3 Nov 2015
Jean-Luc Deuffic

La Bienheureuse Françoise d’Amboise, duchesse de Bretagne (+ 4 novembre 1485) et son livre d’heures (Pierpont Morgan Library, M.84)


Les trois Marie au pied de la Croix ( Marie-Madeleine, Marie Salomé et Marie Jacobé)

La Bienheureuse Françoise d’Amboise reste une des figures marquantes de la chrétienté médiévale bretonne. Fille de Louis d’Amboise, prince de Talmont et vicomte de Thouars, et de Louise-Marie de Rieux, elle naît le 29 mai 1427 au château de Thouars. En 1442, à 15 ans, elle épouse Pierre, le 2e fils du duc de Bretagne, avec lequel elle avait été fiancée dès l’âge de 3 ans. Pierre devenu duc de Bretagne au mois d’août 1450, Françoise se remarque par sa bonté envers les pauvres. Devenue veuve en 1457, ce n’est que le 25 mars 1468 qu’elle entre au Carmel dans le petit monastère qu’elle avait fait construire quelques années plus tôt.

Ainsi, en 1463, avec la bienveillance de frère Jean Soreth (1394-1471), prieur général des Carmes, Françoise d’Amboise fit édifier une maison pour accueillir des religieuses dont plusieurs venues de Liège :
Sœur Jeanne d’Avaigne,
Marie de Senne,
Catherine de Teigné,
Marguerite d’Arras,
Marie Roty,
Jeanne Cardinal,
Catherine le Digoedec,
Jehanne d’Estable,
Anne d’Orbec,
Françoise Marquies,
Jeanne Marquies.
A remarquer dans ce groupe précurseur la présence d’une seule Bretonne : Catherine Le Digoedec.
C’est le premier monastère de Carmélites en France, placé sous le vocable très particulier des Trois Maries.

Le manuscrit M.84 de la Pierpont Morgan Library porte sur une page de garde une note marquant sa provenance : « Ce Pseautier etoit conservé à la Communauté de Nazareth(1) et etoit à l’usage de [Françoise] D’Amboise Leur fondatrice environ 1480 ».

Aucun doute ne subsiste sur l’origine précise de ce manuscrit. La présence, inscrites en lettres rouges, des fêtes de Marie Cleophe au 25 mai, et de Marie Salomé au 22 octobre, au calendrier, désignent bien Françoise d’Amboise comme leur commanditaire, et marque l’attrait qu’avait la duchesse pour le culte des Trois Maries, déjà ancien en Bretagne (voir notre post)
La Médiathèque de Nantes possède un Diurnale (ms. 32) probablement utilisé par la duchesse, alors \”Seur Franzoize d’Amboise\”.
Et on sait qu’elle prenait grand soin de ses livres, les faisant écrire …
Un de ses comptes de l’année 1456, relève :

A dom Armel Guilleron, pour avoir escript ung livre à la Duchesse, par marché fait ò lui le XVIe jour d’aoust, l’an LVI, – VI livres X s. 4.
….. Item, a paié du commandement de la Duchesse, a valloir sur le saellaere de l’escripture de livres que madicte damme fait faire pour le couvent de Saincte Clare a Nantes. III liv. XIII s. IIII d.

m84.118ra.jpg


Françoise d’Amboise présentée par son saint patron. Vitraux de la collégiale de Nantes


Tombeau de Pierre de Bretagne et de Françoise d’Amboise dans la collégiale de Nantes.

Note
(1) Le couvent de Nazareth ne fut fondé qu’au début du XVIe siècle.

Je remercie Roger S. Wieck, conservateur à la Pierpont Morgan Library.
Voir le site CORSAIR de la Pierpont Morgan Library pour description et photos du ms. M.84.
Françoise d’Amboise sur Wikipedia
Diane Booton, Manuscripts, Market and the Transition to Print in Late Medieval Brittany, Ashgate, 2010, p. 280-281.

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.