23 Mai 2013
Jean-Luc Deuffic

Le Pontifical de Philippe du Bec, évêque de Vannes (1559-1566) et la fondation de Jean Le Mether (1593)


© Médiathèque de Vannes, ms 2. BVMM (IRHT)

Parmi les manuscrits anciens conservés à la Médiathèque du Palais des Arts de Vannes figure un Pontifical (manuscrit 2), exécuté au XVIe s., ayant appartenu à l’évêque Philippe du Bec. En effet, on peut lire au f. 109v : « Ego sum reverendi in Christo Patris domini Philippi Du Bec, Dei gratia Venetensis episcopi. »


© Médiathèque de Vannes, ms 2. BVMM (IRHT)

Issu d’une ancienne famille de Normandie, Philippe était l’oncle de Jean du Bec, évêque de Saint-Malo, \”homme prudent, attaché à ses devoirs, appliqué à la lecture de l’Ecriture sainte \” (F. Duine, Bréviaires et missels, p. 111, note 1).
Philippe du Bec, né en 1519 et mort le 10 janvier 1605, fut successivement doyen de la cathédrale Saint-Maurice d’Angers, évêque de Vannes (1559-1566), de Nantes (1566-1594) et archevêque de Reims (1594-1605). Maître de la Chapelle du roi et Commandeur de l’Ordre du Saint-Esprit, il est le second fils de Charles du Bec, seigneur de Bourri et de Vardes, vice-amiral de France, et de Marie de Beauvillier

Lire, par ex. E. Catta, \”Les évêques de Nantes des débuts du XVIe siècle aux lendemains du concile de Trente et aux origines de la « Renaissance Catholique » (1500-1617)\”,  dans Revue d’histoire de l’Église de France, 51, 1965, p. 23-70 (notamment p. 47sq)  sur Persée – Numérisé sur Gallica : \”Journal du secretaire de messire Philippe Du Bec, evesque de Nantes et archevesque de Reims, depuis l’an 1588 jusques en l’année 1605\”.

Armes : Écartelé : aux 1 et 4, fuselé d’argent et de gueules (Crespin du Bec) ; aux 2 et 3, fascé d’argent et de sinople, les fasces d’argent ch. de six merlettes de gueules, 3, 2 et 1 (de Beauvilliers). Sur le tout écartelé : a. de gueules à la bande d’or (Chalon) ; b. de gueules à la croix d’argent ; c. de Bourgogne ancien ; d. d’argent à deux fasces de gueules. Sur le tout du tout d’azur à six annelets d’argent (Husson)



Nous ignorons de quelle manière le Pontifical de l’évêque Philippe du Bec est parvenu entre les mains d’un marchand de Vannes nommé Jean Le Mether lequel a apposé sa signature au f. Av et B

Jan Le Mether eternel amy

Nos recherches sur ce personnage n’ont guère abouti. Est-il apparenté à Me François Le Méther, sieur de Kerdaniel, procureur au parlement de Bretagne? Seul élément significatif, la dotation qu’il effectua le 2 novembre 1593 pour la Confrérie des Trépassés de Saint-Michel de Vannes (fondée en 1543).
[Vannes, Archives départementales, 87G 3]

Le jour et feste des trespassés second du mois de novembre mil cinq centz quatre vingtz traeze devant nous notaires roiaulx soubzsignez de la court de Vennes o submission et prorogation de jurisdiction, jurée par serment a icelle et obligation de biens et de personnes en l’église de monsieur sainct Michel es fausbourc dudit Vennes durant la grand messe des freres de la frarie des trespassez erigée et servie en icelle eglise Grand nombre de peuple et freres de la dicte frarie y congregez et assemblez tant pour faire et ouir le service divin qui y est apareil jour, dit et célébré que mesmes pour deliberer en corps politique des affaires utiles dicelle confrarie comme appartient En laquelle congregation estoint entre aultres Jean Le Mether marchant demeurant en ceste ville, Missires Raoul Teixier, recteur de sainct Salamon, Jullien Denoual, Yves Joanyc, Vincent La dure, Jacques Daullet, Jean Canderf, Francois Joubel, Francois Jegubes et chaincun freres et prebstres servants ladicte confrarie, Maistre Berthelemy Le Metayer, Pierre Daullet, Pierre Thomas, Jean Gainche (1) et plusieurs aultres confreres de ladicte confrarie En laquelle compaignye et assemblée ledit Jean Le Mether a remonstré et donne a entendre que en augmentant icelle a devotion et affection de faire prier Dieu pour toutz fidelles trespassez en general et singulierment pour ceulx quil est tenu de prier et faire prier et a celle fin voulloir fonder et doter a tout jamais en perpetuel en ladicte eglise en adjouxtant a icelle confrarie et sainct service divin et aux prieres oraisons et devotions que l’on a ordonné et accoustumé y faire pour lesdictz trespassez ung de Profondis et fidelium avecques la croix en l’air, ung cierge ardant au devant et pres le grand autel de ladicte eglise a l’issue et retour de la prosession qui se fera chaincun jour de jeudy de chaincune sepmaine faisant laquelle procession se dira pareillement ung de Profundis et fidelium sur le reliquaire pour lesdictz trespassez et se feront lesdictes prieres par chaincun desdictz jours par huict pbres servans la dicte frarie Et pour leur sallaire auront chaincun desdictz huict pbres douze soulz seix deniers par chaincun an Et le parsurs demeurera pour le luminaire et entretenement de ladicte eglise et confrarie Ce que lesdictz pbres abbez freres et chaincun ont voulleu promis et juré par leurs sermentz faire, faire et continuer a tout jamais a leur pouvoir, chaincun en son endroict. Et tout incontinant et a l’issue de la dicte eglise ledit Le Mether pour la dicte fondation et dotation a baillé, mips et livré comptant en noz presences et mesmes desdictz freres et de leurs consentementz auxdictz Pierre Thomas et Jean Gainche, abbez a present de lad. confrarie la somme de vingt cinq escuz sol en espece de tiers quarts d’escuz et douzaines jusques a la dicte somme. De quoy lesdictz abbez se sont contentez et quicte ledit Le Mether. Et pour maere seurté de la dicte fondation et entretenement d’icelle a jamais en perpetuel a esté admis par lesdictz freres que lors et es foys que l’on trouvera le moyen et commodité l’on convertira lad. somme de vingt cinq escuz en? heritaige o l’advys desdictz freres. Et en attendant lesdictz abbez et aultres gens de bien et solvables avecques leurs cauptions les pouront avoir a certain et honneste proufict pour du revenu en provenant entretenir ladicte fondation a perpetuité sans en rien diminuer ladicte somme et la bailler aux abbez des ungs aux aultres comme ils changeront a la discretion desdictz freres. Ce que lesdictz Thomas et Gainche et mesmes toutz lesdictz freres que mesmes ledit Le Mether ont promis, voullu et juré tout ce que dessus par leurs sermentz et sur l’obligation de toutz et chaincuns biens entheriner et accomplir et les y avons a leurs prieres et requestes, condempnez et condemnons par le jugement de notre dicte court soubz noz signes. Avecques les signes desdictes parties. Et fut faict et gré tant en ladicte eglise de sainct Michel que mesmes incontinant l’issue du cymitiere dudict sainct Michel, lesdictz jour et an.
[signatures de Lemetayer, notaire royal, et Thomas]

(1) Fondation de la messe du samedi par Jean Gainche, sr de Cagars, marchand bourgeois, et Jeanne Chenadec, sa femme, qui dotent, dans ce but, le couvent de Saint-François de 240 l. (Vannes, ADM)

Vannes, Médiathèque du Palais des Arts, ms 2
110 f., plus les feuillets préliminaires A-B
Dimensions : 220 × 148 mm
F. C. « Tabula »
F. 1. « De ordinibus conferendis… »
F. 5. « De clerico faciendo… »
F. 57. « De vesperis pontificalibus… »
F. 61. « De missa pontificali, pontifice solemniter celebrante… »
F. 103-109. Additions du XVIIe siècle. « De confirmatione… »
F. 110. Note de M. Salmon sur l’évêque Philippe du Bec.
Sur ce manuscrit voir : V. Leroquais, Les pontificaux manuscrits des bibliothèques publiques de France …, n° 224.
F. Duine, Inventaire, n° 225, p. 176 ; Bréviaires et missels, p. 110-111.
Numérisation sur BVMM : Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (IRHT)

Je remercie Gilles Richard pour ses photos

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.