4 Juin 2014
Jean-Luc Deuffic

De l’évangéliaire breton de Tongres (IX / Xe siècle) à “La Gloire de sainte Anne” (1657)


(c) Base BALaT (IRPA)

Parmi les évangéliaires bretons médiévaux encore conservés aujourd’hui, celui de la Basilique Notre-Dame de la Nativité de Tongres (Belgique), daté des IX/Xe s., est certainement l’un des plus intéressants, notamment par la longue souscription qu’il contient, nous révélant qu’il s’agit présentement d’une donation à Saint-Pern, église faisant autrefois partie de la paroisse primitive de Plouasne (diocèse de Saint-Malo), église donnée, en 1050, à l’abbaye Saint-Nicolas d’Angers :

« Moi, serviteur des serviteurs de Dieu, et son fidèle disciple, bien qu’indigne, Gleuhitr, par amour du Roi éternel et de saint Bern, confesseur, pour moi-même ainsi que pour tous les chrétiens nés depuis Adam jusqu’au jour du Jugement, et pour mon seigneur abbé Loeisguoret, qui a abandonné au clergé de cette église le cens de ma maison et de mon jardin pour autant qu’ils valent, sur l’ordre de Dieu et avec l’assentiment des gens de bien, j’ai donné ce livre des Évangiles à l’église de saint Bern, dans l’évêché de saint Malo. C’est pourquoi je prie tous les successeurs de cette église, aussi bien les plus âgés que les plus jeunes, et aussi les fidèles, de n’oser enlever ce livre, ou de le soustraire en quelque occasion pour un certain temps ; ensuite, quiconque l’aura volé, ou l’aura enlevé de quelque façon de cette église, sauf avec les reliques des saints aux jours de fête, ou quiconque grattera de cette page ces lignes écrites par moi, ou enlèvera le feuillet même par mauvais esprit, qu’il soit au jour redoutable du Jugement séparé de la congrégation des saints et joint à celle des démons ».

De même, sa précieuse reliure velours, argent et pierre précieuse (XIII/XIVe s.), avec fermoirs en argent (1617), en fait un objet d’art inestimable …

L’importance des évangéliaires pour l’étude des scriptoria bretons est comparable au succès d’une oeuvre comme celle de la Gloire de sainte Anne, qui au XVIIe siècle fut un bestseller local, en référence au grand mouvement qui se forma autour du célèbre pèlerinage de Saint-Anne d’Auray (diocèse de Vannes).

LA GLOIRE DE || SAINTE ANNE, || MERE DE LA SACRE’E || VIERGE MARIE. || REPRÉSENTE’E SOMMAIREMENT || en sa Vie, en ses Grandeurs ; Et parti- || culiérement en l’Origine, & progrès || admirable de la célebre devotion de sa Chapelle Miraculeuse près d’Auray || en Bretagne. || Auec vne Instruction aux Pelerins, & || des Prières & Oraisons pro- || pres pour bien faire ce voyage. || Par vn Pere de la Compagnie de IESUS || Le tout diuisé en trois Parties. || [ vignette : le Christ et la Vierge Marie] || A VENNES, || Par VINCENT DORIOV, Imprimeur || du Clergé & du College. 1657. || [ — ] || AUEC PRIVILEGE DV ROY.

L’ouvrage du R. P. jésuite François de Kernatoux (1601 – † 8 octobre 1667 ) a eu son historien en la personne de Jean-Louis Debauve, « Un succès local de librairie sous l’ancien régime : les éditions de La gloire de sainte Anne (1657-1854) », dans MSHAB, t. 78, 2000, p. 75-91.
Pour notre part nous avons relevé au moins 14 éditions différentes de la Gloire de sainte Anne entre 1657 et 1770.

Description et bibliographie dans :

INVENTAIRE DES LIVRES LITURGIQUES DE BRETAGNE

1 commentaire

  • Bonne nouvelle pour Plouasne, Saint Pern, et lieux voisins…. C’est "ma terre"… J’y vis deux jours / semaine. J’y suis né ! Tout ce que j’ai écrit, c’est dans ce coin de Bretagne : terre de Jeanne Jugan, Mère d’Youville, Louis Marie Grignion de Montfort… A.D.

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.