2 Oct 2007
Jean-Luc Deuffic

Béatrice Delaurenti : La puissance des mots. Virtus verborum

Nous avions donné dans un précédent billet quelques informations sur le maître breton Guillaume de Rennes, auteur d’un Apparatus à la Summa de paenitentia de Raymond de Peñafort. J’aimerais signaler à ce propos la sortie de l’excellent ouvrage de Béatrice Delaurenti, docteur en histoire médiévale, membre du Groupe d’anthropologie scolastique de l’EHESS (GAHOM):
La Puissance des mots « Virtus verborum ». Débats doctrinaux sur le pouvoir des incantations au Moyen Âge, dans lequel notre maître reçoit des passages bien documentés.

« Les mots ont-ils un pouvoir ? La question était en débat dans l’Europe médiévale. On s’est interrogé sur l’origine divine, démoniaque ou peut-être naturelle de la « virtus verborum », la puissance des mots, et en particulier sur le pouvoir des incantations. L’incantation pouvait-elle avoir une cause naturelle et, dans ce cas, était-elle une pratique licite ? Des théologiens, des philosophes, des médecins de renom ont soutenu l’idée d’une efficacité non démoniaque de la parole humaine, une efficacité naturelle. On trouve ainsi, dans les textes doctrinaux de l’époque scolastique, une ample matière pour reconstituer la naissance et l’histoire d’une interprétation des incantations que l’on pourrait dire naturaliste… 

« Les débats médiévaux sur les incantations représentent un moment à part dans l’histoire intellectuelle du Moyen Âge. Entre le début du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle, la réflexion sur la virtus verborum aura dessiné une parenthèse naturaliste au sein d’un contexte radicalement autre, celui d’une société préoccupée par les démons et leur possible intervention dans les affaires des hommes.»

Do words have power? The question was debated in medieval Europe. People pondered upon the divine, demoniacal or perhaps natural origin of the “virtus verborem”, the power of words, and in particular, the power of incantations. Could incantations have a natural cause, and if such was the case, were they a lawful practice? Renowned theologians, philosophers and doctors supported the idea of a non-demoniacal efficacy of the human word, a natural efficacy. Consequently we find in the doctrinal texts of the scholastic period ample material to piece together the birth and history of an interpretation of incantations, which might be qualified as naturalistic… »

La Puissance des mots « Virtus verborum » Débats doctrinaux sur le pouvoir des incantations au Moyen Âge. Par Béatrice Delaurenti. Préface par Alain Boureau. 588 p. ISBN : 9782204082273.
Notice[En ligne]
Les Editions du Cerf
29 bd La Tour-Maubourg
75340 Paris Cedex 07

30 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

A lost manuscript ? Le « Quadrilogue» (Alain Chartier) de Jean de Coëtquen

Texte publié dans : Jean-Luc Deuffic, Notes de bibliologie. Livres d’heures et manuscrits du Moyen Age identifiés, dans Pecia. Le livre et l’écrit, 7, 2009 [Lien]. 

29 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

Auction

Evangelistary of the Fratres minores (Friars Minor). Southern Netherlands, Northern France (Liege?), end 14th. 330x 230 mm [Description en ligne]
Antiphonary, with Calendar, Liturgical Psalter. Manuscript of music on vellum. In Latin. Paris, ca 1300. [Description en ligne]
Bible. Manuscript on vellum of the Vulgate in Latin. North Netherlands, almost certainly Hattem, ca. 1420-30. [Description en ligne]
Gualterius de Pontoise, abbate et confessore (+ 1095). Manuscript on paper. Northern France, Southern Netherlands, last quarter of the 15th century [Description en ligne]
Antiquariaat FORUM B.V.
Tuurdijk 16
3997 MS ´t Goy-Houten,
The Netherlands
E-mail: info@forumrarebooks.com [Web]

29 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

Dominic Winter Book Auctions : Breton Book of Hours

Dominic Winter Book Auctions / Wednesday 3 & Thursday 4 October 2007
Lot 508. Book of Hours. A Breton Book of Hours of the Virgin with Kalendar and Litany, early 15th c., eighty-five leaves, consisting of ten leaves of kalendar (pp.1-20, March-December only), and seventy-five leaves each with 14 lines of single-column text to each side, written in black & red ink, with numerous dec. initials in red & blue, some heightened with gold, some leaves with attractive floral borders painted in green, blue, red and heightened with gold, trimmed illuminated picture of St. Maur & St. Placid dressed in albs (liturgical vestments) pasted to p.40, together with two floral illuminated dec. pictures from other manascripts pasted to p.56 & final leaf (possibly originally form parts of dec. initials), few leaves with slight damp smudging, a.e.g., 19th c. green morocco gilt, slightly worn & rubbed to spine & extrems., leaf size approx. 160 x 120mm, text approx. 90 x 65mm, binding approx. 165 x 130 mm
The Book of Hours is apparently earlier than 1441 on account of the absence of the feast of the Visitation of Our Lady (2 July) in the kalendar. The Provenance is indicated by the high proportion of Breton saints in the kalendar.

Le calendrier porte saint Lunaire en rouge (1er juillet), saint Malo en rouge (15 novembre), Servais (en noir, 13 mai). De ce fait ce Livre d’Heures a du être à l’usage du diocèse de Saint-Malo.
Autres saints bretons: Yves, Turiaw, Samson, Magloire, Armel.

Dominic Winter Book Auctions
Mallard House, Broadway Lane, South Cerney, Nr Cirencester, Gloucestershire GL7 5UQ
Telephone : +44 (0)1285 860006
Facsimile : +44 (0)1285 862461
Email : info@dominicwinter.co.uk
Catalogue [En ligne]

28 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

Copiste breton : Yves de Villa Aurea

Texte publié dans : Jean-Luc Deuffic, Notes de bibliologie. Livres d’heures et manuscrits du Moyen Age identifiés, dans Pecia. Le livre et l’écrit, 7, 2009 [Lien]. 

28 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

Yves et Marion: un couple de libraires au Moyen Age ~ Yves and Marion: a bookselling couple from the Middle Ages


Texte publié dans : Jean-Luc Deuffic, Notes de bibliologie. Livres d’heures et manuscrits du Moyen Age identifiés, dans Pecia. Le livre et l’écrit, 7, 2009 [Lien]. 

28 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

La \”librairie\” de la duchesse Marguerite de Bretagne en 1469

Texte publié dans : Jean-Luc Deuffic, Notes de bibliologie. Livres d’heures et manuscrits du Moyen Age identifiés, dans Pecia. Le livre et l’écrit, 7, 2009 [Lien]. 

27 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

Musique médiévale ~ Medieval music

La Medieval Music Database de l’Université de La Trobe (Australie) permet d’accéder à une quantité importante de sources manuscrites concernant d’une part le plain-chant liturgique et d’autre part la polyphonie sacrée et profane du XIVe s. La recherche s’effectue par texte, compositeur, genre, manuscrit, ou fête liturgique [En ligne].
On trouvera dans Le Médiéviste et l’ordinateur, n° 39, Hiver 2000 [En ligne], une bonne analyse de Christian Meyer sur cette riche base de données musicales. 

Liens :
§ La base Cantus, Database for Latin Ecclesiastical Chant, de la faculté de musique de l’Université de Western Ontario (London, Canada), avec une liste de sources manuscrites.
§ Digital Image Archive of Medieval Music (University of Oxford, and Royal Holloway University of London) [En ligne]
§ Liste des microfilms de manuscrits musicaux de la bibliothèque universitaire de Chicago [En ligne].
§ Manuscrits de la base Musica devota du Dr. Ulrike Hascher-Burger [En ligne]. § Répertoire International des Sources Musicales [En ligne].
§ Manuscrits de la base Cursus (Université d’East Anglia, Norwich) [En ligne].
§ Site du Lexicon musicum Latinum, de la Comission Musikhistorische (Bayerische Akademie der Wissenschaften) : Les sources manuscrites de la théorie de la musique, de Christian Meyer (CNRS), avec liste détaillée [En ligne].

Illustration: ms Aix-en-Provence 1548. Graduel, XVIe s. détail f. 65v.
© Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS- Enluminures 

27 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

La table de Peutinger ~ The Tabula Peutingeriana

Drawn in 1265 by a monk of Colmar and made up of 11 parchments scrolls about 34 cm high each and 6,74 m. long altogether assembled, this document was discovered in 1494 by Konrad Meissel alias Celtes and given in 1507 to an Antiquarian of Augsburg, Konrad Peutinger…
At present the Tabula Peutingeriana is conserved at the Austrian National Library (Österreichische Nationalbibliothek) and, with the authorization of this institution, Christos Nüssli is able to present on line the 11 original segments of this Roman roadmap.


(c) Euratlas/ Christos Nüssli

La Bretagne: Condate/Rennes – Fanomartis/Corseul – Vorgium/Carhaix -Gesocribate/Brest – Reginea/Erquy ?

Réalisé en 1265 par un moine de Colmar et constitué de 11 parchemins hauts d’environ 34 cm qui, bout à bout, totalisent une longueur de 6,74 m., ce document a été découvert en 1494 par Conrad Meissel alias Celtes et remis en 1507 à un antiquaire d’Augsbourg, Conrad Peutinger.
Actuellement la Table de Peutinger est conservée auprès de la Bibliothèque nationale autrichienne (Österreichische Nationalbibliothek) et c’est avec l’autorisation de cette institution que Christos Nüssli est en mesure de présenter en ligne les 11 segments originaux de cette carte routière de l’Antiquité.

Source: Christos Nüssli / Euratlas [En ligne]

26 Sep 2007
Jean-Luc Deuffic

Livres d’Heures … de Bretagne… et d’ailleurs. Heures numérisées

Le Livre Heures est pour le Moyen Age le livre de piété essentiel du laïc. Les nombreux exemplaires encore conservés aujourd’hui montrent leur popularité car ils furent à l’usage des classes modestes comme celles des plus élevées de la société, jusqu’à cette aristocratie médiévale qui souvent magnifiait ses richesses. Les Heures restent un témoignage vivant de la piété populaire avant d’être objet d’art.

In the Middle Ages the Book of Hours was the essential prayer tool for the unordained. The many examples which have survived today show just how popular they were, for they were used by rich and poor alike, up to the highest classes of aristocratic society who liked to show off their wealth. Books of hours remain more of a living witness to popular devotion than works of art.

S’il vous plaisoit marquer en teste
Vn jour ordonné pour m’aimer,
Je l’aurais pour une grand’ feste,
Mais point ne la voudrois chaumer

Ce quatrain de Mellin de Saint-Gelais inscrit au Livre d’Heures d’une dame montre aussi l’utilité secondaire de nos ouvrages. Des galants, des poètes de cour, ne se gênaient pas pour accoler aux miniatures de certaines Heures des vers amoureux, allusifs aux images les plus révérées …
Nombre de Livres d’heures ont également servi de \”Livre de raison\”, enregistrant parfois l’histoire entière d’une famille. Encore très prisés des collectionneurs de nos jours, ils constituent un sujet d’étude sans fin, abordant des domaines très diffèrents (Histoire de l’art, archéologie du livre, héraldisme, généalogie, liturgie …)
Cette \” sollicitude \” des bibliophiles pour les Livres d’Heures vient avant tout de leur décoration. Ces enluminures délicates, parfois de véritables chefs-d’oeuvre, ont révélé nombre de maîtres à présent reconnus, identifés ou anonymes. 

This verse by Mellin de Saint-Gelais which can be found in a Book of Hours belonging to a lady also demonstrates the secondary use of these works. Young noblemen, court poets, did not hesitate to add love poems to the miniatures of some books of hours, alluding to the most revered images… Many books of hours were also used as \”Books of reason\”, sometimes recording a family’s entire history. Thus books of hours are much sought-after by today’s collectors, for they offer endless avenues for research across many different domains (art history, codicology, heraldry, genealogy, liturgy…) This \”soliciting\” of books of hours by today’s collectors stems above all from their decoration. They are examples of such delicate illumination, sometimes real masterpieces, and have allowed the identification of several artists, either by name or by work.

Le Livre d’Heures est un recueil de textes pieux généralement établi sur un même shéma. Le coeur de l’ouvrage comprend les Heures de la Vierge. Prières et psaumes en son honneur étaient récités tout au long de la journée, à des heures canoniales bien précises: Matines, Laudes, primes, Tierce, Sexte, None, Vêpres, Complies.
Chaque section s’ouvre par une grande initiale enluminée ou un tableau peint. Les Matines débutent Domine labia mea aperies (Seigneur, ouvre mes lèvres), et se poursuivent par Et eos meum annunciabit laudem tuam (Et ma bouche annoncera tes louanges), Ps. 152, 162, 163. Les autres Heures, à part Complies, commencent Deus in adjutorium meum intende (O Dieu, viens à mon aide), Ps. 150, 156, 160.


Complies, ultime heure de la journée, débute par Converte nos, deus, salutaris noster (Convertissez-nous, Dieu, notre Sauveur), Ps. 149, 161, 181, 182.
Chaque Heure se compose donc d’une hymne courte, de psaumes, d’une capitule (brève lecture), et d’une prière, le tout entremêlé d’antiennes (Ant.), de versets (V.) et de répons (R.).
Autres parties essentielles du Livre d’Heures, le calendrier et la litanie (forme ancienne d’incantation). Avec l’office des morts, et les offices de Prime et de None dans les Heures de la Vierge, ils sont souvent utiles pour identifier l’origine d’un manuscrit anonyme.

Nous donnons ici quelques références à des Livres d’Heures d’origine bretonne, ou se rapportant à des personnalités bretonnes:
Here are some references to books of hours of Breton origin, or belonging to Breton characters:
§ Heures à l’ usage de Rennes conservées à la Bibliothèque universitaire de Brandeis (special collection dpt), près de Boston (USA), manuscrit admirablement édité en ligne par Erik Drigsdahl [Lien], avec transcription complète du calendrier. Ci-dessous f. 39v :


(c) Brandeis University

Papier. 70 f. 187 x 140 (98 x 72) mm. 15 lignes. 1420/1430.
Images numérisées [En ligne]

§ Livre d’heures de Marguerite d’Orléans (Paris BnF Lat. 1156B, ca 1430) visible à la banque d’images.
Cf. l’édition de Eberhard König, Les Heures de Marguerite d’Orléans, Paris, Cerf, 1991. Ci-dessous f. 163:


(c) Paris BnF. Ms 1156b, f. 163.

\” Fruit d’une rencontre exceptionnelle entre le réel et l’imaginaire, ce livre d’heures est l’un des exemples les plus enchanteurs de l’art gothique tardif. Le texte fut écrit en 1421, probablement par l’écrivain Yvonet de la Mote. Vers 1426, un peintre de Rennes fut chargé du décor. Mais il ne put achever que le calendrier. Pour le reste, ce qu’il avait prévu fut modifié et enrichi par le principal maître d’œuvre du manuscrit, un peintre formé à Paris, venu en Bretagne après un passage à Bourges. Ce dernier a su introduire dans le manuscrit une conception moderne de la mise en page et lui conférer la valeur d’un exceptionnel miroir de l’époque \”.

The fruit of a unique mixture of the real and the imaginary, this book of hours is one of the most enchanting examples of late gothic art. The text was written in 1421, probably by Yvonet de la Mote. Around 1426 a painter from Rennes began work on its decoration, although he only managed to finish the calendar. His design for rest of the book was modified and enriched by the principal artist of the manuscript, a painter who was trained in Paris and who came to Brittany after also spending time in Bourges. This second artist brought a modern conception to the manuscript’s page layout and gave it its outstanding value as representative of its time.

Voici le texte de la quittance correspondant à l’élaboration des Heures de Marguerite d’Orléans:
\” Charles, duc d’Orléans et de Valoys, A nos ame et féaulx gens de nos comptes, salut et dileccion. Nous voulons et vous mandons que la somme de six livres tournois, laquelle nous avons nagaires fait paier à Yvonnet de la Mote, escripvain en lettres de forme, demourant à Blois, pour le parpaiement de sa peine et salaire d’avoir faictes et eschevées unes Heures en ladicte lettre de forme et doré le kalendrier d’icelles et pour les estoffes à ce faire, lesquelles Heures, nous, par l’advis et délibération que dessus lui avons nagaires fait faire, pour notre très chière et très amée suer Marguerite d’Orléans, pour dire son service, Vous allouez es comptes. Donné à Bloys, le Xe jour de fèvrier l’an de grace mil cccc et vint.\” ( Catalogue de Joursanvault, n° 865)

§ Livre d’Heures de Pierre II, duc de Bretagne (déjà présenté ici [Lien])
§ Les Heures d’Anne de Bretagne [Lien]
§ Heures à l’usage de Rennes, The Free Library of Philadelphia, Rare Book Department, Widener 4 . ca 1405 par le Maître de Luçon.
§ Heures de Rennes, vendues chez Christie’s, Londres, 2002. ca 1470. 110 ff. 220 x 150 mm.

On lira les études de Diane E. Booton, A breton book of hours for M. de Fontenay, lady of Chasné, dans Scriptorium, 58/2, 2004, p. 174-201 + 6 pl., sur le ms Boston Public Library Ms. q. med. 81 (1489), Heures de Québriac à l’ usage de Rennes, ca 1427; The fifteenth-Century \”School of Rennes\” Reconsidererd, dans Gesta, XLIV/1, 2005, p. 31-45.
De même, sur notre site, la notice des Heures de Jehan d’Acigné [Lien]

En ce qui concerne les Heures à l’usage de Nantes:
§ manuscrit 81WM-1 de la Wellesley College Library [Lien] dont on trouvera plusieurs photos numérisées en ligne.
Parchemin. 195 f. 185 x 135 mm. ca 1470.

§ New York Public Library, Manuscripts and Archives Division, De Ricci Ms. 034 [Lien]: Heures avec calendrier nantais.
Ci-dessous f.15, détail :


(c) New York Public Library

Note : Nous donnerons une liste aussi exhaustive que possible des Livres d’heures bretons dans un ouvrage en préparation:
Here is a list (which is as exhaustive as possible) of Breton books of hours from a work in progress:
\”Inventaires des livres liturgiques de Bretagne\”

Quelques liens sur le net vers des Heures d’origines bretonnes
Some internet links to Breton books of hours
§ Les Heures d’Isabelle de Bretagne, dite Heures de Lamoignon :
Fundação Calouste Gulbenkian. Paris, ca 1420, par le Maître de Bedford.
§ Livre d’heures à l’usage de Paris : The Free Library of Philadelphia, Rare Book Department, Widener 5, ca 1425.
§ Livre d’heures à usage de Dol (?) : Toronto, Bergendal ms 8.fin XVe s.
§ Heures des Kerouzéré (?) : New York, Columbia University, Rare Book and Manuscript Library, Smith Med/Ren Frag. 13, ca 1440/1460. Sur la base digital scriptorium.
§ A la bibliothèque de Rennes métropole [Lien]:
Heures à l’usage de Dol, XVe siècle (ms 0028)
Heures de la Mandardière, XVe siècle (ms 0031)
Heures de la famille d’Epinay, XVe siècle (ms 0033)
Heures de Catherine de Rohan et de Françoise de Dinan, XVe siècle (1e partie, ms 0034bis)
Heures de la famille de Pontbriand, XVe siècle (ms 1219)
Heures de Jean de Montauban, XVe siècle (ms 1834)
Heures anonymes, XVe siècle (ms 0027 et ms 0029)

A lire l’excellente étude en ligne d’Allen S. Farber, Considering a Marginal Master [Lien]: The Work of an Early Fifteenth Century Parisian Manuscript Decorator, publiée dans Gesta, 32, 1993, p. 21-39. Référence à plusieurs Heures à l’ usage de Nantes :
New York, Morgan Library, ms M. 515
Oxford, Keble College, ms 11
Dyson Perrins collection

D’une manière générale :
Le chap. VI, Des livres pour tout le monde, dans Christopher De Hamel, Une histoire des manuscrits enluminés. Réimpression 2002.
Laurent Cavet, \” Les heures de la Vierge \”, dans Les manuscrits liturgiques, cycle thématique 2003-2004 de l’IRHT, O. Legendre et J.-B. Lebigue, dir., Paris, IRHT, 2005 (Ædilis, Actes, 9) En ligne.
Bien entendu l’incontournable site de Erik Drigsdahl : Late Medieval and Renaissance Illuminated Manuscripts – Books of Hours 1400-1530 [En ligne].
Utile, A hypertext Book of Hours, de Glenn Gunhouse [En ligne]

Livres d’Heures numérisés entièrement:
Books of hours which have been digitised in their entirety

Library of Congress. Rosenwald collection ms. 10, daté par le catalogue de 1524. 113 f. [En ligne] Détail ci-contre (c) Library of Congress.
Lehigh University Digital Library :
§ Manuscript on vellum, in the Dutch translation ascribed to Gerardus Groot (Gerd de Groot). Utrecht ca. 1450. 178 f. 17 x 12 cm. [En ligne]
§ Book of Hours of Paris use. 15th century manuscript on vellum, in Latin. 162 f. 17 x 12 cm. [En ligne]
Pennsylvania State University:
Book of Hours of Rome use. Hore intemerate Virginis Marie secundu[m] vsum Romanum cum pluribus orationibus tam in Gallico [et] in Latino. In Latin and French. Paris: Guillaume Anabat, 1505. 108 f. 19 x 13 cm. Heures imprimées [En ligne]
Oberlin College Library’s Special Collections:
Artz Hours [En ligne]
Lund University Library:
§ Medeltidshandskrift 52: Book of Hours, Parchment, ff. ii + 327 + ii, ; 145 x 105 mm., Flanders/Holland (Bruges, for the use of Utrecht), 15th century, later half, Dutch [En ligne]
§ Medeltidshandskrift 35. Karen Ludvigsdatters Tidebog, Parchment., ff. 112 ; 185 x 120 mm., Denmark, 16th century (1500 c.), Danish; The prayer book of Karen Ludvigsdatter Rosenkrantz is a combination of a book of hours and a prayer book [En ligne]
Aberystwyth, The National Library of Wales:
§ Llanbeblig Book of Hours (NLW MS 17520A). XIVe s. 138 f. 175 x 121 mm [En ligne]
§ The De Grey Hours (NLW MS 15537C). XVe s. Flandres [En ligne
Houghton Library:
MS Lat 159. Book of hours. Usage de Paris [En ligne]
National Library of Scotland :
§ The Murthly Hours is one of Scotland’s great medieval treasures. Written and illuminated in Paris in the 1280s, it also contains full-page miniatures by English artists of the same period, and was one of the most richly decorated manuscripts in medieval Scotland. Medieval additions include probably the second oldest example of Gaelic written in Scotland. [En ligne]
Willamette University, Mark O. Hatfield Library Special Collections. Flandres (Tournai), XVe s. [En ligne] Cf. Erik Drigsdahl CHD [Lien]
La Haye, Musée Meermanno: ms 10F50, Heures (allemandes) par le maître de Catherine de Cleves [En ligne]
Collection privée (Somerville (NJ), D & D Galleries): Heures à l’usage de Rouen [En ligne] Cf. Erik Drigsdahl [Lien
København Bibliothèque royale Thott 547, Heures de Bohun. Usage de sarum, Angleterre vers 1370 [En ligne] Cf. Erik Drigsdahl [Lien]
London, British Library Ad. 34294: The Sforza Hours [En ligne]
New York, The Morgan Library:
§ Livre de prières d’Anne de Bretagne [En ligne]
§ Heures d’Henry VIII [En ligne]
Auckland City Libraries, The Rossdhu Book of Hours, Med.Ms G146. Bruges, fin XVe s. [En ligne]
Wolfenbüttel Herzog August Bibliothek (Duke August Library) has digitized the Book of Hours of Duke August the Younger [En ligne]

Troyes médiathèque (à souligner la politique active de numérisation menée par cette Bibliothèque):
§ ms 1905. Heures de la Passion, office du Saint-Esprit, Heures de la Vierge. XVe s. [En ligne]
§ ms 3713. Heures à l’usage de Troyes. Troyes, XVe s. Maître de Troyes. [En ligne]
§ ms 3890. Heures à l’usage de Troyes. Ca 1500 [En ligne]
§ ms 3896. Heures à l’usage de Troyes. Ca 1460. Maître du missel de Troyes [En ligne]
§ ms 3897. Ibid. [En ligne]
§ ms 3900. Heures à l’usage de Rome. Troyes. XVe s. [En ligne]
§ ms 3901. Heures de Guyot Le Peley à l’usage de Troyes. Bourges, ca 1470-1480. Jean Colombe [En ligne]


(c) Médiathèque de Troyes.

Aurillac BM: Heures à l’usage de Bayeux. XVe s. [En ligne]

Sur l’enluminure en Bretagne, lire en particulier l’article précurseur de Eberhard König, Un atelier d’enluminure à Nantes et l’art du temps de Fouquet, dans Revue de l’art, 35, 1977, p. 64-75;
et du même, L’enluminure à Rennes à la fin de la guerre de Cent ans, dans Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Age, ed. Xavier Barral i Altet, Rennes, 1983, p. 121-126.