Voir les articles dans "Exposition"
15 Août 2007
Jean-Luc Deuffic

Anne de Bretagne, une histoire, un mythe

Le Château des ducs de Bretagne et son nouveau Musée d’histoire de Nantes ont ouvert leurs portes au public le 9 février dernier après quinze ans de travaux et trois ans de fermeture. La grande exposition temporaire qui est présentée cet été est en parfaite résonance avec le site et son histoire : figure historique majeure et emblématique, Anne de Bretagne, dont la gloire et la popularité dépassent le seul parcours politique, entretient une relation privilégiée et symboliquement forte avec le Château.

Anne et le Château des ducs de Bretagne
Héritière à onze ans d’un duché dont elle cherchera toute sa vie à garantir la survie, la dernière duchesse de la Bretagne indépendante est deux fois reine de France – fait unique dans l’histoire – par des mariages, avec Charles VIII puis Louis XII, qui consacrent chaque fois l’union de la Bretagne à la France. Si aucun de ses objets personnels n’a été conservé dans le château, celui-ci est le monument qui l’a vue naître, s’y marier avec un roi de France, Louis XII. Elle a poursuivi les travaux d’embellissement initiés par son père, le duc François II, en édifiant notamment la tour de la Couronne d’or avec ses loggias. Les traces restaurées de ses blasons et de son monogramme sont sculptées sur les murs de la forteresse. La salle 2 du nouveau Musée d’histoire de Nantes lui est tout naturellement dédiée : un film d’animation sur sa vie est projeté directement sur le mur de granit. Le reliquaire en or de son coeur, déposé à Nantes selon ses dernières volontés, est aussi présenté dans cette salle. Consacrer une exposition spéciale à Anne de Bretagne s’imposait. D’autant que le détail de sa vie est assez méconnu et qu’elle doit une part importante de sa célébrité à son double légendaire, construit dès la fin du 16e siècle et qui prît une démesure spectaculaire au 19e siècle. Le souvenir de la reine-duchesse en a été fortement troublé.

L’éclairage de l’exposition

L’exposition temporaire Anne de Bretagne, une histoire, un mythe, présentée dans le bâtiment du Harnachement, a pris le parti de décrire distinctement les deux réalités, historique et mythique, pour comprendre cette personnalité cinq fois centenaire. L’originalité de l’exposition réside dans cette double approche. Elle rassemble de manière exceptionnelle toutes les sources historiques disponibles sur ce destin unique : archives, objets précieux, manuscrits enluminés… Leur présentation fait apparaître un temps médiéval en décalage avec nos références et offre ainsi une biographie claire et documentée de ce personnage complexe. Des dispositifs d’aide à la lecture pour les archives, les enluminures, la numismatique, accompagnent le visiteur. Ce premier portrait est ensuite croisé avec les images de la souveraine construites ultérieurement et utilisées, tant côté français que côté breton, à des fins idéologiques. Chaque époque a fait jouer un rôle à Anne de Bretagne, chaque parti a essayé de faire endosser ses vues au personnage : on a fait d’Anne alternativement une reine idéale, une souveraine plus duchesse que reine, une Bretonne irréductible, quand ce n’est pas une duchesse en sabots… Cette seconde partie s’appuie sur une multiplicité de supports du 19e et du 20e siècles : statues, gravures, peintures, affiches, campagnes commémoratives, supports publicitaires, vidéos, bandes sons… L’héritage architectural d’Anne de Bretagne – le Château de Nantes – est aujourd’hui restauré et mis en valeur. L’exposition, entre histoire et mémoire, qui conjugue différentes approches – scientifique, politique, artistique, sensible… – apporte une nouvelle pierre à l’édifice en faisant mieux comprendre les images très contrastées d’un personnage légendaire. Commissaire de l’exposition : Pierre Chotard, responsable des expositions temporaires au Château des ducs de Bretagne. Ouvrage accompagnant l’exposition (SOMOGY éditions d’art). Cette exposition est reconnue d’intérêt national par le Ministère de la Culture et de la Communication. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien exceptionnel de la part de l’Etat.
Jusqu’au 30 septembre 2007
Sources : culture fr / Nantes culture / Le château d’Anne de Bretagne ? (format pdf)
Lien: Les manuscrits d’Anne de Bretagne
11 Août 2007
Jean-Luc Deuffic

Peindre la Piété : Le livre d’heures


Du 11 Septembre au 11 Novembre 2007 Les Enluminures propose au Louvre des Antiquaires une exposition de 26 de ses livres d’heures, véritables “best-sellers” de la fin du Moyen Age et de la Renaissance, provenant de France, des Pays-Bas et de Belgique. Parmi les fleurons, on citera un livre d’heures néerlandais d’une grande finesse illustré par un artiste d’Utrecht proche du style des Maitres de Zweder van Culemborg. Signalons également ces superbes Heures signées par un des artistes compris dans le groupe connu sous le nom des Maîtres de Otto von Mordrecht (à rattacher à l’atelier de Nicholas Brouwer); ce livre d’heures profusément enluminé d’origine rouennaise datant de l’époque qui suit immédiatement l’occupation de Paris par les Anglais; ou encore des Heures enluminées à Paris et illustré d’une séquence inhabituelle de grande qualité de miniatures par le Maître de Jacques de Besançon et d’autres artistes. Un catalogue illustré accompagne cette exposition. Les notices sont rédigées par Roger Wieck, conservateur à la Pierpont Morgan Library, assisté de Sandra Hindman (éditeur) et Ariane Bergeron-Foote (descriptions codicologiques). Un grand nombre de ces livres d’heures sont inédits et sont étudiés et présentés dans ce livre pour la première fois. Roger Wieck signe également un essai introductif évoquant comment les livres d’heures enluminés offraient aux dévots des textes pieux augmentés de supports visuels leur permettant d’accéder à une piété toute picturale. Ce catalogue est publié en anglais, avec la traduction française des notices de Roger Wieck, et parait chez Paul Holberton à Londres (2007).
Contact pour de plus amples informations, et dossiers de presse :
Sarah Rozelle
33 1 42 60 15 58
Illustration ci-dessus: The Crucifixion (300 x 220 mm.; enluminure: 270 x 195 mm). Allemagne, Bamberg (?), c. 1440-1450.

Les Enluminures
Le Louvre des Antiquaires
2, Place du Palais-Royal
75001 Paris
France

Pages :«1...56789101112