25 Août 2012
Jean-Luc Deuffic

Philadelphia, Free Library, Widener 6. Des possesseurs bretons : Sébastienne Boscher et Christophe de Caradreux


© Philadelphia, Free Library. Widener 6, f. 29r. Annonciation

Parmi les manuscrits de la Free Library de Philadelphia, se trouve sous la cote Widener 6 un luxueux Livre d’heures à l’usage de Paris, exécuté dans un atelier de la capitale vers 1410. Roger S. Wieck en a donné une notice, avec bibliographie associée, dans la beau catalogue Leaves of Gold, Manuscript illumination from Philadelphia Collections, 2001, n° 32. On trouvera par ailleurs une description et plusieurs feuillets numérisés sur Digital Scriptorium de même qu’à cette adresse, ou sur le site de la FLP.

f. 1-12v : Calendrier.
f. 13-20 : Séquences évangéliques.
f. 20v-28: Prières à la Vierge (O Intemerata et Obsecro te).
f. 29-112v : Heures de la Vierge à l’usage de Paris.
f. 113r-v : blanc.
f. 114-128 : Psaumes de la pénitence.
f. : Litanies.
f. 135v-147 : Heures de la Croix.
f. 147v-158 : Heures du Saint-Esprit.
f. 158v-214v : Office des morts, usage de Paris.
f. 215-224v : Suffrages.
f. 225-231v : Quinze Joies de la Vierge, en français.
f. 231v-232 : Les Cinq Plaies du Christ, en français
f. 232v-236 :  Les Sept Requêtes à Notre Seigneur, en français
f. 236v-252 : Messes de la Vierge, de la Sainte-Croix, du Saint-Esprit, et des morts.
i + 252 + i f. 220 x 155 mm. 13 longues lignes

Ce manuscrit provient du chapitre de Bayeux où il a été catalogué en 1889 [ catalogue en ligne ]. On le retrouve à la vente Belin de 1902, au Catalogue de livres rares manuscrits avec miniatures, lot 2. Joseph E. Widener l’acquiert en 1915. Il rejoint les collections de la Free Library of Philadelphia en 1944 par don des enfants Widener.

Plusieurs artistes ont participé à la décoration de cet ouvarge : on y a reconnu les mains du Maître des Heures de la Mazarine (f. 13, 15, 17, 19, 20v, 114) d’un suiveur du Maître d’Egerton (six miniatures entre les f. 147v-155) et celles du Maître de Bedford ou d’un de ses disciples (f. 71, 105v, 220v).

Au f. 252v se lit la note : \”Je suis a noble demoiselle Sébastienne Boscher, dame des Aulnays et de Bocquemer\”. Sur les plats de la reliure, en lettre d’or, dans un cartouche, le motto : \”Servire Deo\” et \”Regnare est\”. Cette devise (Servir Dieu est régner), largement utilisée, fut celle de plusieurs familles bretonnes, dont les Kermorvan, Jourdain, La Guilhommeraye, etc. Pierre de Foix, évêque de Vannes, l’utilisa également, comme Jacques Bongars, l’historien et philologue français (1546-1612), conseiller d’Henri IV. Toutefois, la notice du catalogue la rattache – je ne sais pour quelle raison – à Marguerite de Lorraine, duchesse de Joyeuse (1564-1625) …

Il n’a pas été très difficile d’identifier Sébastienne Boscher. L’Induction et l’Arrêt de maintenue de noblesse de la famille de Caradreux nous ont permis de relever plusieurs informations généalogiques, dont nous extrayons ci-dessous les principaux éléments :

Le sieur induisant (Messire Julien de Caradreux, seigneur de La Villemoisan) dans le bonheur de sa naissance, a le malheur de n’être pas saisi de tous les actes qui en justifient la haute noblesse, lesquels actes sont en la possession du sieur comte d’Aubigny, dans la maison duquel est tombée celle de l’aîné de la famille de Caradreux, auquel a succédé une fille mariée à l’un des prédecesseurs du sieur comte d’Aubigny …
Jean de Caradreux…. était fils puiné de défunt messire Christophe de Caradreux et de dame Sébastienne Boscher, sieur et dame des Aulnays, près Josselin, qui avait un fils ainé nommé messire François de Caradreux qui, le cinquième de novembre 1602, traita avec le défunt père du sieur induisant pour son partage dans les successions de leurs père et mère communs, même pour celle d’un frère mort sans hoirs de corps, par lequel partage se voit le gouvernement avantageux, et comment la terre de La Villemoisan fut donnée en partage au défunt père du sieur induisant qui la possède encore à présent…
Et pour montrer comme messire Christophe de Caradreux, seigneur des Aulnays, aïeul de l’induisant, épousa dame Sébastienne Boscher, du chef de laquelle procède la terre de La Villemoisan que possède encore à présent le sieur induisant, induit le contrat de mariage dudit Christophe de Caradreux, seigneur des Aulnays, des Loges, de la Motte-en-Beauce, du troisième mai 1561, avec dame Sébastienne Boscher

Un contrat de mariage passé entre Messire Christophe de Caradreux, seigneur des Aulnays, des Loges et de la Motte en Beauce, et damoiselle Sébastienne Boscher, fille aînée et héritière de défunt noble homme Arthur Boscher, en son vivant sieur de La Villemoisan, du mariage d’entre lui et damoiselle Yvonne Thomas, dame de Becquemeur, sa compagne, ledit contrat de mariage rapporté par lesdits notaires de Porhouët, du vingt troisième mai 1561.

Christophe de Caradreux, aïeul paternel du sieur induisant, était fils de noble et puissant Bertrand de Caradreux, chevalier, seigneur de Neuvilette dans le pays du Maine et des Aulnays en Bretagne, et de noble et puissante dame Jeanne de La Chapelle, veuve de défunt haut et puissant seigneur Pierre de Rohan, seigneur du Pont ; lequel Bertrand de Caradreux veuf aussi de dame Gillette Hay, de laquelle elle avait un fils nommé Joachim de Caradreux, duquel la branche est tombée dans la maison d’Aubigny dont le seigneur est propriétaire de la maison de Neuvillette dans la province du Maine, ancien patrimoine des Caradreux. Ce Bertrand de Caradreux, contractant dans un second mariage le 19 décembre 1519 avec dame Jeanne de La Chapelle, lui donne, et aux enfants qui naîtront de leur mariage, la terre et seigneurie des Aulnays qui relève du comté de Porhoët.
Induit le dit sieur de La Villemoisan ledit contrat de mariage …avec la ratification faite par Joachim de Caradreux, fils ainé de Bertrand, du premier mariage d’icelui avec dame Gillette Hay …
Et pour montrer que Christophe de Caradreux était fils ainé du second mariage de Bertrand de Caradreux avec dame Jeanne de La Chapelle, c’est qu’après le décès d’icelle dame Jeanne de La Chapelle, à laquelle et aux enfants qui naitraient de leur mariage, Bertrand de Caradreux avait donné la terre et seigneurie des Aulnays avec toutes ses appartenances et dépendances, fiefs et juridiction, de tout quoi Christophe de Caradreux, fils ainé de ce second mariage, rendit aveu au seigneur de Rohan à cause de sa comté de Porhouët, sous l’autorité de Bertrand de Caradreux, son père, le dernier mai 1530.
En 1556, le même Christophe de Caradreux, sous l’autorité du même Bertrand de Caradreux, son père, obtint une commission en la Chancellerie pour appeler au Présidial à Nantes en reprise de procès les héritiers de René de Rohan, successeur de Pierre de Rohan auquel avait été mariée Jeanne de La Chapelle, qui, après le décès d’icelui, épousa Bertrand de Caradreux, lequel donc comme fils et héritier de dame Jeanne de La Chapelle, sa mère, appela au Présidial de Nantes en reprise de procès les héritiers du seigneur de Rohan, pour avoir payement des arrérages du douaire dus à sa mère Jeanne de La Chapelle … [ source : Y. Le Maignan de Kerangat, \”Induction et Arrêt de maintenue de la famille de Caradreux\”, Association Bretonne, 1931, p. 21, I 1932 ]

Erection de la terre de Neuvillette en vicomté en faveur de Bertrand de Caradreux

Le roi François Ier conserva les droits de Claude de Lorraine (Claude Ier de Guise, 1496-1550), comme seigneur de Mayenne sur la terre de Neuvillette lorsqu’il l’érigea en vicomté par ses lettres patentes du 23 de juin 1528, dans lesquelles il déclare qu’il fait cette érection en faveur de Bertrand de Caradreux réduisant à mémoire dit ce monarque que \”notre cousin Bertrand de Caradreux est issu de notre maison de Milan et de Montauban, qu’il atteint à la maison d’Orléans et qu’il a pour épouse la veuve de feu notre cher oncle le seigneur baron de Pontchâteau, etc\”. Il ajoute que lorsque Mayenne sera érigée en duché ce qu’il espère faire, en bref il veut que cette terre de Neuvillette soit dès lors érigée en comté. Elle sera possédée par les descendants de ce Bertrand Caradreux car de son mariage avec la dame de Pontchâteau est issu Joachim de Caradreux, chevalier, seigneur vicomte de Neuvillette, qui épousa Marie de Rohan dont la fille, Renée de Caradreux, mariée à François de Champagne eut Madeleine de Champagne, épouse de Ravaud de Morell, deuxième du nom, comte d’Aubigni…

Descendance de Christophe de Caradeux et Sébastienne Boscher

Aux Archives départementales du Morbihan, nous avons retrouvé la descendance du couple Christophe de Caradeux et Sébastienne Bosher, paroisse de Lanouée :
29 juin 1567. Baptême d’Anne de Karadreulx, fille de noble homme Christophe de Karadreulx, seigneur des Aulnays et de la Motte en Beauce, et de demoiselle Sébastienne Boscher ; parrain noble homme Jean d’Estimbrieuc, sieur de la Villeplansson ; marraines demoiselles Anne, dame du Tayaz et Anne Thomas.  — 12 septembre 1568. Baptême de Bastien de Karadreulx, fils d’écuyer Christophe de Karadreulx et de demoiselle Bastienne Boscher, sieur et dame des Aulnays ; compères nobles gens Sébastien Boscher, sieur de la Villemoisan, et … . Gaynel, sieur de la Ville-Geffroy ; commère demoiselle Jacquine Boscher, dame du Tayatz ; ledit baptême administré par missire Olivier Gourmil, prieur de la paroisse de la Croix [-Helléan]. — 3 mars 1577. Baptême de Jean de Caradreux, fils de nobles gens Christophe de Caradreux et Bastienne Boscher, sieur et dame des Aulnays ; compères Jean Le Forestier, écuyer, sieur de Callac, et François Riou, sieur du Fresne ; commère demoiselle Françoise de Trécesson, dame du Broutay. —

La seigneurie de La Villemoysan, paroisse de Croix-Helléan, dépendait du diocèse de Saint-Malo

Manoir de La Villemoisan à La Croix-Hélléan [ source ]

Keradreux, Karadreux ou Caradreux (de), sr dudit lieu ; des Aulnays, par. de la Nouée ; du Breil Hay, par. de Saint Gilles ; de Saint-Malo, par. de Ploërmel ; de Neuvillette, au Maine ; de la Fontaine, par. de Mohon ; de la Villemoysan. Ancienne extraction ; réforme 1669, cinq générations ; réformes et montres de 1416 à 1513, paroisses de la Nouée, Ploërmel et Romillé, évêché de Saint Malo, et Saint Gilles, évêché de Rennes.
D’argent à trois léopards d azur
Guillaume, docteur ès lois en 1378 ; Jean, fils Guillaume, de la ligue des seigneurs contre les Penthièvre en 1420, épouse Olive de Bodégat, dont Jean, marié à Marie de Montauban, conseiller du duc et maître d’hôtel d’Alain de Rohan qui lui donna la garde naturelle de ses enfants Jean et Catherine de Rohan. Il laissa trois fils : 1) René, attaché à la maison de Jean II, vicomte de Rohan, et amant de Catherine de Rohan, sa sœur, massacré par les gens du vicomte en 1479 ; 2) Alain, homme d’armes dans une montre de 1473 ; 3) Jean, père de Bertrand, sgr de Neuvillette, époux en 1510 de Gillette Hay, dame du Breil.
La branche aînée fondue en 1655 dans Lantivy [ Potier de Courcy ]
Voir aux Archives départementales du Morbihan : 13 J 60 –  Aveu de François de Caradreux, sieur des Aulnays, pour le manoir des Aulnays en Lanouée (1620, 1er février).


Manoir des Aulnais à Lanouée [ source ]

Le Livre d’Heures Widener 6 ne nous dit rien de plus sur son histoire. Appartenait-il dès l’origine à la famille de Caradreux ? …

[ Merci à Guy Ducellier pour son concours ]

Leave a comment