Voir les articles dans "Exposition"
12 Fév 2010
Jean-Luc Deuffic

Reused, Rebound, Recovered : Medieval Manuscript Fragments in Law Book Bindings

Nearly 150 early printed books in the Yale Law Library have bindings that incorporate visible pieces of medieval manuscript. A number of these books are featured in the latest exhibit from the Law Library’s Rare Book Collection, \”Reused, Rebound, Recovered: Medieval Manuscript Fragments in Law Book Bindings.\” The exhibit is on display through May 2010 in the Law Library.
In 15th- and 16th-century Europe, recycling was second nature. Bookbinders, for their part, cut apart discarded medieval manuscripts and reused the strong, flexible and expensive parchment in their bindings. These scraps reveal information about the distribution and popularity of medieval texts, the evolution of scripts, and the history of printing and binding. A precious few of them preserve the only surviving fragments of long-lost texts.
The exhibit reflects the diversity of medieval material in the Law Library’s bindings. The Bible and liturgical manuscripts are well represented, some with early forms of musical notation. Four of the law books contain legal texts in their bindings. Other examples include a sermon, a fragment of Cicero, and two Hebrew manuscripts. One of the fragments is the oldest item in the Law Library’s collection, dating from around 975-1075.
While most of the fragments are identified and tentatively dated, a couple remain mysteries. The exhibit coincides with the annual meeting of the Medieval Academy of America, March 18-20 at Yale University. Conference attendees will be invited to try their hand at identifying the fragments.
The exhibit was curated by Benjamin Yousey-Hindes, a Ph.D. candidate at Stanford University, and Mike Widener, Rare Book Librarian at the Lillian Goldman Law Library.
The Rare Books Exhibition Gallery is located in the lower level of the Lillian Goldman Law Library (Level L2), directly in front of the Paskus-Danziger Rare Book Reading Room. For those unable to visit the exhibit in person, it will appear in installments here on the Yale Law Library Rare Books Blog. Additional images are available in the Law Library’s Flickr gallery.

Source : Yale Law Library – Rare Books Blog

10 Oct 2009
Jean-Luc Deuffic

Expositions

Quelques belles expositions à voir en ce moment :

Légende du roi Arthur

Du 20 octobre 2009 au 24 janvier 2010, se tiendra à la Bibliothèque nationale de France site François Mitterrand une exposition consacrée à La légende du roi Arthur. Apparu sous forme légendaire dès le VIIe siècle, présenté comme une véritable figure historique par Geoffroy de Monmouth au début du XIIe siècle, mis en roman par Chrétien de Troyes, sujet de grandes sommes romanesques comme le Lancelot-Graal et le Tristan en prose, objet de nombeuses adaptations cinématographiques.
La première partie de l’exposition interroge sur l’histoire des textes pour traiter de l’historicité du roi Arthur, de la légende et de sa fortune littéraire. Seront ensuite abordés des grands thèmes arthuriens, comme la Chevalerie, l’amour courtois, les grands personnages de cette légende comme Arthur, Merlin, Tristan..Enfin, sera présentée la reception du mythe , que ce soit dans l’Europe médiévale, à la Renaissance, ou plus tardivement. L’exposition, accessible à tous et érudite, présentera les plus belles oeuvres médiévales inspirés de la légende : manuscrits, objets d’orfévrerie, ivoires.
[Site de référence]
Catalogue d’accompagnement : La Légende du roi Arthur Coédition BnF / Le Seuil, 260 p., 240 ill., 40 €.


Paris BnF Fr. 105. Arthur et Merlin. Base Mandragore.

Splendeur de l’enluminure. Le roi René et les livres

Exposition internationale des manuscrits à peintures du roi René
3 octobre 2009 – 3 janvier 2010 Château d’Angers – galerie de l’Apocalypse
Organisation Ville d’Angers – Bibliothèque municipale
A l’occasion de la commémoration des 600 ans de la naissance du roi René, la Ville d’Angers a souhaité offrir aux Angevins un événement d’exception, à la hauteur de cet anniversaire : une exposition unique et originale, visant à reconstituer la bibliothèque du roi René, véritable trésor de l’enluminure médiévale.
Amoureux des arts, lui-même écrivain, le roi René fut l’un des mécènes les plus importants, les plus curieux et les plus originaux de la fin du Moyen Age, le seul à pouvoir soutenir la comparaison dans sa passion pour l’enluminure avec le célèbre duc de Berry, commanditaire des Très riches heures.
Certains des livres de sa bibliothèque sont aujourd’hui unanimement considérés comme des chefs-d’œuvre de la peinture occidentale. Plusieurs de ces œuvres, par leur reproduction fréquente dans de nombreux ouvrages grand public à travers le monde ont largement contribué à façonner notre imaginaire collectif du Moyen Age, comme c’est le cas des magnifiques pleines double-pages peintes, foisonnantes de détails, du célèbre Livre des tournois, écrit par René lui-même et enluminé par son artiste favori, Barthélémy d’Eyck.
La Ville d’Angers propose, à l’occasion de cette exposition, une rencontre unique et inédite avec le patrimoine écrit, en présentant des œuvres très célèbres, mais rarement exposées. Leurs enluminures saisissent le visiteur de par leur qualité et leur éclat, mais aussi par l’écho qu’elles donnent à notre imaginaire du Moyen Age. Aux côtés de ces œuvres, d’autres moins connues, comme les différents manuscrits prêtés par la bibliothèque de Saint-Pétersbourg, et même parfois inédites comme certaines œuvres venant de collections privées, surprennent par l’originalité de leur iconographie et renouvellent notre vision du Moyen Age.
Des œuvres présentées pour la première fois en France
Dispersés dès la fin du XVe siècle au gré des passions des collectionneurs, les livres du roi René sont aujourd’hui conservés dans des bibliothèques de toute l’Europe.
L’ambition de cette exposition – réunir cette collection pour la première fois depuis la fin du Moyen Age -, se traduit par la diversité des provenances des manuscrits présentés : Berlin, Bruxelles, Lisbonne, Londres, Cambridge pour l’Union européenne, Saint-Pétersbourg, Genève sont autant de provenances qui soulignent le caractère unique et fédérateur de l’exposition à l’échelon du continent européen.
La Bibliothèque nationale de France a apporté son concours exceptionnel par le prêt de treize œuvres. Plusieurs Bibliothèques municipales en régions, prêtent également quelques superbes manuscrits (Aix-en-Provence, Albi, Carpentras, Marseille, Metz, Poitiers). 47 manuscrits et feuillets peints, provenant de 20 prêteurs, seront ainsi exposés. Parmi eux, 23 sont présentés au public pour la première fois en France.


Aveu rendu au roi René par Jean de Montespedon. 15 mai 1466. AN.

Dans le cadre de cette exposition consacrée au roi René ;

Jeudi 26, vendredi 27 et samedi 28 novembre 2009 : Colloque universiaire international :
René d’Anjou (1409-1480) : Pouvoirs et gouernement
Organisation Université d’Angers / Ville d’Angers.
Greniers Saint-Jean et Maison des sciences humaines de l’Université d’Angers.
Renseignements : Christophe Gazon, Archives départementales du Maine-et-Loire : c.gazon@cg49.fr ou tél. : 02 41 80 80 00
Le souvenir du roi René a traversé les siècles en gardant principalement l’image d’un prince fastueux, épris de joutes et de tournois, et d’un mécène ouvert à toutes les activités artistiques. Pourtant, on oublie trop souvent qu’en qualité de prince, René d’Anjou a d’abord été un acteur politique et un homme de pouvoir : ce colloque a pour objet de mettre en lumière son œuvre politique. Cette importante rencontre scientifique rassemblera plus de vingt-cinq historiens spécialistes de la fin du Moyen Âge, venus de France, d’Allemagne, du Canada et d’Italie.
[Site de référence]
A noter également le colloque international pluridisciplinaire : Les arts et les lettres en Provence au temps de René d’Anjou. Analyses, rayonnements, mémoire dans le cadre de la Célébration du 600e anniversaire de la naissance de René d’Anjou et de la création de l’Université d’Aix. Organisation CUERMA : 18 au 21 novembre 2009.

La mémoire des ducs de Bretagne

Une exposition présentée aux Archives départementales de Loire-Atlantique (Nantes) du 16 septembre au 13 décembre 2009
Parmi les documents conservés aux Archives départementales de Loire-Atlantique, le trésor des chartes des ducs de Bretagne est considéré à juste titre comme le fonds le plus prestigieux de toute la Bretagne historique. Constitué à partir du XIIe siècle jusqu’au début du XVIe siècle des archives familiales des ducs, cet ensemble de plusieurs milliers de parchemins est devenu la mémoire officielle du duché de Bretagne, notamment quand le duc Jean IV a demandé en 1395 qu’en soit rédigé un premier inventaire. Cette exceptionnelle collection d’archives témoigne des droits et privilèges des princes bretons dans leurs relations avec la couronne de France, les puissances étrangères, la papauté, les vassaux, les villes. Matériau incontournable de l’histoire de la Bretagne, ce trésor scrupuleusement collecté, méthodiquement identifié, et très rarement montré, conforte les Archives départementales dans leur double mission de conservation des documents et d’ouverture du patrimoine au plus grand nombre. Un trésor au service de l’histoire Le trésor des chartes des ducs de Bretagne (charte vient du latin charta, feuille de papyrus, qui a fini par désigner le contenu du support de l’information) a traversé plus d’un demi-millénaire et renferme quelque 4 000 documents et près de 2 000 sceaux. Son caractère exceptionnel et sa valeur patrimoniale justifient pleinement son appellation de « trésor ».
L’exposition consiste en la présentation d’une sélection de 27 documents d’archives, la plupart écrits sur parchemin et accompagnés de sceaux, et qui rendent compte de la diversité de cette masse documentaire, tant dans ses contenus que dans ses formes. Contrats de mariage, traités d’alliance ou de commerce, hommages, testaments, rouleaux de comptes, ces documents progressivement amassés et volontairement conservés par les ducs tout au long du Moyen Âge ont revêtu une grande utilité pour marquer et fonder leurs droits. Est ainsi mise en lumière la valeur première des archives : elles prouvent et servent une action. Ces conditions qui ont présidé à la constitution et à la conservation de ce fonds d’archives peuvent sembler aujourd’hui oubliées, au profit de son intérêt historique : il témoigne de l’importance de la principauté bretonne au plan politique, religieux, diplomatique, depuis la plus ancienne trace écrite (1153) jusqu’à l’une des plus récentes (1514). À ce titre, il est incontournable pour aborder l’histoire des ducs et du duché de Bretagne. La mise en lumière du travail de conservation des archives L’appellation même de « trésor » renvoie au lieu de conservation de ces archives, à partir de la fin du XIVe siècle, la « thesaurerie de la Tour neuve de Nantes », c’est-à-dire le Château. Cette trésorerie se trouvait dans une salle voûtée d’un bâtiment appelé à l’époque moderne « du lieutenant du roi », au-dessus de laquelle était la chapelle. Y étaient aussi conservés au Moyen Âge des objets précieux et des espèces d’or et d’argent, d’où l’appellation de trésor, au sens propre du terme. À partir de 1395, se fait jour la préoccupation d’organiser matériellement et intellectuellement les pièces d’archives du trésor. Aussi, afin de ne pas en égarer, ont-elles été rassemblées dans un même lieu de conservation, rangées dans des boîtes et des armoires ; aussi, afin d’en avoir une connaissance suffisante et de pouvoir les retrouver en cas de besoin, ont-elles été inventoriées. À l’appui d’une chronologie, l’exposition présente divers inventaires successifs du trésor, auxquels font écho la mise en lumière de près de 60 cassettes en bois, fabriquées au début du XVIe siècle à la demande de la duchesse Anne de Bretagne et qui ont servi à la conservation des documents du trésor jusque dans les années 1970.
La loi du 5 brumaire an V, qui décrète la centralisation au chef-lieu du département des papiers appartenant à l’État, avait entre temps assuré la conservation définitive du trésor : celui-ci est confié depuis cette date à la garde des Archives départementales dont il suit désormais les déplacements dans ses locaux successifs. Aussi les archivistes ont-ils fait leur, à l’instar de leurs lointains devanciers, les préoccupations de conservation et d’inventaire, mais dans un sens nouveau et moderne de conservation patrimoniale et d’accessibilité du trésor à tous les historiens et amateurs d’histoire.

Autour de l’exposition : une conférence Le 17 novembre 2009, à 18 h aux Archives départementales :

Hervé Le Grant, garde des archives des ducs et le premier inventaire du trésor des chartes (1395) par Michaël Jones, professeur émérite de l’université de Nottingham (Grande-Bretagne), spécialiste de la Bretagne ducale
L’inventaire du trésor des chartes des ducs de Bretagne, rédigé en 1395 à la demande du duc Jean IV, est le premier document répertoriant le fonds d’archives le plus emblématique et le plus prestigieux de l’histoire du duché. Son auteur, Hervé Le Grant, notaire public lié à la bourgeoisie nantaise, devient vers 1385 l’un des secrétaires du duc et entre ainsi dans l’intimité du pouvoir. Il peut être considéré comme le premier archiviste de la Bretagne.
[Site de référence]

28 Mar 2009
Jean-Luc Deuffic

Manuscrits enluminés : expositions in USA

Les passionnés de l’enluminure et du manuscrit médiéval d’outre Atlantique auront l’occasion en cette année 2009 d’assister à une multitude d’expositions assez exceptionnelles. Pas moins de cinq musées organisent ou organiseront des manifestations en l’honneur du roi manuscrit :
 
Romance of the Rose : Visions of Love in Illuminated Medieval Manuscripts
Roman de la Rose : Visions de l’Amour dans les manuscrits médiévaux enluminés
Walters Art Museum, Baltimore, MD USA : January 24-April 19, 2009  [Link]
The Romance of the Rose, a 13th-century poem written in Old French, was among the most popular and influential literary texts of its day. The allegorical treatment of such an enduring subject as \”Love\” and the exploration of the notion of \”Quest\” make this focus show widely accessible to diverse audiences. The exhibition features nine different manuscripts of the Romance of the Rose drawn from collections in North America, along with a selection of medieval ivories from the Walters collection. The exhibition is a collaborative project between the Walters, Johns Hopkins University, and the Bibliotheque Nationale in Paris.

German and Central European Manuscript Illumination
J. Paul Getty Museum, Los Angeles, CA USA : February 24-May 24, 2009 [Link]
This exhibition explores the tradition of manuscript illumination—book painting using brilliant colors and precious metals—in Germany and central Europe. A beloved artistic medium, illumination began with the flowering of book production under Charlemagne in the early 800s and continued even after the invention of the printed book in the 1400s.


© J. Paul Getty Trust. Ms Ludwig XI, f. 12.

Heaven on Earth : Manuscript Illuminations from the National Gallery of Art
Walters Art Museum, Baltimore, MD USA : April 25-July 19, 2009 [Link]
Rare medieval manuscript illuminations, last exhibited in 1975, will be showcased in a stunning installation, Heaven on Earth: Manuscript Illuminations from the National Gallery of Art. This exhibition offers the first in-depth look at these rare medieval manuscript illuminations from 52 single leaves and 4 bound volumes, among them a number of important recent acquisitions, which date from the 12th to the 16th century and were made in France, Germany, Austria, Bohemia, the Netherlands, Spain, and Italy.

Prayers in code : Books of Hours from Renaissance France
Walters Art Museum, Baltimore, MD USA : April 25-July 19, 2009  [Link]
During the late Middle Ages, Books of Hours became common tools of private devotion and sought-after status symbols. Carried by fashionable ladies and collected by rich bibliophiles, Books of Hours differed greatly in style and ornament but were predictable in choice of pictures. The 24 manuscripts plus one painting in this exhibition will present unusual images that introduce a new fashion for emblems and rebuses (pictures depicted together to represent a word) while challenging our understanding of the relationship between the illustrations and the prayer text. With selected loans to complement the museum’s collection, this exhibition will explore the patronage at the court of King Francis I (1494–1547) during a time when the controversies over Humanism, Reformation and Orthodoxy shaped the intellectual life of discerning patrons.
Saturday May 23, 2009, 10 a.m.–5 p.m.
The Walters Art Museum, Baltimore
A symposium organized in conjunction with the loan exhibition “Prayers in Code: Books of Hours from Renaissance France,” April 25–July 17, 2009, at the Walters Art Museum.
Papers will address the vibrant exchange between artists, printers, and patrons in France in the fi rst half of the 16th century and explore book production during a time when controversies over humanism, reformation, and orthodoxy shaped the intellectual life of discerning patrons.
Organized by the Walters Art Museum in collaboration with the Charles Singleton Center for the Study of Pre-Modern Europe, with the generous support of an anonymous donor.
Free ; advance registration is required. To register please contact Kathryn Gerry at kgerry@thewalters.org. For more information visit the online calendar at www.thewalters.org.
Introduction
MARTINA BAGNOLI, the Walters Art Museum
10:10–10:40 • A Book for Prayer? Books of Hours in the Era of Manuscript and Print
VIRGINIA REINBURG, Boston College
10:40–11:10 • Double Vision : memory Places, Devices, and Devotion
REBECCA ZORACH, University of Chicago
11:10–11:40 • Enea Silvio Piccolomini in France and Humanism in Royal Circles before François I
ROBERT SCHINDLER, Freie Universität Berlin
11:40–12:30 • Roundtable discussion led by Kim Butler, American University
12:30–2:00 • Lunch and self-guided tour of exhibition
2:00–2:30 • Geoff roy Tory and the “Pictogrammar” of the Champ fleury
TOM CONLEY, Harvard University
2:30–3:00 • Emblems and Hours : Some \” oughts on Early Modern Illustration
DANIEL RUSSELL, University of Pittsburgh
3:00–4:00 • Roundtable discussion led by Stephen Campbell, The Johns Hopkins University

Temptation and Salvation : The Psalms of King David
J. Paul Getty Museum, Los Angeles, CA USA : June 9-August 16, 2009 [Link]
This exhibition illustrates the various ways that medieval artists illustrated the Psalms,” says Elizabeth Morrison, curator of manuscripts. “At times they concentrated on the literal meaning of single verses, and at other times addressed broader themes, such as the role of the Psalms in preparing the Christian faithful for the Last Judgment.”
Temptation and Salvation : The Psalms of King David is co-curated by Mary Flannery, University of London, and Elizabeth Morrison, curator of manuscripts at the J. Paul Getty Museum

Pages of Gold : Medieval Illuminations from the Morgan
Morgan Library & Museum, New York, NY USA : June 19-September 13, 2009 [Link]
Approximately fifty best examples are shown in the exhibition, including those of Italian, English, French, Flemish, German, Hungarian and Spanish origin. Several of the leaves are on view for the first time. This exhibition is supported in part by a grant from the Virginia M. Schirrmeister Charitable Lead Annuity Trust.

Out-of-Bounds : Images in the Margins of Medieval Manuscripts
J. Paul Getty Museum, Los Angeles, CA USA : September 1-November 8, 2009 [Link]
Part of the genius of medieval art lies in its unique ability to combine serious and profound images with playful and witty ones. In illuminated manuscripts, a primary artistic medium of the Middle Ages, scenes in the margins of a page often comment on the paintings illustrating the text in the center. As often as they expand on the narrative, they poke fun at the lofty themes and, more broadly, at human foibles. Out-of-Bounds: Images in the Margins of Medieval Manuscripts explores the margins of medieval books and explains its wealth of subject matter: children playing games, romantic pursuits, men battling fantastic creatures, and composite figures—half-human, half-beast—that wend their ways through the sinuous foliage of the painted borders.

The Art of Illumination : The Limbourg Brothers and the Belles Heures of Jean de France, Duc de Berry
The Metropolitan Museum of Art, New York, NY USA: September 22, 2009-January 3, 2010 [Link]

Sources : Stan Parchin [Link]

 

Pages :«1...56789101112»