30 Août 2007
Jean-Luc Deuffic

St Laurentius digital manuscript library

La Bibliothèque universitaire de Lund (Suède) met en ligne plusieurs dizaines de manuscrits numérisés dont plusieurs proviennent de France, avec description précise et bibliographie. A remarquer le ms 38, Bréviaire à l’usage de Saint-Julien de Tours (XVe s., 138 f., 175 x 120 mm), portant ex-libris au f. 1r : Breviarium ad usum monasterii S. Juliani Turonensis Congr. Sti Mauri.
\”Other parts of the collection have come to the library through donations, acquisitions and testaments. Here are books by Classical authors like Cicero and Virgil, by post-classical writers like Boethius and by medieval theologians like Thomas Aquinas and Bonaventure. Here are the divine revelations of the Swedish 14th century saint Bridget, Danish and Swedish law texts as well as a Faroese manuscript with the so called Seydhabrevidh, a famous letter on sheep husbandry. We also find a copy of the Legenda Aurea, a collection of saints’ lives, of accounts of events in the lives of Christ and of the Virgin Mary and of information about holy days, by Jacobus de Voragine, very popular during the Middle Ages and a few copies of the medieval bestseller, the Book of Hours. The famous so called Lundse liederen, a fragment of a Dutch \”Minnesänger\” of the 13th century is also part of the collection. Deposited at the University Library by the Institute of Astronomy in Lund are several astronomical treatises, about the movements of the planets with descriptions of instruments with movable, threedimensional plans and diagrams. A few manuscripts are in other languages than Latin: Greek, Russian, Dutch, German, French apart from the Nordic already mentioned…

Contact :
UB Helgonabacken
Handskriftssektionen
Box 3
221 00 LUND
fax: 046-222 36 90
e-mail: handskrift@lub.lu.se
Source : site [En ligne]

30 Août 2007
Jean-Luc Deuffic

Mots de bibliophile … : Richard de Bury (1287-1345)

\”Nous pensons qu’il est avantageux d’entretenir les étudiants sur les diverses négligences qu’ils pourraient toujours facilement éviter, et qui nuisent considérablement aux livres. D’abord qu’ils mettent une sage mesure, en ouvrant ou en fermant les livres, afin que la lecture terminée, ils ne les rompent pas par une précipitation inconsidérée, et qu’ils ne les quittent point avant de remettre le fermoir qui leur est dû. Car il convient de conserver avec plus de soin un livre qu’un soulier.
Vous verrez peut-être un jeune écervelé, flânant nonchalamment à l’étude, et tandis qu’il est transi par le froid de l’hiver, et que comprimé par la gelée son nez humide dégoutte, ne pas daigner s’essuyer avec son mouchoir avant d’avoir humecté de sa morve honteuse le livre qui est au-dessous de lui… Il a un ongle de géant, parfumé d’une odeur puante, avec lequel il marque l’endroit d’un plaisant passage. Il distribue, à différentes places, une quantité considérable de fétus avec les bouts en vue, de manière à ce que la paille lui rappelle ce que sa mémoire ne peut retenir. Ces fétus de paille que personne ne retire, font sortir d’abord le livre de ses joints habituels, et ensuite, finissent par se pourrir. Il n’est pas honteux de manger du fruit et du fromage sur son livre ouvert et de promener mollement son verre tantôt sur une page tantôt sur une autre.
Il y a aussi des jeunes gens impudents auxquels on devrait défendre spécialement de toucher aux livres, et qui, lorsqu’ils ont appris à faire des lettres ornées, commencent vite à devenir les glossateurs des magnifiques volumes que l’on veut bien leur communiquer, et où se voyait autrefois une grande marge autour du texte on aperçoit un monstrueux alphabet ou tout autre frivolité qui se présente à leur imagination et que leur pinceau cynique a la hardiesse de reproduire… Et c’est ainsi que nous voyons très fréquemment les plus beaux manuscrits perdre de leur valeur et de leur utilité.
Que désormais les laïcs, qui regardent indifféremment un livre renversé comme s’il était ouvert par eux dans son sens naturel, soient complètement indignes de tout commerce avec les livres. Que le clerc couvert de cendres, tout puant de son pot au feu, ait soin de ne pas toucher, sans s’être lavé, aux feuillets des livres; mais que celui qui vit sans tache ait la garde des livres précieux.\”

Richard de Bury, Philobiblon. Tractatus pulcherrimus de amore librorum, rédigé vers 1343-1345, éd. et trad. Hippolyte Cocheris, 1856.

30 Août 2007
Jean-Luc Deuffic

Tabularia

La revue Tabularia. Sources écrites de la Normandie médiévale est une revue électronique librement accessible sur le site du CRAHM qu’héberge le réseau de l’Université de Caen.


Tabularia se donne pour objectif l’étude des sources écrites médiévales de la Normandie. Elle est conçue pour permettre une diffusion rapide de l’information sur ce thème. La revue entend également promouvoir le débat à partir des dossiers proposés en permettant les échanges entre les lecteurs et les auteurs. Elle accorde enfin une large place à la diffusion et à la publication de sources documentaires écrites, inédites ou non. La validité de l’information scientifique est assurée par l’existence d’un comité de rédaction et une double lecture des contributions proposées.

Parmi les derniers articles parus, à signaler l’étude érudite de  S. Lecouteux : Sur la dispersion de la bibliothèque bénédictine… [xml] [pdf]

Site [En ligne]