2 Oct 2007
Jean-Luc Deuffic

Béatrice Delaurenti : La puissance des mots. Virtus verborum

Nous avions donné dans un précédent billet quelques informations sur le maître breton Guillaume de Rennes, auteur d’un Apparatus à la Summa de paenitentia de Raymond de Peñafort. J’aimerais signaler à ce propos la sortie de l’excellent ouvrage de Béatrice Delaurenti, docteur en histoire médiévale, membre du Groupe d’anthropologie scolastique de l’EHESS (GAHOM):
La Puissance des mots « Virtus verborum ». Débats doctrinaux sur le pouvoir des incantations au Moyen Âge, dans lequel notre maître reçoit des passages bien documentés.

« Les mots ont-ils un pouvoir ? La question était en débat dans l’Europe médiévale. On s’est interrogé sur l’origine divine, démoniaque ou peut-être naturelle de la « virtus verborum », la puissance des mots, et en particulier sur le pouvoir des incantations. L’incantation pouvait-elle avoir une cause naturelle et, dans ce cas, était-elle une pratique licite ? Des théologiens, des philosophes, des médecins de renom ont soutenu l’idée d’une efficacité non démoniaque de la parole humaine, une efficacité naturelle. On trouve ainsi, dans les textes doctrinaux de l’époque scolastique, une ample matière pour reconstituer la naissance et l’histoire d’une interprétation des incantations que l’on pourrait dire naturaliste… 

« Les débats médiévaux sur les incantations représentent un moment à part dans l’histoire intellectuelle du Moyen Âge. Entre le début du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle, la réflexion sur la virtus verborum aura dessiné une parenthèse naturaliste au sein d’un contexte radicalement autre, celui d’une société préoccupée par les démons et leur possible intervention dans les affaires des hommes.»

Do words have power? The question was debated in medieval Europe. People pondered upon the divine, demoniacal or perhaps natural origin of the “virtus verborem”, the power of words, and in particular, the power of incantations. Could incantations have a natural cause, and if such was the case, were they a lawful practice? Renowned theologians, philosophers and doctors supported the idea of a non-demoniacal efficacy of the human word, a natural efficacy. Consequently we find in the doctrinal texts of the scholastic period ample material to piece together the birth and history of an interpretation of incantations, which might be qualified as naturalistic… »

La Puissance des mots « Virtus verborum » Débats doctrinaux sur le pouvoir des incantations au Moyen Âge. Par Béatrice Delaurenti. Préface par Alain Boureau. 588 p. ISBN : 9782204082273.
Notice[En ligne]
Les Editions du Cerf
29 bd La Tour-Maubourg
75340 Paris Cedex 07

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.