Voir les articles depuis le "mai, 2013"
31 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

De l’utilité de recourir aux manuscrits originaux … à propos de N. M. Häring et du manuscrit Marseille, BM, 436

Nul n’est à l’abri d’erreur de transcription … même les plus aguerris aux manuscrits médiévaux. Ainsi nous avons relevé dans la description du manuscrit 436 de la Bibliothèque municipale de Marseille, donnée par Nikolaus M. Häring (1909-1982), érudit éminent, un des grands spécialistes de la littérature médiévale, et en particulier d’Alain de Lille, le doctor universalis (1), l’étrange transcription ci-dessous (2) :

Ce qui ne correspond pas tout à fait au manuscrit original :


© Bibliothèque Alacazar de Marseille

Nota : N. Häring donne \”epantu\”, pour \”episcopatu\”

Ce passage doit être : « Alanus iste qui librum istum composuit, fuit oriundus de episcopatu Leonie in Britannia. Et vocabatur Alanus Mimi, britonice Barz ; fuit enim magnus clericus valde ».

(1) Alain de Lille, \”De Planctu Naturae,\” ed. Nikolaus M. Haring, dans Studi medievali, series 3, 19, 1978, p. 797-879. Voir sa bibliographie sur OPAC [ en ligne ]
(2) N. Häring, \”Manuscripts of the De Planctu Naturae of Master Alan of Lille\”, dans Citeaux, Commentarii cistercienses, XXIX, 1978, p. 106.

Nous reviendrons plus tard sur cette méprise …

25 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

Ventes juin 2013 : Livre d’heures manuscrits, et la \”Summa\” de Raymond de Peñafort

Vente Piasa du mardi  11 juin 2013 – Experts : Emmanuel Lhermitte, Stéphanie Martin

Lot 56 : Livre d’heures à l’usage de Paris, atelier de Maître François (ou proche de lui), vers 1475. Voir la description détaillée sur le site en ligne [ lien ]
294 f. 163 x 108 mm. Au f. 36 : représentation des destinataires en prière
Provenance : mentions fin du XVIe / début du XVIIe siècle : \” ANTONIVS ~ ANTHOINE ~ 1594 \” (f. 34).  \” ANTHOINE \” : . . LAC (DULAC ?)
\” LON TANC A DIEV \” répété trois fois (f. 128v), la dernière suivie d’une date : \” LON TANC A DIEV ~ 1413 \” (pour 1613). Probablement  l’anagramme de l’un des possesseurs de ce manuscrit : Antoine Dulac. Le nom reste courant. Citons un \”Anthoine Dulac, docteur ez droitz, advocat en la cour de parlement de Paris\” :  voir une délibération du 25 décembre 1582, des consuls de Lyon, par laquelle ils font choix d’Antoine Dulac, avocat au Parlement de Paris, pour deuxième avocat pensionnaire de la ville (R. Delachenal, Histoire des avocats au Parlement de Paris, 1300-1600, p. 446-448. [ lien ])


© Piasa

Lot 57 : Livre d’heures à l’usage de Rouen, vers 1485. 136 f. 145 x 102 mm. Provenance :  livre de raison, famille localisée autour de Cricqueville-en-Auge (Calvados) dès le début du XVIe siècle : notes de différentes mains : 6 jan. \” Mardy je prends possession du benefice de Criqueville – 1508 \” ; \” Lucas \” ; 27 févr. : \” Ma seur Olive deceda en 1593 \” ; \” Elle avoit este mariee en premieres nopces a Jacques Laisney et en secondes à Jean du Doict de Focqueville \” ; au calendrier, au mois de février :

Dam[oise]lle Avoie du Gripel femme et épouse de noble homme Noel Eury seigneur de la Fontaine donna ces présentes heures à Me Jean Lucas prêtre curé de Criqueville l’an de grace mil six cent au mois de juin en la journée de lingienye (sic)

Au 30 oct. \” Dedicatio ecclesie Crique \” ( = dédicace de l’église Saint-Germain de Cricqueville)
Autres annotations des XV/XVIe s. sur un feuillet de parchemin ajouté en fin du manuscrit : au verso mention manuscrite \”A Valognes / le 20 août 1830, / je fus donné à / M. Lebredonchet / vicaire d’Orglan / des\”.
Description détaillée sur le site en ligne [ lien ]


Eglise de Cricqueville-en-Ange [ source ]


© Piasa

Avoye du Gripel
est maraine (le 13 décembre 1609), de Jacques, fils dud. Olivier Le Monnier, sr de Tessel, et de Françoise Georgelier (Tessel-Bretteville E. Suppl. 1284. – GG. 1. Archives du Calvados)

Vente Ferraton des vendredi 21 et samedi 22 juin 2013

Lot 102 :  RAYMOND DE PENAFORT. – Summa casuum. Manuscrit XIII/XIVe s., contenant la seconde recension de la « Summa » de Raymond de Peñafort (la 1re recension date de 1224 ; la 2e, avec le 4e livre sur le mariage, a été rédigée à Rome vers 1235). Origine française. 207 f. sur vélin de 128 x 90 mm. 2 col. de 34 lignes. Au dernier f. d’une main malhabile du 16e s. : « Monseigneur Briçonnet ».
Lot 103 : Livre d’heures orné de 4 grandes et 11 petites miniatures – dernier quart du 15e s., vraisemblablement du Nord de la France. 71 f.   100 x 70 mm.

Description sur le catalogue en ligne FERRATON

23 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

Le Pontifical de Philippe du Bec, évêque de Vannes (1559-1566) et la fondation de Jean Le Mether (1593)


© Médiathèque de Vannes, ms 2. BVMM (IRHT)

Parmi les manuscrits anciens conservés à la Médiathèque du Palais des Arts de Vannes figure un Pontifical (manuscrit 2), exécuté au XVIe s., ayant appartenu à l’évêque Philippe du Bec. En effet, on peut lire au f. 109v : « Ego sum reverendi in Christo Patris domini Philippi Du Bec, Dei gratia Venetensis episcopi. »


© Médiathèque de Vannes, ms 2. BVMM (IRHT)

Issu d’une ancienne famille de Normandie, Philippe était l’oncle de Jean du Bec, évêque de Saint-Malo, \”homme prudent, attaché à ses devoirs, appliqué à la lecture de l’Ecriture sainte \” (F. Duine, Bréviaires et missels, p. 111, note 1).
Philippe du Bec, né en 1519 et mort le 10 janvier 1605, fut successivement doyen de la cathédrale Saint-Maurice d’Angers, évêque de Vannes (1559-1566), de Nantes (1566-1594) et archevêque de Reims (1594-1605). Maître de la Chapelle du roi et Commandeur de l’Ordre du Saint-Esprit, il est le second fils de Charles du Bec, seigneur de Bourri et de Vardes, vice-amiral de France, et de Marie de Beauvillier

Lire, par ex. E. Catta, \”Les évêques de Nantes des débuts du XVIe siècle aux lendemains du concile de Trente et aux origines de la « Renaissance Catholique » (1500-1617)\”,  dans Revue d’histoire de l’Église de France, 51, 1965, p. 23-70 (notamment p. 47sq)  sur Persée – Numérisé sur Gallica : \”Journal du secretaire de messire Philippe Du Bec, evesque de Nantes et archevesque de Reims, depuis l’an 1588 jusques en l’année 1605\”.

Armes : Écartelé : aux 1 et 4, fuselé d’argent et de gueules (Crespin du Bec) ; aux 2 et 3, fascé d’argent et de sinople, les fasces d’argent ch. de six merlettes de gueules, 3, 2 et 1 (de Beauvilliers). Sur le tout écartelé : a. de gueules à la bande d’or (Chalon) ; b. de gueules à la croix d’argent ; c. de Bourgogne ancien ; d. d’argent à deux fasces de gueules. Sur le tout du tout d’azur à six annelets d’argent (Husson)



Nous ignorons de quelle manière le Pontifical de l’évêque Philippe du Bec est parvenu entre les mains d’un marchand de Vannes nommé Jean Le Mether lequel a apposé sa signature au f. Av et B

Jan Le Mether eternel amy

Nos recherches sur ce personnage n’ont guère abouti. Est-il apparenté à Me François Le Méther, sieur de Kerdaniel, procureur au parlement de Bretagne? Seul élément significatif, la dotation qu’il effectua le 2 novembre 1593 pour la Confrérie des Trépassés de Saint-Michel de Vannes (fondée en 1543).
[Vannes, Archives départementales, 87G 3]

Le jour et feste des trespassés second du mois de novembre mil cinq centz quatre vingtz traeze devant nous notaires roiaulx soubzsignez de la court de Vennes o submission et prorogation de jurisdiction, jurée par serment a icelle et obligation de biens et de personnes en l’église de monsieur sainct Michel es fausbourc dudit Vennes durant la grand messe des freres de la frarie des trespassez erigée et servie en icelle eglise Grand nombre de peuple et freres de la dicte frarie y congregez et assemblez tant pour faire et ouir le service divin qui y est apareil jour, dit et célébré que mesmes pour deliberer en corps politique des affaires utiles dicelle confrarie comme appartient En laquelle congregation estoint entre aultres Jean Le Mether marchant demeurant en ceste ville, Missires Raoul Teixier, recteur de sainct Salamon, Jullien Denoual, Yves Joanyc, Vincent La dure, Jacques Daullet, Jean Canderf, Francois Joubel, Francois Jegubes et chaincun freres et prebstres servants ladicte confrarie, Maistre Berthelemy Le Metayer, Pierre Daullet, Pierre Thomas, Jean Gainche (1) et plusieurs aultres confreres de ladicte confrarie En laquelle compaignye et assemblée ledit Jean Le Mether a remonstré et donne a entendre que en augmentant icelle a devotion et affection de faire prier Dieu pour toutz fidelles trespassez en general et singulierment pour ceulx quil est tenu de prier et faire prier et a celle fin voulloir fonder et doter a tout jamais en perpetuel en ladicte eglise en adjouxtant a icelle confrarie et sainct service divin et aux prieres oraisons et devotions que l’on a ordonné et accoustumé y faire pour lesdictz trespassez ung de Profondis et fidelium avecques la croix en l’air, ung cierge ardant au devant et pres le grand autel de ladicte eglise a l’issue et retour de la prosession qui se fera chaincun jour de jeudy de chaincune sepmaine faisant laquelle procession se dira pareillement ung de Profundis et fidelium sur le reliquaire pour lesdictz trespassez et se feront lesdictes prieres par chaincun desdictz jours par huict pbres servans la dicte frarie Et pour leur sallaire auront chaincun desdictz huict pbres douze soulz seix deniers par chaincun an Et le parsurs demeurera pour le luminaire et entretenement de ladicte eglise et confrarie Ce que lesdictz pbres abbez freres et chaincun ont voulleu promis et juré par leurs sermentz faire, faire et continuer a tout jamais a leur pouvoir, chaincun en son endroict. Et tout incontinant et a l’issue de la dicte eglise ledit Le Mether pour la dicte fondation et dotation a baillé, mips et livré comptant en noz presences et mesmes desdictz freres et de leurs consentementz auxdictz Pierre Thomas et Jean Gainche, abbez a present de lad. confrarie la somme de vingt cinq escuz sol en espece de tiers quarts d’escuz et douzaines jusques a la dicte somme. De quoy lesdictz abbez se sont contentez et quicte ledit Le Mether. Et pour maere seurté de la dicte fondation et entretenement d’icelle a jamais en perpetuel a esté admis par lesdictz freres que lors et es foys que l’on trouvera le moyen et commodité l’on convertira lad. somme de vingt cinq escuz en? heritaige o l’advys desdictz freres. Et en attendant lesdictz abbez et aultres gens de bien et solvables avecques leurs cauptions les pouront avoir a certain et honneste proufict pour du revenu en provenant entretenir ladicte fondation a perpetuité sans en rien diminuer ladicte somme et la bailler aux abbez des ungs aux aultres comme ils changeront a la discretion desdictz freres. Ce que lesdictz Thomas et Gainche et mesmes toutz lesdictz freres que mesmes ledit Le Mether ont promis, voullu et juré tout ce que dessus par leurs sermentz et sur l’obligation de toutz et chaincuns biens entheriner et accomplir et les y avons a leurs prieres et requestes, condempnez et condemnons par le jugement de notre dicte court soubz noz signes. Avecques les signes desdictes parties. Et fut faict et gré tant en ladicte eglise de sainct Michel que mesmes incontinant l’issue du cymitiere dudict sainct Michel, lesdictz jour et an.
[signatures de Lemetayer, notaire royal, et Thomas]

(1) Fondation de la messe du samedi par Jean Gainche, sr de Cagars, marchand bourgeois, et Jeanne Chenadec, sa femme, qui dotent, dans ce but, le couvent de Saint-François de 240 l. (Vannes, ADM)

Vannes, Médiathèque du Palais des Arts, ms 2
110 f., plus les feuillets préliminaires A-B
Dimensions : 220 × 148 mm
F. C. « Tabula »
F. 1. « De ordinibus conferendis… »
F. 5. « De clerico faciendo… »
F. 57. « De vesperis pontificalibus… »
F. 61. « De missa pontificali, pontifice solemniter celebrante… »
F. 103-109. Additions du XVIIe siècle. « De confirmatione… »
F. 110. Note de M. Salmon sur l’évêque Philippe du Bec.
Sur ce manuscrit voir : V. Leroquais, Les pontificaux manuscrits des bibliothèques publiques de France …, n° 224.
F. Duine, Inventaire, n° 225, p. 176 ; Bréviaires et missels, p. 110-111.
Numérisation sur BVMM : Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (IRHT)

Je remercie Gilles Richard pour ses photos

17 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

Pentecôte


Berkeley, University of California, Berkeley, Bancroft Library, BANC MS UCB 059, f. 59 [ digital scriptorium ] (Lombardie, XVe s.)

17 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

Trogen, Kantonsbibliothek Appenzell Ausserrhoden, CM Ms. 4 : un possesseur cornouaillais ?


© Trogen, Kantonsbibliothek Appenzell Ausserrhoden – e-codices

Nous avons déjà fait mention des collections de Trogen au sujet des Livres d’heures des Chambron ( lien ). Un autre manuscrit parisien du début du XVe siècle a probablement eu comme commanditaire un Breton du pays de Cornouaille, comme semblent le suggérer les litanies de ce Livre d’heures avec les inscriptions d’Yves, de Corentin et de Ronan, ce dernier assez rarement honoré dans ce genre d’ouvrages. Parmi les lieux importants de son culte citons : Locronan (Finistère) ; Saint-Renan au nord de Brest (Finistère) ; Laurenan (Côtes-d’Armor). Il a laissé son nom à Saint-Renan, hameau de Plœuc-sur-Lié (Côtes-d’Armor) ; La Noë Renan, hameau du Foeil (Côtes-d’Armor) ; Saint-Renan, hameau de Plozévet (Finistère), etc.


Tombeau de saint Ronan à Locronan


Locronan : église Saint-Ronan, chaire à prêcher, médaillon illustrant la vie de saint Ronan [ source : wikipedia ]

Calendrier :
29 janvier : Gylde
19 mai : Yves (en or)
24 octobre : Magloire
14 novembre : Maclou

Litanies :
Yvo
Corentine
Guill[aum]e
Ronane

Description et numérisation du manuscrit sur le site E-CODICES
© Gamper Rudolf / Weishaupt Matthias (Hrsg.), Sammlung Carl Meyer in der Kantonsbibliothek Appenzell Ausserrhoden in Trogen. Katalog der Handschriften und der Drucke bis 1600, Dietikon-Zürich 2005, S. 75-76.

15 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

Autour des manuscrits de l’abbaye de Cadouin : colloque des 20 et 21 juin 2013 (Périgueux)

Les Archives départementales de la Dordogne conservent un ensemble d’archives et de manuscrits provenant de l’ancienne abbaye cistercienne de Cadouin (Xe-XVe siècles), pour la plupart classés Monuments historiques, et ont décidé de mettre en oeuvre, à l’occasion du centenaire de la loi de 1913 sur les monuments historiques, un programme de numérisation et de mise en ligne de ces documents, une exposition ainsi qu’un colloque.
Ce colloque, après les études d’Eugène Chaminade (1887), Solange Corbin (1954) et Robert Amiet (1985), permettra de faire le point sur les avancées de la recherche ainsi que sur les questions posées par cet ensemble de manuscrits.

Jeudi 20 juin 2013
9h00 : accueil des participants
9h30 : ouverture du colloque par Serge EYMARD, Vice-Président du Conseil général de la Dordogne chargé de la Culture
9h45 : Maïté ETCHECHOURY, Directrice des Archives départementales de la Dordogne
Les archives de Cadouin, histoire et patrimoine
10h15 : Terryl Nancy KINDER, Professeur émérite au Saint Michael’s College University de Colchester.
Rédactrice en chef de la revue “Cîteaux – Commentarii Cistercienses”
Qu’est-ce qu’une mère doit à sa fille ? L’architecture cistercienne, de Pontigny à Cadouin
10h45 : Alexis GRÉLOIS, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Rouen
Imiter sans adhérer : Cadouin et l’ordre cistercien au XIIe siècle
11h30 : Catherine VINCENT, Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense
Le contexte spirituel de la dévotion médiévale aux suaires du Christ
14h00 : Visite de l’exposition aux Archives départementales 
15h30 : Pierre DOR, historien d’art
Le suaire de Cadouin lors de son premier séjour à Cadouin (1214-1392)
16h00 : Michelle FOURNIÉ, professeur émérite à l’Université Toulouse 2
Le séjour toulousain du suaire de Cadouin (1392-1455) : la question des manuscrits
16h45 : Alison STONES, Professeur émérite au département d’histoire de l’art et d’architecture de l’Université de Pittsburgh
Quelques aspects de la décoration des manuscrits de Cadouin
17h15 : Christelle CAZAUX-KOWALSKI, Maître de conférences en musicologie médiévale à l’Université de Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale
Musique et liturgie à Cadouin : une tradition cistercienne atypique
17h45 : questions et échanges avec la salle
18h15 : Concert autour des manuscrits de Cadouin par l’ensemble AMADIS
(Simon HANKS, Catherine JOUSSELLIN, Jean-Luc REDUREAU)
Conduite des débats :
Matin : Jean-Louis GLÉNISSON (Bibliothèque municipale de Périgueux)
Après-midi : Véronique MERLIN-ANGLADE (Musée d’Art et d’Archéologie du Périgord)
Vendredi 21 juin 2013
8h30 : accueil
9h00 : Marie-Françoise DAMONGEOT, Conservateur général honoraire à la Bibliothèque nationale de France
Yolanta ZALUSKA, Chargée de recherche honoraire à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes
Etude codicologique et liturgique des manuscrits 154, 156 et 177
9h30 : Thomas FALMAGNE, Docteur en histoire de l’Université catholique de Louvain. Responsable de la publication du catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Grand-Duché de Luxembourg
Les fragments provenant du fonds de Cadouin
10h15 : Barbara SIBILLE, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du département de la Dordogne. Attachée de conservation du patrimoine à la Conservation du patrimoine départemental, pôle patrimoine, Conseil général de la Dordogne
Un coffre dans l’histoire mouvementée du “saint Suaire de Cadouin” (1214-1934). Identification, datation, restauration
10h45 : questions et échanges avec la salle

Contact : b.reviriego@dordogne.fr

Programme détaillé : [ lien ] et [ lien ]

15 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

A decoração nos códices medievais : tipologia e funções. O caso dos manuscritos jurídicos portugueses

Le 15 mai le Groupe de recherche Heurística e fontes para o estudo da Filosofia Medieval de l’Université de Porto organise un Séminaire concernant la décoration des manuscrits enluminés médiévaux, tenu par Mme Maria Alessandra Bilotta sur le thème \”A decoração nos códices medievais : tipologia e funções. O caso dos manuscritos jurídicos portugueses\”.

Programme de cette manifestation au lien suivant : http://ifilosofia.up.pt/gfm/?p=activities&a=ver&id=505

Organisation :
Heurística e fontes para o estudo da Filosofia Medieval RG
Gabinete de Filosofia Medieval / Instituto de Filosofia
Faculdade de Letras da Universidade do Porto
Via Panorâmica s/n
4150-564 Porto
Portugal

Pour les travaux de Maria Alessandra Bilotta [ lien ]

6 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

Un Livre d’heures à proverbes : le manuscrit Paris, BnF, Nlle acq. lat. 3134


© Paris, Bibliothèque nationale de France

Le manuscrit Nlle acq. lat. 3134 de la Bibliothèque nationale de France (numérisé sur Gallica) parait unique en son genre. En effet, plusieurs des feuillets de ce Livre d’heures à l’usage de Rouen, composé au XVe siècle, sont couverts de proverbes illustrés dont certains, très populaires au Moyen Âge, ont survécu jusqu’à nos jours dans la mémoire populaire. Nous en avons relevé quelques uns  :

f. 16v : Tant va le pot a liaue qu’il brise : [ lien ]


© Paris, Bibliothèque nationale de France

f. 28 v : Deulx truans ne vallent riens a ung huis :


© Paris, Bibliothèque nationale de France

f. 70v : Tel cuide batre qui tue :


© Paris, Bibliothèque nationale de France

f. 73r : Tel que je l’ay brassé je le boy :


© Paris, Bibliothèque nationale de France

f. 74v : La Femme qui fait accroire a son mari que de vécies sont lanterne :


© Paris, Bibliothèque nationale de France

f. 76v : Qui trop embrache pou estraint :


© Paris, Bibliothèque nationale de France

f. 77r : Besoing fait vielle troter (besoin fait vieille trotter) :


© Paris, Bibliothèque nationale de France

f. 88v : Bon gré mal gré va le prestre au sané :


© Paris, Bibliothèque nationale de France

f. 96 : Tant vaut ung riche homme entre deulx avocas : comme une grace poule entre deulx renars :


© Paris, Bibliothèque nationale de France

En page de garde recto une liste des membres de la famille Duval a été inscrite :

Ex bibliotheca Duvallios Ebroicis

Mer. Iacobus Duval pater D. Medicus 1544
Mer. Iacobus Duva filius D. M.  ~1580
Mer. Michael Duval pater D. M. 1622
Mer. Accursi Duval filius D. M. 1652
Mer. Jacobus Duval frater D. M. 1667

Cette famille Duval a formé à Evreux une véritable dynastie de médecins. Jacques Duval, « Jacobus Duval, ebrociensis », licencié en médecine en 1542/1543, décédé avant 1577, fils de Simon Duval et de Jacqueline Lemoine, épousa Hélène Le Breton, dont Jacques, également médecin, et Françoise. Il avait étudié la médecine sous Jacques Dubois

Jacques Duval (1555-1620), d’azur, au chevron d’or accompagné de trois coqs de même, posés 2 et 1 , épousa en premières noces Anne Le Marchant, fille de \”maistre Guillaume le Marchant\”, apothicaire (né en 1521)

Le 23 juin 1607, N. H. Me Jacques Duval, docteur en médecine, rendit hommage devant le lieutenant général au bailliage de Pont-de-l’Arche, pour le fief d’Hectomare, dont il avait fait l’acquisition de Suzanne Duval, et qui était composé entre autres biens, d’un moulin à vent fieffé et de 14 acres de terre non fieffés.
Le 17 août 1618, Jacques Duval, esc, sieur d’Hectomare, rendit aveu pour le fief du Houvet, au Neubourg, au droit de Catherine de Courdemanche, sa femme.
François Duval, esc, fils de Jacques, sieur d’Hectomare et du Houvet, rendit aveu en 1623.
Louis de Grimouville épouse Susanne Duval, fille de Jacques Duval, seigneur et baron de Houllebec, de Bourdigny, Hectomare, le Genetay,
Source = Les archives héraldiqes d’Évreux – Volume 30, p. 119

On doit à Jacques Duval un ouvrage, très contesté, sur les hermaphrodites, avec portrait de l’auteur (voir ci-dessus) :

Des Hermaphrodits, accouchemens des femmes et traitement qui est requis pour les relever en santé & bien élever leurs enfans. Où sont expliquez la figure des laboureurs, & verger du genre humain, signes de pucelage, defloration, conception […] par Maistre Jacques Duval, [,..] seigneur d’Ectomare et Du Houvel, […]. – A Rouen : de l’imprimerie de David Geuffroy, 1612. – [16]-447-[11] p. : portr., ill. ; 8° [ ouvrage numérisé ]

Jacques Duval a également composé :

L’Hydrothérapeutique des fontaines médicinales nouvellement trouvées aux environs de Rouen, très utiles et profitables à un chacun par noble homme M. Jacques Du Val / A Rouen, chez Jacques Besongne, 1603

Methode nouvelle de guarir les catarrhes et toutes maladies qui en despendent, voyre mesme celles qui cy devant ont esté reputez incurables. En la deduction de laquelle se trouvent 71. paradoxes qui tous sont monstrez estre ortodoxes, sans l’intelligence desquels la guarison desdites maladies ne peut methodiquement proceder. Par noble homme M. Jacques Duval, sieur d’Ectomare & du Houvel… / A Rouen, chez David Geuffroy, demeurant à la ruë des Cordeliers, joignant S. Pierre. M. DC. XI

La maison Ader a vendu le 23 mars 2011 (lot 260), un manuscrit de Michel Duval : Origines francicae ut hodie loquimur auctore Michaele Duval D. medico ebroicensi. Manuscrit trilingue (latin, hébreu et français), papier, 46 f. in folio sur deux colonnes. [ lien ]. Michel Duval eut un fils, Mathieu, apothicaire à Evreux (ADE, E)
Accurse Duval, qui figure comme un des trésoriers de l’église Saint-Nicolas d’Evreux, s’intitule conseiller et médecin ordinaire de S. A. le duc de Bouillon (10 avril 1679, Archives départementales de l’Eure, Saint-Nicolas). Voir également : Vente par maître Nicolas du Frische, chapelain de la chapelle de Saint-Jean-de-la-Tour, à maître Accurse du Val, docteur en médecine à Évreux, d’une maison située dans la paroisse Saint-Nicolas d’Évreux et dépendant de ladite chapelle… (ADE).

Biblio : Voir Valérie Worth-Stylianou [ en ligne ]  – Dr K. Albaric, Un médecin ébroïcien, Jacques Duval, Paris, Le François, 1934. In-8, 51 p., portrait. (non consulté)