus en usage, le « dépeçage » d’un Livre d’heures a mis sur le marché des ventes publiques (en l’occurrence ebay) deux feuillets d’un manuscrit du XVe siècle portant les mois de juillet et août. Sur celui de juillet, une longue note permet d’identifier un couple, Elisabeth de Sechamps et Jacques Cogney, attesté dans la région de Châtel-sur-Moselle, dans les Vosges :
Lan mil six cent trente et sept mourut
Elisabeth de Sechamps le lundis sysieme
du mois de julêt a deux heures apres
midis age de soxsante deux ans et est
mort a Chastel sur Mouselle enteres
a lospitalle Dieu luy fasse bonne resurrèsion
Elle avoit pour espous noble Jacques
Cougney
de Chastel qui la conduite a
//

Le plus ancien souvenir de la famille de Cogney date de 1540. En 1540, Antoine de Cogney est receveur à Châtel-sur-Moselle. Son fils Claude demeurant aussi à Châtel, fut ennobli par le duc Charles III, sur la demande de la duchesse de Brunsvich en 1575. Il porte d’azur à la fasce d’or, accompagnée de trois macles d’argent, deux en chef et une en pointe, et pour cimier, deux pennes aux armes de l’écu.
Au XVIIe siècle, cinq chefs de famille portent ce nom de Cogney, à Châtel-sur-Moselle. Le seigneur Pierre de Cogney qui devint maître de Taintrux et de Fraize, était sûrement un descendant de ces Cogney de Châtel, car les armoiries sont les mêmes. Nous ne pouvons savoir comment un membre de cette famille devint seigneur d’Arry et conseiller du roi en son parlement de Metz, ce qui est certain, c’est que Pierre de Cogney devint l’acquéreur des possessions vosgiennes des deux familles de Crehanges et de Ribeaupierre. Il est certain aussi que ces sires de Cogney étaient dès le XVIIe siècle les régisseurs du château de Taintrux. Ils l’habitaient au nom des Créhanges leurs suzerains. Ayant acquis fortune et quartiers de noblesse, ils en devinrent de la façon que nous venons de voir, les seuls propriétaires. La preuve en serait dans l’acte de 1580, au sujet des limites de la montagne de Strazy. Le procès porté à la cour de Lorraine était entre les habitants de Clefcy et de Bar-le-Duc d’une part, et le sieur de Cogney, seigneur de Fraize, d’autre part On voit que déjà au XVIe siècle les Cogney étaient considérés comme seigneurs, car de longue date ils administraient la seigneurie.

(Source : Bulletin de la Société philomatique vosgienne, 25e année, 1899-1900, p. 260-261).
\”Elisabeth de Sechamps\” doit être apparentée aux seigneurs de Seichamps, fief relevant de la Châtellenie et du Bailliage de NANCY.


Armoiries de la famille Cogney : Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, t. I, Nancy, 1758, p. 135.

Je remercie Simone Chaplain, vice-présidente du Cercle Généalogique Vincey Epinal (LANGLEY) et son collègue Alain Claude, pour l’aide qu’ils m’ont apportée pour identifier les personnages de cette note.

autre_feuillet_r.jpg

Pages :«1234567...47»